Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Cesária Evora|Mar Azul

Mar Azul

Cesaria Evora

Disponible en
16-Bit CD Quality 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

C’est un petit disque de rien du tout : à peine huit chansons d’éternité et trente-cinq minutes de bonheur. C’est une collection modeste d’instants de tristesse, de déconvenues et de ces histoires banales d’amours finissantes. C’est simplement le catalogue des mornas (si l’on veut, le blues capverdien) les plus déchirées de l’instant, enregistrées presque en direct depuis le bar enfumé de l’un des ports de l’un des pays les plus pauvres au monde.



C’est une nouveauté, aussi, la première fois – ou presque – que le grand public rencontre cette dame quinquagénaire, un peu forte, drapée dans d’invraisemblables robes à motifs fleuris. Si l’on en croit les notes de pochette, ses amis la surnomment « Cize » et on a immédiatement envie de faire partie de ses amis, tant on comprend l’émotion du chant de cette grand-mère à révolte de petite fille. D’ailleurs, la dame ne chante pas, elle rêve. A ce pays qu’elle aime tant mais qui lui a rendu tant de rudesse. A cet amour d’adolescence à jamais gravé dans son cœur et à sa maman toujours à ses côtés. Elle rêve à tout cela avec discrétion, comme tous ces gens modestes qui ne veulent pas qu’on les voie saigner. Et surtout, elle chante comme si elle ne s’adressait qu’à nous, public individualiste et vorace.



Et puis, Mar Azul est un disque brut de décoffrage, aussi, construit autour de quelques guitares acoustiques, un piano qui pleure et quelques trilles de violon. Paulino Vieira est déjà là, avec son petit harmonica, et son sens inné de l’arrangement naturel, et sans affèterie. Et puis il y a Bau au cavaquinho (cette terriblement exigeante guitare portugaise à quatre cordes), et le producteur José da Silva, qui y croit dur comme fer. Toutes les chansons sont très bien, mais on a envie de dire qu’on préfère la rare élégance de « Cabo Verde » à tout. C’est vrai qu’il y a « Separação », aussi, triste comme une fille qui s’en va. Voilà, dans un instant, dans quelques mois, la presse déchaînée évoquera une « nouvelle Billie Holiday » et Cesária Évora connaîtra son premier triomphe à l’Olympia. Alors, dépêchez-vous : cela va bientôt commencer….

 


©Copyright Music Story 2015

Plus d'informations

Mar Azul

Cesária Evora

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 80 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cette playlist et plus de 80 millions de titres avec votre abonnement illimité.

À partir de 12,50€/mois

1
Mar Azul
00:03:38

Cesaria Evora, MainArtist - Africa Nostra, MusicPublisher - SM Publishing, MusicPublisher - De Bertholene, MusicPublisher

(C) 1991 Lusafrica (P) 1991 Lusafrica

2
Cize
00:05:21

Cesaria Evora, MainArtist - Africa Nostra, MusicPublisher - SM Publishing, MusicPublisher - MUSIQUE & COMMUNICATION, MusicPublisher

(C) 1991 Lusafrica (P) 1991 Lusafrica

3
Estanhadinha
00:02:44

Dr, MusicPublisher - Cesaria Evora, MainArtist - Copyright Control, MusicPublisher

(C) 1991 Lusafrica (P) 1991 Lusafrica

4
Cabo Verde
00:03:14

Cesaria Evora, MainArtist - Africa Nostra, MusicPublisher - SM Publishing, MusicPublisher - MUSIQUE & COMMUNICATION, MusicPublisher - De Bertholene, MusicPublisher

(C) 1991 Lusafrica (P) 1991 Lusafrica

5
Belga
00:04:57

Cesaria Evora, MainArtist - Africa Nostra, MusicPublisher - SM Publishing, MusicPublisher - MUSIQUE & COMMUNICATION, MusicPublisher - De Bertholene, MusicPublisher

(C) 1991 Lusafrica (P) 1991 Lusafrica

6
Cretcheu di Ceu
00:06:14

Cesaria Evora, MainArtist - Africa Nostra, MusicPublisher - SM Publishing, MusicPublisher - MUSIQUE & COMMUNICATION, MusicPublisher - De Bertholene, MusicPublisher

(C) 1991 Lusafrica (P) 1991 Lusafrica

7
Cinturão Tem Mel
00:03:34

Cesaria Evora, MainArtist - Africa Nostra, MusicPublisher - SM Publishing, MusicPublisher - MUSIQUE & COMMUNICATION, MusicPublisher - De Bertholene, MusicPublisher

(C) 1991 Lusafrica (P) 1991 Lusafrica

8
Separação
00:04:49

Cesaria Evora, MainArtist - Africa Nostra, MusicPublisher - SM Publishing, MusicPublisher - MUSIQUE & COMMUNICATION, MusicPublisher - De Bertholene, MusicPublisher

(C) 1991 Lusafrica (P) 1991 Lusafrica

Descriptif de l'album

C’est un petit disque de rien du tout : à peine huit chansons d’éternité et trente-cinq minutes de bonheur. C’est une collection modeste d’instants de tristesse, de déconvenues et de ces histoires banales d’amours finissantes. C’est simplement le catalogue des mornas (si l’on veut, le blues capverdien) les plus déchirées de l’instant, enregistrées presque en direct depuis le bar enfumé de l’un des ports de l’un des pays les plus pauvres au monde.



C’est une nouveauté, aussi, la première fois – ou presque – que le grand public rencontre cette dame quinquagénaire, un peu forte, drapée dans d’invraisemblables robes à motifs fleuris. Si l’on en croit les notes de pochette, ses amis la surnomment « Cize » et on a immédiatement envie de faire partie de ses amis, tant on comprend l’émotion du chant de cette grand-mère à révolte de petite fille. D’ailleurs, la dame ne chante pas, elle rêve. A ce pays qu’elle aime tant mais qui lui a rendu tant de rudesse. A cet amour d’adolescence à jamais gravé dans son cœur et à sa maman toujours à ses côtés. Elle rêve à tout cela avec discrétion, comme tous ces gens modestes qui ne veulent pas qu’on les voie saigner. Et surtout, elle chante comme si elle ne s’adressait qu’à nous, public individualiste et vorace.



Et puis, Mar Azul est un disque brut de décoffrage, aussi, construit autour de quelques guitares acoustiques, un piano qui pleure et quelques trilles de violon. Paulino Vieira est déjà là, avec son petit harmonica, et son sens inné de l’arrangement naturel, et sans affèterie. Et puis il y a Bau au cavaquinho (cette terriblement exigeante guitare portugaise à quatre cordes), et le producteur José da Silva, qui y croit dur comme fer. Toutes les chansons sont très bien, mais on a envie de dire qu’on préfère la rare élégance de « Cabo Verde » à tout. C’est vrai qu’il y a « Separação », aussi, triste comme une fille qui s’en va. Voilà, dans un instant, dans quelques mois, la presse déchaînée évoquera une « nouvelle Billie Holiday » et Cesária Évora connaîtra son premier triomphe à l’Olympia. Alors, dépêchez-vous : cela va bientôt commencer….

 


©Copyright Music Story 2015

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

Delta Kream

The Black Keys

Delta Kream The Black Keys

I Dream Of Christmas

Norah Jones

I Dream Of Christmas Norah Jones

...‘Til We Meet Again - Live

Norah Jones

Ghost Song

Cécile McLorin Salvant

Ghost Song Cécile McLorin Salvant
À découvrir également
Par Cesária Evora

Historia De Un Amor

Cesária Evora

Historia De Un Amor Cesária Evora

Miss Perfumado (20th Anniversary Edition)

Cesária Evora

Live à Paris 1993

Cesária Evora

Live à Paris 1993 Cesária Evora

Best Of

Cesária Evora

Best Of Cesária Evora

Café Atlantico

Cesária Evora

Café Atlantico Cesária Evora
Dans la même thématique...

Bamanan

Rokia Kone

Bamanan Rokia Kone

Mother Nature

Angélique Kidjo

Mother Nature Angélique Kidjo

Djourou

Ballaké Sissoko

Djourou Ballaké Sissoko

Hope

Hugh Masekela

Hope Hugh Masekela

A Touma

Ballaké Sissoko

A Touma Ballaké Sissoko
Les Grands Angles...
Cap au Cap-Vert

Depuis que les Portugais ont annexé cet ensemble d’îles désertes au XVe siècle pour en faire un centre de regroupement d’esclaves, les populations noire et portugaise s’y sont mélangées au fil du temps pour donner naissance à une langue et des musiques inédites – chaque île développant plus ou moins son propre style –, transformant les sols arides du Cap-Vert en inépuisable réservoir à talents.

Bossa-nova, la vague éternelle

Depuis sa création à la fin des années 1950, la bossa-nova est devenue un ingrédient indispensable à la riche palette musicale brésilienne. Cette musique au fort pouvoir évocateur a conquis des artistes du monde entier et révélé des musiciens de premier ordre dont les compositions sont devenues des classiques.

Blues touareg, l’oasis du rock

Depuis la sortie en 2002 du premier album officiel du groupe touareg Tinariwen, “The Radio Tisdas Sessions”, leur musique électrique dominée par les guitares est devenue une catégorie de rock, reconnue et respectée de Bamako à Los Angeles. Ce succès international a permis à de nombreux musiciens originaires du Sahara de se faire connaître. Ces poètes électriques des dunes de sable et des étendues rocailleuses ne cessent d’attirer les rockers occidentaux en quête d’authenticité rebelle.

Dans l'actualité...