Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Trio Apollon - Max Bruch: Chamber Music with Clarinet (Eight Pieces Op.83, etc.)

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Max Bruch: Chamber Music with Clarinet (Eight Pieces Op.83, etc.)

Trio Apollon

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 48.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

À force de ne considérer chez Max Bruch que son archi-rebattu Premier Concerto pour violon – ce qui avait le don d’exaspérer le compositeur lui-même à qui tous les violonistes en herbe voulaient mordicus le jouer – on en oublierait que, au cours de sa très longue vie (de 1838 à 1920 !), il écrivit aussi trois symphonies, une quinzaine d’autres œuvres concertantes, quatre opéras, des oratorios et des lieder, ainsi que beaucoup de musique de chambre. Dont voici en particulier les Huit pièces pour clarinette, alto et piano de 1910 – ouvrage de l’ultime maturité donc, dans lequel Reger poursuit sans fléchir sa ligne habituelle : celle du XIXe siècle, celle de Schumann et de Brahms. Pas même Wagner ou Liszt, et encore moins ses contemporains dont Schönberg, Mahler qui a déjà presque tout écrit, et on ne vous parle certes pas de Webern ou Stravinski ou Strauss… Oui, Bruch revendique haut et fort son attachement à la mélodie, à l’harmonie, à l’architecture romantique et ces huit petites perles en sont le plus éclatant exemple. En complément de programme, on pourra entendre, sous les doigts de l’exemplaire et impeccable Trio Apollon une adaptation de Kol Nidrei pour ces mêmes forces instrumentales. © SM/Qobuz

Plus d'informations

Max Bruch: Chamber Music with Clarinet (Eight Pieces Op.83, etc.)

Trio Apollon

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Eight Pieces for Clarinet, Viola and Piano, Op. 83 (Max Bruch)

1
I. Andante 00:03:40

Trio Apollon, Associated Performer, Main Artist - Max Bruch, Composer

(P) 2015 Sony Music Entertainment Germany GmbH

2
II. Allegro con moto 00:02:29

Trio Apollon, Associated Performer, Main Artist - Max Bruch, Composer

(P) 2015 Sony Music Entertainment Germany GmbH

3
III. Andante con moto 00:06:30

Trio Apollon, Associated Performer, Main Artist - Max Bruch, Composer

(P) 2015 Sony Music Entertainment Germany GmbH

4
IV. Allegro agitato 00:03:56

Trio Apollon, Associated Performer, Main Artist - Max Bruch, Composer

(P) 2015 Sony Music Entertainment Germany GmbH

5
V. Andante, "Rumänische Melodie" 00:05:22

Trio Apollon, Associated Performer, Main Artist - Max Bruch, Composer

(P) 2015 Sony Music Entertainment Germany GmbH

6
VI. Andante con moto, "Nachtgesang" 00:05:23

Trio Apollon, Associated Performer, Main Artist - Max Bruch, Composer

(P) 2015 Sony Music Entertainment Germany GmbH

7
VII. Allegro vivace ma non troppo 00:03:37

Trio Apollon, Associated Performer, Main Artist - Max Bruch, Composer

(P) 2015 Sony Music Entertainment Germany GmbH

8
VIII. Moderato 00:05:06

Trio Apollon, Associated Performer, Main Artist - Max Bruch, Composer

(P) 2015 Sony Music Entertainment Germany GmbH

9
Kol Nidrei, Op. 47 (Arr. for Clarinet, Viola and Piano) 00:09:32

Trio Apollon, Associated Performer, Main Artist - Max Bruch, Composer - Christoph Franke, Producer - Henri Thaon, Recording Engineer - Christoph de la Chevallerie, Assistant Engineer

(P) 2015 Sony Music Entertainment Germany GmbH

10
Canzone in B-Flat Major, Op. 55 (Arr. for Clarinet and Piano) 00:06:55

Matthias Glander, Clarinet, Main Artist - Wolfgang Kühnl, Main Artist, Piano - Max Bruch, Composer - Christoph Franke, Producer - Henri Thaon, Recording Engineer - Christoph de la Chevallerie, Assistant Engineer

(P) 2015 Sony Music Entertainment Germany GmbH

11
Romance for Viola and Piano in F Major, Op. 85 00:08:27

Felix Schwartz, Main Artist, Viola - Wolfgang Kühnl, Main Artist, Piano - Max Bruch, Composer - Christoph Franke, Producer - Henri Thaon, Recording Engineer - Christoph de la Chevallerie, Assistant Engineer

(P) 2015 Sony Music Entertainment Germany GmbH

Descriptif de l'album

À force de ne considérer chez Max Bruch que son archi-rebattu Premier Concerto pour violon – ce qui avait le don d’exaspérer le compositeur lui-même à qui tous les violonistes en herbe voulaient mordicus le jouer – on en oublierait que, au cours de sa très longue vie (de 1838 à 1920 !), il écrivit aussi trois symphonies, une quinzaine d’autres œuvres concertantes, quatre opéras, des oratorios et des lieder, ainsi que beaucoup de musique de chambre. Dont voici en particulier les Huit pièces pour clarinette, alto et piano de 1910 – ouvrage de l’ultime maturité donc, dans lequel Reger poursuit sans fléchir sa ligne habituelle : celle du XIXe siècle, celle de Schumann et de Brahms. Pas même Wagner ou Liszt, et encore moins ses contemporains dont Schönberg, Mahler qui a déjà presque tout écrit, et on ne vous parle certes pas de Webern ou Stravinski ou Strauss… Oui, Bruch revendique haut et fort son attachement à la mélodie, à l’harmonie, à l’architecture romantique et ces huit petites perles en sont le plus éclatant exemple. En complément de programme, on pourra entendre, sous les doigts de l’exemplaire et impeccable Trio Apollon une adaptation de Kol Nidrei pour ces mêmes forces instrumentales. © SM/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Trio Apollon

Playlists

Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Nils Frahm, le piano debout

Salué par les critiques de la musique classique comme par les amateurs d’expériences électroniques, le talent de Nils Frahm a mis tout le monde d’accord ces dix dernières années. Qu’il utilise un orgue d’église ou un synthétiseur flanqué de pédales d’effet, le pianiste allemand regarde toujours vers l’avant et c’est pour ça qu’il semble si séduisant.

Wilhelm Kempff, le plus humain des pianistes

Artiste d’un autre temps, Wilhelm Kempff (1895-1991) croyait à l’inspiration : il était entré en musique comme on entre en religion, avec une ferveur respectueuse pour les vieux maîtres qu’il servait. Avec son toucher de velours, son sens du phrasé et sa diction de conteur, l’art de Wilhelm Kempff était celui d’un rêveur éveillé, mi-poète, mi-devin, dans une époque où l’expression du sentiment primait sur tout. Il a souvent enregistré à plusieurs reprises ses compositeurs préférés, en particulier son dieu Beethoven, avec lequel on l’a si souvent identifié, laissant trois intégrales des sonates au fur et à mesure de sa propre maturation et de l’évolution des techniques d’enregistrement.

Berlioz, la Fantastique en 10 versions

Véritable manifeste de l’émergence du romantisme français, la Symphonie fantastique de Berlioz aura marqué le XIXe siècle comme le Sacre du printemps de Stravinsky marquera le suivant. Créés à Paris, autrefois creuset mondial de l’effervescence artistique, ces deux chefs-d’œuvre ont fait basculer durablement le langage musical dans une autre dimension. Le 5 décembre 1830, l’œuvre révolutionnaire d’un Hector Berlioz de 27 ans émeut les musiciens présents dans la petite salle de l’ancien conservatoire, parmi lesquels Meyerbeer et Liszt, vivement impressionnés pas l’extraordinaire audace de cet ouvrage présenté trois ans seulement après la mort de Beethoven.

Dans l'actualité...