Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Stanislas Niedzielski - Niedzielski joue Chopin (Mono Version)

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Niedzielski joue Chopin (Mono Version)

Stanislas Niedzielski

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Stanislas Niedzielski (1905-1975), un élève du grand Paderewski, réalisa un soir d'octobre 1957 à la Salle Pleyel à Paris le fantasme de bien des interprètes en passant à l'acte... Il flanqua une beigne monumentale au critique musical du Figaro, Bernard Gavoty, auquel il reprochait d'avoir écrit que son interprétation de la Troisième Etude de Chopin était un "massacre". Le successeur de Reynaldo Hahn fit valoir une incapacité de travail et obtint 2000 francs de l'époque de dommages et intérêts ! Niedzielski est aujourd'hui bien oublié — injustement ; vous pourrez d'ailleurs juger par vous-même
si la sévérité de Gavoty était justifiée ou non. Ou alors était-il simplement dans un mauvais soir ? Niedzielski créa le premier concerto de Cyril Scott, et une partie des Contes d'Espagne de Joaquín Turina.

Plus d'informations

Niedzielski joue Chopin (Mono Version)

Stanislas Niedzielski

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Polonaise in F-Sharp Minor, Op. 44 (Frédéric Chopin)

1
Polonaise in F-Sharp Minor, Op. 44 00:10:36

Stanislas Niedzielski, Performer, Soloist - Frédéric Chopin, Composer

1958 - BNF Collection 2013

Scherzo No. 2 in B-Flat Minor, Op. 31 (Frédéric Chopin)

2
Scherzo No. 2 in B-Flat Minor, Op. 31 00:10:36

Stanislas Niedzielski, Performer, Soloist - Frédéric Chopin, Composer

1958 - BNF Collection 2013

Ballade No. 2 in F Major, Op. 38 (Frédéric Chopin)

3
Ballade No. 2 in F Major, Op. 38 00:07:56

Stanislas Niedzielski, Performer, Soloist - Frédéric Chopin, Composer

1958 - BNF Collection 2013

Berceuse in D-Flat Major, Op. 57 (Frédéric Chopin)

4
Berceuse in D-Flat Major, Op. 57 00:04:53

Stanislas Niedzielski, Performer, Soloist - Frédéric Chopin, Composer

1958 - BNF Collection 2013

Mazurkas, Op. 24 (Frédéric Chopin)

5
Mazurkas, Op. 24: No. 4 in B-Flat Minor 00:04:48

Stanislas Niedzielski, Performer, Soloist - Frédéric Chopin, Composer

1958 - BNF Collection 2013

Nocturnes, Op. 15 (Frédéric Chopin)

6
Nocturnes, Op. 15: No. 2 in F-Sharp Major 00:04:47

Stanislas Niedzielski, Performer, Soloist - Frédéric Chopin, Composer

1958 - BNF Collection 2013

Descriptif de l'album

Stanislas Niedzielski (1905-1975), un élève du grand Paderewski, réalisa un soir d'octobre 1957 à la Salle Pleyel à Paris le fantasme de bien des interprètes en passant à l'acte... Il flanqua une beigne monumentale au critique musical du Figaro, Bernard Gavoty, auquel il reprochait d'avoir écrit que son interprétation de la Troisième Etude de Chopin était un "massacre". Le successeur de Reynaldo Hahn fit valoir une incapacité de travail et obtint 2000 francs de l'époque de dommages et intérêts ! Niedzielski est aujourd'hui bien oublié — injustement ; vous pourrez d'ailleurs juger par vous-même
si la sévérité de Gavoty était justifiée ou non. Ou alors était-il simplement dans un mauvais soir ? Niedzielski créa le premier concerto de Cyril Scott, et une partie des Contes d'Espagne de Joaquín Turina.

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Stanislas Niedzielski

Playlists

Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Wilhelm Kempff, le plus humain des pianistes

Artiste d’un autre temps, Wilhelm Kempff (1895-1991) croyait à l’inspiration : il était entré en musique comme on entre en religion, avec une ferveur respectueuse pour les vieux maîtres qu’il servait. Avec son toucher de velours, son sens du phrasé et sa diction de conteur, l’art de Wilhelm Kempff était celui d’un rêveur éveillé, mi-poète, mi-devin, dans une époque où l’expression du sentiment primait sur tout. Il a souvent enregistré à plusieurs reprises ses compositeurs préférés, en particulier son dieu Beethoven, avec lequel on l’a si souvent identifié, laissant trois intégrales des sonates au fur et à mesure de sa propre maturation et de l’évolution des techniques d’enregistrement.

Jonas Kaufmann en 10 disques essentiels

Avec son physique avantageux de jeune premier romantique, l’Allemand Jonas Kaufmann a modernisé l’image du ténor d’opéra, souvent considéré comme un bateleur impénitent. Outre sa voix puissante et variée, Jonas Kaufmann possède un répertoire immense, en plusieurs langues, à l’aise à l’opéra dans Wagner comme dans Verdi ou Puccini, chantant le lied ou l’opéra français à merveille. Grand admirateur de Fritz Wunderlich, il a commencé sa carrière “à l’ancienne”, en troupe dans de petits théâtres allemands avant de voler de ses propres ailes vers une carrière phénoménale. Après une année 2017 chaotique due à un hématome sur les cordes vocales, Jonas Kaufmann semble parfaitement rétabli et travaille sur de très nombreux projets. En 10 disques, Qobuz tente de couvrir toutes les facettes de son immense talent.

Berlioz, la Fantastique en 10 versions

Véritable manifeste de l’émergence du romantisme français, la Symphonie fantastique de Berlioz aura marqué le XIXe siècle comme le Sacre du printemps de Stravinsky marquera le suivant. Créés à Paris, autrefois creuset mondial de l’effervescence artistique, ces deux chefs-d’œuvre ont fait basculer durablement le langage musical dans une autre dimension. Le 5 décembre 1830, l’œuvre révolutionnaire d’un Hector Berlioz de 27 ans émeut les musiciens présents dans la petite salle de l’ancien conservatoire, parmi lesquels Meyerbeer et Liszt, vivement impressionnés pas l’extraordinaire audace de cet ouvrage présenté trois ans seulement après la mort de Beethoven.

Dans l'actualité...