Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Andreas Sieling - Musique pour cuivres et orgue

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Musique pour cuivres et orgue

GABRIELI Giovanni

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Ce sont là d’impressionnantes polyphonies de cuivres qu’offrent les Berlin Brass, un ensemble rassemblant des instrumentistes de tous les grands orchestres berlinois (hormis le Philharmonique…), pour ces œuvres de Gabrieli destinées a priori pour « toutes sortes d’instruments avec la basse à l’orgue », selon les éditions de l’époque. Que l’on ne s’y trompe pas : c’est bien Gabrieli qui ira jusqu’à écrire des partitions jusqu’à ving-et-une parties réelles, selon le principe du double ou triple chœur, les divers ensembles se répondant d’un bout à l’autre de l’église pour se rassembler à la fin. Il faut donc un immense édifice – en l’occurrence la cathédrale de Berlin – pour rendre justice à la spatialisation de ces œuvres, ici rendue avec gourmandise par ces superbes musiciens que dirige Lucas Vis. On y découvre que Gabrieli, bien avant les collègues, utilisa le principe du « forte » et du « piano », en particulier dans la Sonata pian’e forte qui joue magnifiquement sur les plans sonores. Instruments modernes ici – cette remarque à l’attention des éventuels puristes de la chose baroque ! © SM/Qobuz

Plus d'informations

Musique pour cuivres et orgue

Andreas Sieling

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Canzoni et sonate (1615) (Giovanni Gabrieli)

1
Canzoni et sonate (1615): Canzon No. 15 a 10
00:03:57

Andreas Sieling, Performer - Berlin Brass, Ensemble - Lucas Vis, Conductor - Giovanni Gabrieli, Composer

2013 PentaTone

2
Canzoni et sonate (1615): Canzon No. 6 a 7
00:02:54

Andreas Sieling, Performer - Berlin Brass, Ensemble - Lucas Vis, Conductor - Giovanni Gabrieli, Composer

2013 PentaTone

Sacrae symphoniae (1597) (Giovanni Gabrieli)

3
Sacrae symphoniae (1597): Sacrae symphoniae: Sonata octavi toni a 12
00:04:40

Andreas Sieling, Performer - Berlin Brass, Ensemble - Lucas Vis, Conductor - Giovanni Gabrieli, Composer

2013 PentaTone

Canzoni et sonate (1615) (Giovanni Gabrieli)

4
Canzoni et sonate (1615): Canzon No. 9
00:02:34

Andreas Sieling, Performer - Berlin Brass, Ensemble - Lucas Vis, Conductor - Giovanni Gabrieli, Composer

2013 PentaTone

5
Canzoni et sonate (1615): Canzon No. 16 a 12
00:03:21

Andreas Sieling, Performer - Berlin Brass, Ensemble - Lucas Vis, Conductor - Giovanni Gabrieli, Composer

2013 PentaTone

Canzon in G Minor (Giovanni Gabrieli)

6
Canzon in G Minor
00:03:09

Andreas Sieling, Performer - Giovanni Gabrieli, Composer

2013 PentaTone

Sacrae symphoniae (1597) (Giovanni Gabrieli)

7
Sacrae symphoniae (1597): Canzon III a 4
00:01:43

Andreas Sieling, Performer - Berlin Brass, Ensemble - Lucas Vis, Conductor - Giovanni Gabrieli, Composer

2013 PentaTone

8
Sacrae symphoniae (1597): Canzon I a 4, "La spirita"
00:02:39

Andreas Sieling, Performer - Berlin Brass, Ensemble - Lucas Vis, Conductor - Giovanni Gabrieli, Composer

2013 PentaTone

Ricercar primi toni (Giovanni Gabrieli)

9
Ricercar primi toni
00:01:58

Andreas Sieling, Performer - Giovanni Gabrieli, Composer

2013 PentaTone

Sacrae symphoniae (1597) (Giovanni Gabrieli)

10
Sacrae symphoniae (1597): Canzone IV a 4
00:02:02

Andreas Sieling, Performer - Berlin Brass, Ensemble - Lucas Vis, Conductor - Giovanni Gabrieli, Composer

2013 PentaTone

11
Sacrae symphoniae (1597): Canzona II a 4
00:02:13

Andreas Sieling, Performer - Berlin Brass, Ensemble - Lucas Vis, Conductor - Giovanni Gabrieli, Composer

2013 PentaTone

12
Sacrae symphoniae (1597): Sonata pian'e forte, alla quarta bassa, a 8
00:04:20

Andreas Sieling, Performer - Berlin Brass, Ensemble - Lucas Vis, Conductor - Giovanni Gabrieli, Composer

2013 PentaTone

Canzon in A Minor (Giovanni Gabrieli)

13
Canzon in A Minor
00:03:50

Andreas Sieling, Performer - Giovanni Gabrieli, Composer

2013 PentaTone

Canzoni et sonate (1615) (Giovanni Gabrieli)

14
Canzoni et sonate (1615): Canzon I a 5
00:02:47

Andreas Sieling, Performer - Berlin Brass, Ensemble - Lucas Vis, Conductor - Giovanni Gabrieli, Composer

2013 PentaTone

15
Canzoni et sonate (1615): Sonata XIX a 15
00:05:44

Andreas Sieling, Performer - Berlin Brass, Ensemble - Lucas Vis, Conductor - Giovanni Gabrieli, Composer

2013 PentaTone

16
Canzoni et sonate (1615): Canzon XVII a 12
00:02:27

Andreas Sieling, Performer - Berlin Brass, Ensemble - Lucas Vis, Conductor - Giovanni Gabrieli, Composer

2013 PentaTone

17
Canzoni et sonate (1615): Sonata XVIII a 14
00:05:26

Andreas Sieling, Performer - Berlin Brass, Ensemble - Lucas Vis, Conductor - Giovanni Gabrieli, Composer

2013 PentaTone

18
Canzoni et sonate (1615): Sonata XX a 22
00:06:19

Andreas Sieling, Performer - Berlin Brass, Ensemble - Lucas Vis, Conductor - Giovanni Gabrieli, Composer

2013 PentaTone

Descriptif de l'album

Ce sont là d’impressionnantes polyphonies de cuivres qu’offrent les Berlin Brass, un ensemble rassemblant des instrumentistes de tous les grands orchestres berlinois (hormis le Philharmonique…), pour ces œuvres de Gabrieli destinées a priori pour « toutes sortes d’instruments avec la basse à l’orgue », selon les éditions de l’époque. Que l’on ne s’y trompe pas : c’est bien Gabrieli qui ira jusqu’à écrire des partitions jusqu’à ving-et-une parties réelles, selon le principe du double ou triple chœur, les divers ensembles se répondant d’un bout à l’autre de l’église pour se rassembler à la fin. Il faut donc un immense édifice – en l’occurrence la cathédrale de Berlin – pour rendre justice à la spatialisation de ces œuvres, ici rendue avec gourmandise par ces superbes musiciens que dirige Lucas Vis. On y découvre que Gabrieli, bien avant les collègues, utilisa le principe du « forte » et du « piano », en particulier dans la Sonata pian’e forte qui joue magnifiquement sur les plans sonores. Instruments modernes ici – cette remarque à l’attention des éventuels puristes de la chose baroque ! © SM/Qobuz

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Andreas Sieling
19th Century Organ Music Andreas Sieling
Laitenberger: Organ Works Andreas Sieling
Tournemire: Improvisations Andreas Sieling
Alte Meister Andreas Sieling

Playlists

Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Wilhelm Kempff, le plus humain des pianistes

Artiste d’un autre temps, Wilhelm Kempff (1895-1991) croyait à l’inspiration : il était entré en musique comme on entre en religion, avec une ferveur respectueuse pour les vieux maîtres qu’il servait. Avec son toucher de velours, son sens du phrasé et sa diction de conteur, l’art de Wilhelm Kempff était celui d’un rêveur éveillé, mi-poète, mi-devin, dans une époque où l’expression du sentiment primait sur tout. Il a souvent enregistré à plusieurs reprises ses compositeurs préférés, en particulier son dieu Beethoven, avec lequel on l’a si souvent identifié, laissant trois intégrales des sonates au fur et à mesure de sa propre maturation et de l’évolution des techniques d’enregistrement.

Les rêves secrets de Michel Legrand et Jacques Demy

Michel Legrand nous a quittés le 26 janvier 2019 à l’âge de 86 ans. Avec son complice le cinéaste Jacques Demy, il a conquis le cœur des spectateurs du monde entier grâce à des classiques comme « Les Parapluies de Cherbourg », « Peau d’âne » ou « Les Demoiselles de Rochefort ».

Le pèlerinage de Gardiner à travers les Cantates de Bach

John Eliot Gardiner a grandi sous un des deux portraits authentiques de Johann Sebastian Bach que ses parents avaient jalousement gardé, en le cachant dans leur ferme du Dorset pendant la Seconde Guerre mondiale. Devenu l’un des « papes » de la musique baroque, la dévotion totale de Gardiner à Bach a produit un ouvrage passionnant, Musique au château du ciel, paru en français chez Flammarion. « Comment une œuvre aussi sublime a-t-elle pu jaillir d’un homme aussi ordinaire et si opaque », se demande Gardiner dans un ouvrage empli de tendresse et d’une rare érudition, qui n’est pas une nouvelle biographie du compositeur allemand, mais la somme de sa propre expérience d’interprète lui dictant des considérations esthétiques et une analyse sensible des fondements harmoniques, contrapuntiques et polyphoniques de son œuvre. Une tentative réussie de découvrir l’homme à travers sa musique.

Dans l'actualité...