Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Herbert Blomstedt - Mozart : Symphonies Nos. 40 & 41

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Mozart : Symphonies Nos. 40 & 41

Bavarian Radio Symphony Orchestra, Herbert Blomstedt

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 48.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Devenir une star planétaire à quatre-vingt-dix ans n’est certes pas banal, enregistrer les neuf symphonies de Beethoven à cet âge l’est encore moins, surtout quand ces enregistrements renouvellent notre approche d’un corpus qui semblait avoir livré tous ses secrets. C’est ainsi que les paysages les plus familiers peuvent prendre une tournure tout à fait nouvelle selon leur éclairage ou l’angle adopté pour les regarder. Le Suédois Herbert Blomstedt, fils d’un pasteur droit et sévère dans le même cas de figure que pour son compatriote Ingmar Bergman, garde une fraîcheur et une forme physique confondantes au moment d’entamer sa dixième décennie, tout au plus a-t-il réduit le nombre de ses concerts qui est passé de cent à soixante-dix par année, dirigeant les meilleurs orchestres du monde. Après sa récente relecture rafraîchissante de Beethoven, le voici dans les deux dernières symphonies de Mozart, captées en concert en janvier 2013 (K. 550) et en décembre 2017 (K. 551) à la Herkulessaal de la Résidence de Munich, à la tête de l’Orchestre de la Radio de Bavière, toujours l’un des meilleurs d’Allemagne.
On retrouve dans ces deux interprétations à la fois la vivacité des tempos, le lyrisme et la mélancolie qui caractérisaient déjà son intégrale Beethoven et sa première version de ces ultimes pages mozartiennes avec la Staatskapelle de Dresde. Pour cet analyste sensible et adventiste fervent, le concert s’apparente à un service sacré et le chef-d’orchestre à un coordonateur qui écoute ses musiciens en cherchant une solution avec eux et non comme un demi-dieu ou un démiurge imposant ses vues à la collectivité. Pourtant, avec un fini parfait dont peu d’orchestres sont capables en concert, Herbert Blomstedt nous livre ici le Mozart le plus humain, éclairé d’une lumière radieuse mais sans s’encombrer d’un quelconque poids philosophique ou pseudo-testamentaire. © François Hudry/Qobuz

Plus d'info

Mozart : Symphonies Nos. 40 & 41

Herbert Blomstedt

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Symphony No. 40 in G Minor, K. 550 (Wolfgang Amadeus Mozart)

1
I. Molto allegro 00:07:49

Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks - Herbert Blomstedt, Conductor - Wolfgang Amadeus Mozart, Composer

(C) 2018 BR-Klassik (P) 2018 BR-Klassik

2
II. Andante 00:12:18

Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks - Herbert Blomstedt, Conductor - Wolfgang Amadeus Mozart, Composer

(C) 2018 BR-Klassik (P) 2018 BR-Klassik

3
III. Menuetto: Allegretto 00:04:30

Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks - Herbert Blomstedt, Conductor - Wolfgang Amadeus Mozart, Composer

(C) 2018 BR-Klassik (P) 2018 BR-Klassik

4
IV. Allegro assai 00:09:29

Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks - Herbert Blomstedt, Conductor - Wolfgang Amadeus Mozart, Composer

(C) 2018 BR-Klassik (P) 2018 BR-Klassik

Symphony No. 41 in C Major, K. 551 "Jupiter" (Wolfgang Amadeus Mozart)

5
I. Allegro vivace 00:10:58

Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks - Herbert Blomstedt, Conductor - Wolfgang Amadeus Mozart, Composer

(C) 2018 BR-Klassik (P) 2018 BR-Klassik

6
II. Andante cantabile 00:10:33

Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks - Herbert Blomstedt, Conductor - Wolfgang Amadeus Mozart, Composer

(C) 2018 BR-Klassik (P) 2018 BR-Klassik

7
III. Menuetto: Allegretto 00:05:09

Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks - Herbert Blomstedt, Conductor - Wolfgang Amadeus Mozart, Composer

(C) 2018 BR-Klassik (P) 2018 BR-Klassik

8
IV. Molto allegro 00:11:47

Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks - Herbert Blomstedt, Conductor - Wolfgang Amadeus Mozart, Composer

(C) 2018 BR-Klassik (P) 2018 BR-Klassik

Descriptif de l'album

Devenir une star planétaire à quatre-vingt-dix ans n’est certes pas banal, enregistrer les neuf symphonies de Beethoven à cet âge l’est encore moins, surtout quand ces enregistrements renouvellent notre approche d’un corpus qui semblait avoir livré tous ses secrets. C’est ainsi que les paysages les plus familiers peuvent prendre une tournure tout à fait nouvelle selon leur éclairage ou l’angle adopté pour les regarder. Le Suédois Herbert Blomstedt, fils d’un pasteur droit et sévère dans le même cas de figure que pour son compatriote Ingmar Bergman, garde une fraîcheur et une forme physique confondantes au moment d’entamer sa dixième décennie, tout au plus a-t-il réduit le nombre de ses concerts qui est passé de cent à soixante-dix par année, dirigeant les meilleurs orchestres du monde. Après sa récente relecture rafraîchissante de Beethoven, le voici dans les deux dernières symphonies de Mozart, captées en concert en janvier 2013 (K. 550) et en décembre 2017 (K. 551) à la Herkulessaal de la Résidence de Munich, à la tête de l’Orchestre de la Radio de Bavière, toujours l’un des meilleurs d’Allemagne.
On retrouve dans ces deux interprétations à la fois la vivacité des tempos, le lyrisme et la mélancolie qui caractérisaient déjà son intégrale Beethoven et sa première version de ces ultimes pages mozartiennes avec la Staatskapelle de Dresde. Pour cet analyste sensible et adventiste fervent, le concert s’apparente à un service sacré et le chef-d’orchestre à un coordonateur qui écoute ses musiciens en cherchant une solution avec eux et non comme un demi-dieu ou un démiurge imposant ses vues à la collectivité. Pourtant, avec un fini parfait dont peu d’orchestres sont capables en concert, Herbert Blomstedt nous livre ici le Mozart le plus humain, éclairé d’une lumière radieuse mais sans s’encombrer d’un quelconque poids philosophique ou pseudo-testamentaire. © François Hudry/Qobuz

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Herbert Blomstedt
Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Gounod romantique et mystique

Artisan majeur du renouveau de la musique française dans la seconde moitié du XIXe siècle aux côtés de son aîné, Berlioz, qu’il admirait, et de ses disciples, Bizet, Saint-Saëns, Massenet qui vénéraient sa foi en l’Art, Charles Gounod (1818-1893), mystique et charmeur, romantique en quête d’un nouveau classicisme, doit sa célébrité à quelques chefs-d’œuvre qui réduisent son envergure. Une discographie en plein essor permet de découvrir sa musique dans sa diversité : instrumentale, vocale, sacrée et lyrique.

Karajan dirige la Sixième de Sibelius

Herbert von Karajan, l'un des interprètes les plus marquants de la musique de Sibelius, a enregistré en 1967 une version mémorable de la Sixième Symphonie. Sa plus belle version de cette œuvre, et peut-être aussi son enregistrement Sibelius le plus fascinant.

Sibelius : 10 moments clés de la discographie

La discographie du compositeur finlandais Jean Sibelius (1865-1957) est d’une grande richesse, et surtout d’une exceptionnelle qualité et diversité. Qobuz vous en propose un tour d’horizon en mettant l’accent sur 10 moments particulièrement significatifs.

Dans l'actualité...