Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Bob Dylan|Oh Mercy

Oh Mercy

Bob Dylan

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Indirectement, c’est au chanteur Bono qu’on doit la résurrection de Bob Dylan avec l’inespéré Oh Mercy  son meilleur album des années 80. C’est en effet le chanteur de U2 qui lui recommande de faire appel au producteur et auteur-compositeur canadien Daniel Lanois, un assistant de Brian Eno qui fit des miracles sur l’album The Joshua Tree, succès planétaire. La rencontre a lieu lors de l’enregistrement de l’album Yellow Moon des Neville Brothers, le fameux groupe de funk « cajun » de La Nouvelle-Orleans. Bob Dylan assiste aux séances et écoute avec attention deux reprises de ses standards « With God On Your Side » et « Ballad of Hollis Brown ». La voix d’Art Neville, les arrangements vaporeux et envoûtants le convainquent définitivement que Daniel Lanois peut être l’orfèvre idéal pour capter ses nouvelles compositions.

L’enregistrement est fixé en février 1989 dans un manoir victorien avec l’équipe des musiciens de Yellow Moon. Après une période tendue où Dylan teste la patience de Lanois et des musiciens, la fusion opère. La musique est dépouillée, enveloppante avec des accents planants. La plupart des morceaux sont mis en boîte la nuit, baignant l’album d’une atmosphère flottante et cotonneuse.

Les morceaux rocks « Political World » et « Everything is Broken » (tous deux sortis en simples) sont enthousiasmants. Le premier est dans une veine dénonciatrice signe fréquent chez Dylan d’un élan retrouvé. Même si le texte paraît au départ assez simple, « Political World » dévoile des vers moins évidents et plus mystérieux comme si la dénonciation se teintait ici de désillusion. « Everything is Broken », au départ une chanson d’amour, se transforme en attaque contre un monde bruyant et décomposé. Le texte très sombre est contrebalancé par un rythme swinguant teinté de rockabilly.

Toutefois, les morceaux les plus bouleversants sont les cinq ballades « Ring Them Bells », « The Man In The Long Black Coat », « What Good I Am ? », « Disease Of Conceit », et « Most Of The Time ».

 Si « Ring Them Bells », mélopée au piano juste nimbée d’une guitare, rappelle par instants « Chimes Of Feedom » de 64, « The Man In The Long Black Coat » est un  requiem macabre sur un amour perdu chanté d’une voix lente et enrouée. Pour amplifier l’ambiance glaçante du titre, des criquets enregistrés la nuit par Daniel Lanois furent rajoutés. On y parle de foi vacillante, de fantômes et de culpabilité. Quelques touches de dobro jouées par le producteur amènent un feeling blues faisant de ce morceau l’un des plus beaux du répertoire de Dylan.

L’autre joyau de l’album « Most Of The Time » est un tour de force du chanteur. Chaque couplet se finit par l’expression « Most of time » et l’on ne comprend que couplet après couplet que le narrateur, délaissé par sa bien aimée, nie farouchement la douleur de sa perte en montrant qu’il tient parfaitement le choc. Tout le texte doit être lu en devinant l’inverse de ce qui est écrit. La musique est comme saisie par un « chaloupement » lancinant qui accentue la tristesse des vers.

Bob Dylan questionne aussi son rapport au public sur « What Was It You Wanted » où l’auteur est face à un fan dont il ne perçoit pas les intentions. Porté par une basse serpentine et un tempo obsédant, le titre est à sa façon une tentative réussie de « reggae » cajun à la Neville Brothers.

Oh Mercy  est la preuve éclatante que Bob Dylan, quand il est guidé par un producteur doué et attentionné, peut délivrer de belles chansons sans parodier ses anciens classiques. La collaboration entre Bob Dylan et Daniel Lanois sera reconduite en 1997 sur le tout aussi beau Time Out Of Mind.
©Copyright Music Story 2015

Plus d'informations

Oh Mercy

Bob Dylan

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 100 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cette playlist et plus de 100 millions de titres avec votre abonnement illimité.

À partir de 12,50€/mois

1
Political World (Album Version)
00:03:47

B. Dylan, Composer - B. Dylan, Lyricist - Bob Dylan, Guitar - Bob Dylan, Performer - Bob Dylan, Vocal - Brian Stoltz, Guitar - Cyril Neville, Percussion - Daniel Lanois, Dobro - Daniel Lanois, Producer - Mason Ruffner, Guitar - Tony Hall, Bass - Willie Green, Drums

(P) 1989 Columbia Records, a division of Sony Music Entertainment

2
Where Teardrops Fall (Album Version)
00:02:32

Alton Rubin, Jr., Drums - Bob Dylan, Composer - Bob Dylan, Lyricist - Bob Dylan, Performer - Bob Dylan, Piano - Bob Dylan, Vocal - Daniel Lanois, Mixing Engineer - Daniel Lanois, Producer - Greg Calbi, Mastering Engineer - John Hart, Saxophone - Larry Jolivet, Bass - Malcolm Burn, Mixing Engineer - Malcolm Burn, Recording Engineer - Paul Synegal, Guitar - Rockin Dopsie, Acordeon

(P) 1989 Columbia Records, a division of Sony Music Entertainment

3
Everything Is Broken (Album Version)
00:03:15

Bob Dylan, Composer - Bob Dylan, Guitar - Bob Dylan, Harmonica - Bob Dylan, Lyricist - Bob Dylan, Performer - Bob Dylan, Vocal - Brian Stoltz, Guitar - Daniel Lanois, Dobro - Daniel Lanois, Producer - Daryl Johnson, Percussion - Malcolm Burn, Tambourine - Tony Hall, Bass - Willie Green, Drums

(P) 1989 Columbia Records, a division of Sony Music Entertainment

4
Ring Them Bells (Album Version)
00:03:00

B. Dylan, Composer - B. Dylan, Lyricist - Bob Dylan, Guitar - Bob Dylan, Performer - Bob Dylan, Vocal - Brian Stoltz, Guitar - Cyril Neville, Percussion - Daniel Lanois, Guitar - Daniel Lanois, Producer - Daryl Johnson, Percussion - MASON RUFNER, Guitar - Malcolm Burn, Bass - Malcolm Burn, Keyboards - Malcolm Burn, Tambourine - Tony Hall, Bass - Willie Green, Drums

(P) 1989 Columbia Records, a division of Sony Music Entertainment

5
Man in the Long Black Coat (Album Version)
00:04:32

B. Dylan, Composer - B. Dylan, Lyricist - Bob Dylan, 12 String Guitar - Bob Dylan, Harmonica - Bob Dylan, Performer - Bob Dylan, Vocal - Daniel Lanois, Dobro - Daniel Lanois, Producer - Malcolm Burn, Keyboards

(P) 1989 Columbia Records, a division of Sony Music Entertainment

6
Most of the Time (Album Version)
00:05:05

Bob Dylan, Composer - Bob Dylan, Guitar - Bob Dylan, Lyricist - Bob Dylan, Performer - Bob Dylan, Vocal - Cyril Neville, Percussion - Daniel Lanois, Guitar - Daniel Lanois, Mixing Engineer - Daniel Lanois, Producer - Greg Calbi, Mastering Engineer - Malcolm Burn, Recording Engineer - Malcolm Burn, Keyboards - Malcolm Burn, Mixing Engineer - Tony Hall, Bass - Willie Green, Drums

(P) 1989 Columbia Records, a division of Sony Music Entertainment

7
What Good Am I? (Album Version)
00:04:44

Bob Dylan, Composer - Bob Dylan, Guitar - Bob Dylan, Lyricist - Bob Dylan, Performer - Bob Dylan, Piano - Bob Dylan, Vocal - Daniel Lanois, Dobro - Daniel Lanois, Mixing Engineer - Daniel Lanois, Producer - Greg Calbi, Mastering Engineer - Malcolm Burn, Mixing Engineer - Malcolm Burn, Recording Engineer

(P) 1989 Columbia Records, a division of Sony Music Entertainment

8
Disease of Conceit (Album Version)
00:03:43

Bob Dylan, Composer - Bob Dylan, Lyricist - Bob Dylan, Organ - Bob Dylan, Performer - Bob Dylan, Piano - Bob Dylan, Vocal - Brian Stoltz, Guitar - Daniel Lanois, Mixing Engineer - Daniel Lanois, Producer - Greg Calbi, Mastering Engineer - Malcolm Burn, Mixing Engineer - Malcolm Burn, Recording Engineer - Mason Ruffner, Guitar - Tony Hall, Bass - Willie Green, Drums

(P) 1989 Columbia Records, a division of Sony Music Entertainment

9
What Was It You Wanted
00:05:02

Bob Dylan, Composer - Bob Dylan, Guitar - Bob Dylan, Harmonica - Bob Dylan, Lyricist - Bob Dylan, Performer - Bob Dylan, Vocal - Cyril Neville, Percussion - Daniel Lanois, Guitar - Daniel Lanois, Mixing Engineer - Daniel Lanois, Producer - Greg Calbi, Mastering Engineer - Malcolm Burn, Bass - Malcolm Burn, Mixing Engineer - Malcolm Burn, Recording Engineer - Mason Ruffner, Guitar - Willie Green, Drums

(P) 1989 Columbia Records, a division of Sony Music Entertainment

10
Shooting Star (Album Version)
00:03:14

B. Dylan, Composer - B. Dylan, Lyricist - Bob Dylan, Guitar - Bob Dylan, Harmonica - Bob Dylan, Performer - Bob Dylan, Vocal - Brian Stoltz, Guitar - Daniel Lanois, Producer - Tony Hall, Bass - Willie Green, Drums

(P) 1989 Columbia Records, a division of Sony Music Entertainment

Descriptif de l'album

Indirectement, c’est au chanteur Bono qu’on doit la résurrection de Bob Dylan avec l’inespéré Oh Mercy  son meilleur album des années 80. C’est en effet le chanteur de U2 qui lui recommande de faire appel au producteur et auteur-compositeur canadien Daniel Lanois, un assistant de Brian Eno qui fit des miracles sur l’album The Joshua Tree, succès planétaire. La rencontre a lieu lors de l’enregistrement de l’album Yellow Moon des Neville Brothers, le fameux groupe de funk « cajun » de La Nouvelle-Orleans. Bob Dylan assiste aux séances et écoute avec attention deux reprises de ses standards « With God On Your Side » et « Ballad of Hollis Brown ». La voix d’Art Neville, les arrangements vaporeux et envoûtants le convainquent définitivement que Daniel Lanois peut être l’orfèvre idéal pour capter ses nouvelles compositions.

L’enregistrement est fixé en février 1989 dans un manoir victorien avec l’équipe des musiciens de Yellow Moon. Après une période tendue où Dylan teste la patience de Lanois et des musiciens, la fusion opère. La musique est dépouillée, enveloppante avec des accents planants. La plupart des morceaux sont mis en boîte la nuit, baignant l’album d’une atmosphère flottante et cotonneuse.

Les morceaux rocks « Political World » et « Everything is Broken » (tous deux sortis en simples) sont enthousiasmants. Le premier est dans une veine dénonciatrice signe fréquent chez Dylan d’un élan retrouvé. Même si le texte paraît au départ assez simple, « Political World » dévoile des vers moins évidents et plus mystérieux comme si la dénonciation se teintait ici de désillusion. « Everything is Broken », au départ une chanson d’amour, se transforme en attaque contre un monde bruyant et décomposé. Le texte très sombre est contrebalancé par un rythme swinguant teinté de rockabilly.

Toutefois, les morceaux les plus bouleversants sont les cinq ballades « Ring Them Bells », « The Man In The Long Black Coat », « What Good I Am ? », « Disease Of Conceit », et « Most Of The Time ».

 Si « Ring Them Bells », mélopée au piano juste nimbée d’une guitare, rappelle par instants « Chimes Of Feedom » de 64, « The Man In The Long Black Coat » est un  requiem macabre sur un amour perdu chanté d’une voix lente et enrouée. Pour amplifier l’ambiance glaçante du titre, des criquets enregistrés la nuit par Daniel Lanois furent rajoutés. On y parle de foi vacillante, de fantômes et de culpabilité. Quelques touches de dobro jouées par le producteur amènent un feeling blues faisant de ce morceau l’un des plus beaux du répertoire de Dylan.

L’autre joyau de l’album « Most Of The Time » est un tour de force du chanteur. Chaque couplet se finit par l’expression « Most of time » et l’on ne comprend que couplet après couplet que le narrateur, délaissé par sa bien aimée, nie farouchement la douleur de sa perte en montrant qu’il tient parfaitement le choc. Tout le texte doit être lu en devinant l’inverse de ce qui est écrit. La musique est comme saisie par un « chaloupement » lancinant qui accentue la tristesse des vers.

Bob Dylan questionne aussi son rapport au public sur « What Was It You Wanted » où l’auteur est face à un fan dont il ne perçoit pas les intentions. Porté par une basse serpentine et un tempo obsédant, le titre est à sa façon une tentative réussie de « reggae » cajun à la Neville Brothers.

Oh Mercy  est la preuve éclatante que Bob Dylan, quand il est guidé par un producteur doué et attentionné, peut délivrer de belles chansons sans parodier ses anciens classiques. La collaboration entre Bob Dylan et Daniel Lanois sera reconduite en 1997 sur le tout aussi beau Time Out Of Mind.
©Copyright Music Story 2015

À propos

Distinctions :

Améliorer les informations de l'album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

The Dark Side Of The Moon

Pink Floyd

Wish You Were Here

Pink Floyd

Wish You Were Here Pink Floyd

The Wall

Pink Floyd

The Wall Pink Floyd

Songs From The Big Chair

Tears For Fears

Songs From The Big Chair Tears For Fears
À découvrir également
Par Bob Dylan

Fragments - Time Out of Mind Sessions (1996-1997): The Bootleg Series, Vol. 17 (Deluxe Edition)

Bob Dylan

RTL & BD Music Present Bob Dylan

Bob Dylan

The Freewheelin' Bob Dylan

Bob Dylan

Blood On The Tracks

Bob Dylan

Fragments - Time Out of Mind Sessions (1996-1997): The Bootleg Series, Vol. 17

Bob Dylan

Playlists

Dans la même thématique...

Eraser

Long Distance Calling

Eraser Long Distance Calling

The Steven Wilson Remixes

Yes

Graceland (25th Anniversary Deluxe Edition)

Paul Simon

Toto IV

Toto

Toto IV Toto

Bridge Over Troubled Water

Simon & Garfunkel

Bridge Over Troubled Water Simon & Garfunkel
In your panoramas...
Nebraska, quand Bruce Springsteen se met à nu

En 1982, le Boss, au sommet de sa gloire bodybuildée, prend tout le monde à contre-pied avec “Nebraska”, un album totalement acoustique et épuré à l’extrême. Un chef-d’œuvre intemporel baignant dans l’écho et la réverbération. Un disque qui narre l’Amérique de la marge et que beaucoup considèrent comme son plus grand.

Know your Lemmy

Le 28 décembre 2015, Lemmy Kilmister s’éteignait après plus de 40 ans à la tête de Motörhead, le groupe de rock'n'roll le plus bruyant de l'histoire. Un cancer foudroyant a finalement emporté celui qui était devenu une icône que l'on croyait immortelle, tant sa disparition avait été maintes fois annoncée puis démentie. Motörhead, qui s'est logiquement éteint avec lui, aura donc traversé quatre décennies avec des hauts et des bas. Et surtout beaucoup de malentendus, sans mauvais jeu de mot en rapport avec la puissance sonore dégagée sur scène...

Aretha Franklin, reine de l’Atlantic

Entre 1967 et 1979, Aretha Franklin enregistre pour le label Atlantic ses plus grands albums. Des disques imprégnés du gospel de son enfance qu’elle plonge dans le rhythm’n’blues pour redéfinir les contours de la soul moderne.

In the news...