Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Premysl Vojta - Metamorphosis, Horn & Piano

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Metamorphosis, Horn & Piano

Přemysl Vojta and Tobias Koch

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 48.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Ce n’est pas « un » cor que joue ici Přemysl Vojta, mais plusieurs cors fort différents. Il commence par un cor naturel de 1833 pour la Sonate de Beethoven, et pour quiconque est habitué à l’ouvrage joué sur un instrument chromatique moderne, la surprise sera considérable. Car une bonne partie des notes, a priori indisponibles dans la gamme naturelle de l’instrument primitif, est générée en agissant de la main droite dans le pavillon, de sorte qu’elles sortent quelque peu « bouchées », nasillardes, aux côtés des notes naturelles de pleine sonorité. Il en résulte un effet assez singulier, mais dont Beethoven était conscient en écrivant sa Sonate ; on aurait presque l’impression que deux instruments différents jouent, en s’échangeant les notes d’une seule et même phrase.

Pour Schumann, Vojta a choisi d’abord un cor chromatique viennois de la fin du XIXe siècle, puis un instrument moderne de la fameuse firme allemande Alexander. Cor moderne qu’il garde pour la très intrigante Modification de la Sonate pour piano Op. 27/2 de Beethoven en une sonate pour cor et piano – c’est là le titre complet ! – du compositeur contemporain allemand Giselher Klebe (1925-2009). Si l’on considère qu’il s’est saisi de la Sonate « Clair de lune » pour en faire non pas une simple réinstrumentation, ce qui n’aurait guère d’intérêt, mais une réécriture dans laquelle chaque moment est de manière reconnaissable basé sur Beethoven, tout en étant constamment de Klebe, on ne pourra qu’applaudir à l’exercice hautement virtuose. Aux pianos, Tobias Koch, qui passe d’un Graf de 1821 pour la Sonate de Beethoven à un Erard de 1839 pour tous les Schumann, pour finir sur un Steinway pour le Klebe/Beethoven. Autrement dit, l’auditeur aura loisir de passer à travers un impressionnant éventail de sonorités. © SM/Qobuz

Plus d'informations

Metamorphosis, Horn & Piano

Premysl Vojta

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Sonata for Piano and Horn in F Major, Op. 17 (Ludwig van Beethoven)

1
I. Allegro moderato
00:08:48

Ludwig van Beethoven, Composer - Tobias Koch, Soloist, MainArtist - Přemysl Vojta, Soloist, MainArtist

2
II. Poco adagio, quasi andante
00:01:17

Ludwig van Beethoven, Composer - Tobias Koch, Soloist, MainArtist - Přemysl Vojta, Soloist, MainArtist

3
III. Rondo. Allegro moderato
00:05:13

Ludwig van Beethoven, Composer - Tobias Koch, Soloist, MainArtist - Přemysl Vojta, Soloist, MainArtist

Adagio and Allegro for Piano and Horn, Op. 70 (Robert Schumann)

4
No. 1. Langsam, mit innigem Ausdruck
00:04:11

Robert Schumann, Composer - Tobias Koch, Soloist, MainArtist - Přemysl Vojta, Soloist, MainArtist

5
No. 2. Rasch und feurig
00:05:01

Robert Schumann, Composer - Tobias Koch, Soloist, MainArtist - Přemysl Vojta, Soloist, MainArtist

Fantasiestuecke for Piano and Horn, Op. 73 (Robert Schumann)

6
No. 1. Zart und mit Ausdruck
00:03:52

Robert Schumann, Composer - Tobias Koch, Soloist, MainArtist - Přemysl Vojta, Soloist, MainArtist

7
No. 2. Lebhaft, leicht
00:03:31

Robert Schumann, Composer - Tobias Koch, Soloist, MainArtist - Přemysl Vojta, Soloist, MainArtist

8
No. 3. Rasch und mit feuer
00:04:21

Robert Schumann, Composer - Tobias Koch, Soloist, MainArtist - Přemysl Vojta, Soloist, MainArtist

Three Romances for Piano and Horn, Op. 94 (Robert Schumann)

9
No. 1. Nicht schnell
00:03:30

Robert Schumann, Composer - Tobias Koch, Soloist, MainArtist - Přemysl Vojta, Soloist, MainArtist

10
No. 2. Einfach, innig
00:04:16

Robert Schumann, Composer - Tobias Koch, Soloist, MainArtist - Přemysl Vojta, Soloist, MainArtist

11
No. 3. Nicht schnell
00:04:50

Robert Schumann, Composer - Tobias Koch, Soloist, MainArtist - Přemysl Vojta, Soloist, MainArtist

Alteration of the Sonata for Piano No. 2, Op. 27 by Beethoven (Giselher Klebe)

12
Alteration of the Sonata for Piano No. 2, Op. 27 by Beethoven into Sonata for Horn and Piano, Op. 95: I. Adagio sostenuto
00:07:49

Tobias Koch, Soloist, MainArtist - Giselher Klebe, Composer - Přemysl Vojta, Soloist, MainArtist

13
Alteration of the Sonata for Piano No. 2, Op. 27 by Beethoven into Sonata for Horn and Piano, Op. 95: II. Allegretto
00:03:12

Tobias Koch, Soloist, MainArtist - Giselher Klebe, Composer - Přemysl Vojta, Soloist, MainArtist

14
Alteration of the Sonata for Piano No. 2, Op. 27 by Beethoven into Sonata for Horn and Piano, Op. 95: III. Allegro agitato
00:06:37

Tobias Koch, Soloist, MainArtist - Giselher Klebe, Composer - Přemysl Vojta, Soloist, MainArtist

Avi-Service for music, Cologne/Germany a Production of Westdeutscher Rundfunk Cologne/Germany

Descriptif de l'album

Ce n’est pas « un » cor que joue ici Přemysl Vojta, mais plusieurs cors fort différents. Il commence par un cor naturel de 1833 pour la Sonate de Beethoven, et pour quiconque est habitué à l’ouvrage joué sur un instrument chromatique moderne, la surprise sera considérable. Car une bonne partie des notes, a priori indisponibles dans la gamme naturelle de l’instrument primitif, est générée en agissant de la main droite dans le pavillon, de sorte qu’elles sortent quelque peu « bouchées », nasillardes, aux côtés des notes naturelles de pleine sonorité. Il en résulte un effet assez singulier, mais dont Beethoven était conscient en écrivant sa Sonate ; on aurait presque l’impression que deux instruments différents jouent, en s’échangeant les notes d’une seule et même phrase.

Pour Schumann, Vojta a choisi d’abord un cor chromatique viennois de la fin du XIXe siècle, puis un instrument moderne de la fameuse firme allemande Alexander. Cor moderne qu’il garde pour la très intrigante Modification de la Sonate pour piano Op. 27/2 de Beethoven en une sonate pour cor et piano – c’est là le titre complet ! – du compositeur contemporain allemand Giselher Klebe (1925-2009). Si l’on considère qu’il s’est saisi de la Sonate « Clair de lune » pour en faire non pas une simple réinstrumentation, ce qui n’aurait guère d’intérêt, mais une réécriture dans laquelle chaque moment est de manière reconnaissable basé sur Beethoven, tout en étant constamment de Klebe, on ne pourra qu’applaudir à l’exercice hautement virtuose. Aux pianos, Tobias Koch, qui passe d’un Graf de 1821 pour la Sonate de Beethoven à un Erard de 1839 pour tous les Schumann, pour finir sur un Steinway pour le Klebe/Beethoven. Autrement dit, l’auditeur aura loisir de passer à travers un impressionnant éventail de sonorités. © SM/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Premysl Vojta

Playlists

Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Bruno Walter, souvenirs d’un esprit disparu

Écouter les enregistrements de Bruno Walter à la lumière des splendides remastérisations publiées par Sony Classical, c’est s’abreuver à une culture humaniste. Immense chef d’orchestre, la musique est pour lui un sacerdoce, un art de vivre et un art de penser. Ses enregistrements ont conservé son art du chant, intense mais jamais sentimental, grâce à une ligne claire animée d’un rythme souple, assurant clarté, cohérence et vitalité.

Hélène Grimaud, Élue farouche

Petit tour d’horizon de la discographie d’Hélène Grimaud, à l’occasion de son cinquantième anniversaire et de ses trente ans d’activité discographique. De Denon à Deutsche Grammophon, en passant par Erato puis Teldec, retour sur un parcours incontestablement personnel, sincère et glorieux.

Le violon en 10 interprètes, épisode 2

Si le timbre et l’ambitus du violoncelle le rapprochent de la voix humaine, les aigus stratosphériques du violon flirtent avec les dieux. L’instrument a inspiré des œuvres nombreuses à la discographie pléthorique : des trésors qui sont autant de versions de référence. Voici la seconde partie de cette sélection subjective de 10 violonistes qui met en lumière deux générations éloignées : la première est née pendant le premier tiers du XXe siècle ; la seconde pendant le dernier tiers.

Dans l'actualité...