Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Regula Mühlemann - Lieder der Heimat / Songs from Home

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Lieder der Heimat / Songs from Home

Regula Mühlemann

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Récompensée pour son récital Mozart d’un Qobuzissime, la soprano Regula Mühlemann poursuit son chemin discographique chez Sony avec un album consacré à une thématique éminemment romantique. Lieder der Heimat est un programme musical ambitieusement conçu puisqu’il mêle pièces maîtresses (Schubert, Liszt), œuvres inattendues (Rossini) et raretés (Baumgartner, Frey et la plus française Marguerite Roesgen-Champion) autour d’un concept typiquement germanique. Si l'on peut traduire Heimat par “patrie”, on néglige la part affective que contient le terme allemand, où défilent les paysages de l’enfance. Le lied est le lieu privilégié de l’expression des sentiments et des atmosphères qui s’y rapportent. Schubert en a fait un art dont la sophistication mélodique et harmonique se fait oublier dans le naturel d’une poésie qui parle directement au cœur.

L’album s’ouvre d'ailleurs avec lui, au son de l’instrument pastoral par excellence, la clarinette, ici de Daniel Ottensamer. Sa sonorité veloutée de coin du feu ménage l’entrée de Regula Mühlemann. Le programme se déroule sans qu’on y prenne garde tant sa voix chaude et claire sied à ce répertoire – en allemand, en français, en italien ou en langue alémanique. On est tout de même tiré de nos rêveries quand s’élève Das Alte Guggisberger-Lied (La Vieille Chanson de Guggisberg). La chanteuse modèle son timbre pour lui donner une couleur spéciale grâce à des inflexions souples et un vibrato presque effacé. Cette parenthèse a cappella, d’abord à une voix, s’étoffe d’une deuxième puis d’une troisième – on regrette que le livret ne donne pas plus de détails sur les participantes supplémentaires. Quoi qu’il en soit, Regula Mühlemann forme avec la pianiste Tatiana Korsunskaya un duo parfait. Cette dernière a aussi son solo avec une page ondoyante des Années de pèlerinage : Le Lac de Wallenstadt.

Si Konstantin Timokhine signale le retour de Schubert en cours de randonnée avec la sonorité alpine du cor naturel (Auf dem Strom, D. 943), c’est sur deux pièces plus opératiques que se referme le disque. La Pastorella al prato de Schubert s’enchaîne avec évidence et gourmandise avec une des Soirées musicales de Rossini, La Pastorella dell’Alpi. Le compositeur de Guillaume Tell (encore la Suisse !) offre une conclusion plus volage à l'enregistrement. Incroyable Regula Mühlemann à qui, décidément, vont tous les costumes ! © Elsa Siffert/Qobuz

Plus d'informations

Lieder der Heimat / Songs from Home

Regula Mühlemann

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Der Hirt auf dem Felsen, D. 965, Op. posth. 129 00:11:10

Franz Schubert, Composer - Andreas Werner, Engineer - Wilhelm Müller, Lyricist - Regula Mühlemann, Soprano, MainArtist - Daniel Ottensamer, Clarinet - Tatiana Korsunskaya, Piano

(P) 2019 Sony Music Entertainment Germany GmbH

2
Im Frühling, D. 882 00:04:21

Franz Schubert, Composer - Andreas Werner, Engineer - Ernst Schulze, Lyricist - Regula Mühlemann, Soprano, MainArtist - Tatiana Korsunskaya, Piano

(P) 2019 Sony Music Entertainment Germany GmbH

3
Der Knabe, D. 692 00:02:14

Franz Schubert, Composer - Andreas Werner, Engineer - Regula Mühlemann, Soprano, MainArtist - Tatiana Korsunskaya, Piano

(P) 2019 Sony Music Entertainment Germany GmbH

4
Noch sind die Tage der Rosen, Op. 24, No. 1 00:02:10

Andreas Werner, Engineer - Wilhelm Baumgartner, Composer - Regula Mühlemann, Soprano, MainArtist - Tatiana Korsunskaya, Piano

(P) 2019 Sony Music Entertainment Germany GmbH

5
Du bist wie eine Blume, Op. 10, No. 1 00:01:55

Andreas Werner, Engineer - Wilhelm Baumgartner, Composer - Regula Mühlemann, Soprano, MainArtist - Tatiana Korsunskaya, Piano

(P) 2019 Sony Music Entertainment Germany GmbH

6
Ein Stündlein wohl vor Tag, Op. 10, No. 5 00:02:01

Andreas Werner, Engineer - Wilhelm Baumgartner, Composer - Regula Mühlemann, Soprano, MainArtist - Tatiana Korsunskaya, Piano

(P) 2019 Sony Music Entertainment Germany GmbH

7
Wenn die Sonne lieblich schiene, Op. 4, No. 5 00:00:59

Andreas Werner, Engineer - Wilhelm Baumgartner, Composer - Regula Mühlemann, Soprano, MainArtist - Tatiana Korsunskaya, Piano

(P) 2019 Sony Music Entertainment Germany GmbH

8
An den Abendstern Op. 19, No. 2 00:02:31

Andreas Werner, Engineer - Wilhelm Baumgartner, Composer - Regula Mühlemann, Soprano, MainArtist - Tatiana Korsunskaya, Piano

(P) 2019 Sony Music Entertainment Germany GmbH

9
In der Fremde, Op. 15, No. 4 00:02:11

Andreas Werner, Engineer - Othmar Schoeck, Composer - Regula Mühlemann, Soprano, MainArtist - Tatiana Korsunskaya, Piano

(P) 2019 Sony Music Entertainment Germany GmbH

10
Auf dem Strom, D. 943, Op. 119 00:09:06

Franz Schubert, Composer - Andreas Werner, Engineer - Regula Mühlemann, Soprano, MainArtist - Tatiana Korsunskaya, Piano - Konstantin Timokhine, Horn

(P) 2019 Sony Music Entertainment Germany GmbH

11
Wandern mit Dir 00:01:07

Andreas Werner, Engineer - Richard Flury, Composer - Regula Mühlemann, Soprano, MainArtist - Tatiana Korsunskaya, Piano

(P) 2019 Sony Music Entertainment Germany GmbH

12
Junges Mädchen in den Bergen, Op. 49, No. 1 00:01:59

Andreas Werner, Engineer - Emil Frey, Composer - Regula Mühlemann, Soprano, MainArtist - Tatiana Korsunskaya, Piano

(P) 2019 Sony Music Entertainment Germany GmbH

13
Edelwyss, Op. 31 00:02:25

Andreas Werner, Engineer - Regula Mühlemann, Soprano, MainArtist - Tatiana Korsunskaya, Piano - Richard Langer, Composer

(P) 2019 Sony Music Entertainment Germany GmbH

14
Das alte Guggisberger-Lied 00:03:01

Traditional, Composer - Andreas Werner, Engineer - Regula Mühlemann, Soprano, MainArtist - Tatiana Korsunskaya, Piano

(P) 2019 Sony Music Entertainment Germany GmbH

15
Plange, Op. 10, No. 1 00:02:30

Andreas Werner, Engineer - Friedrich Niggli, Composer - Regula Mühlemann, Soprano, MainArtist - Tatiana Korsunskaya, Piano

(P) 2019 Sony Music Entertainment Germany GmbH

16
Années de pèlerinage I, S. 160: No. 2, Au lac de Wallenstadt 00:03:09

Franz Liszt, Composer - Andreas Werner, Engineer - Tatiana Korsunskaya, Piano, MainArtist

(P) 2019 Sony Music Entertainment Germany GmbH

17
Poétique du ciel: I. Cette étoite perdue 00:02:57

Andreas Werner, Engineer - Regula Mühlemann, Soprano, MainArtist - Tatiana Korsunskaya, Piano - Marguerite Roesgen-Champion, Composer

(P) 2019 Sony Music Entertainment Germany GmbH

18
Une jeune fille parle 00:03:01

Andreas Werner, Engineer - Regula Mühlemann, Soprano, MainArtist - Tatiana Korsunskaya, Piano - Marguerite Roesgen-champion, Composer

(P) 2019 Sony Music Entertainment Germany GmbH

21
La pastorella al prato, D. 528 00:02:09

Franz Schubert, Composer - Andreas Werner, Engineer - Carlo Goldoni, Lyricist - Regula Mühlemann, Soprano, MainArtist - Tatiana Korsunskaya, Piano

(P) 2019 Sony Music Entertainment Germany GmbH

22
Soirées musicales: VI. La pastorella dell'Alpi 00:02:49

Gioacchino Rossini, Composer - Andreas Werner, Engineer - Regula Mühlemann, Soprano, MainArtist - Tatiana Korsunskaya, Piano

(P) 2019 Sony Music Entertainment Germany GmbH

Zwei romanische Lieder, Op. 19 (Walther Geiser)

19
I. Primavera 00:01:54

Walther Geiser, Composer - Regula Mühlemann, Soprano, MainArtist - Tatiana Korsunskaya, Piano

(P) 2019 Sony Music Entertainment Germany GmbH

20
II. Dorma 00:02:21

Walther Geiser, Composer - Regula Mühlemann, Soprano, MainArtist - Tatiana Korsunskaya, Piano

(P) 2019 Sony Music Entertainment Germany GmbH

Descriptif de l'album

Récompensée pour son récital Mozart d’un Qobuzissime, la soprano Regula Mühlemann poursuit son chemin discographique chez Sony avec un album consacré à une thématique éminemment romantique. Lieder der Heimat est un programme musical ambitieusement conçu puisqu’il mêle pièces maîtresses (Schubert, Liszt), œuvres inattendues (Rossini) et raretés (Baumgartner, Frey et la plus française Marguerite Roesgen-Champion) autour d’un concept typiquement germanique. Si l'on peut traduire Heimat par “patrie”, on néglige la part affective que contient le terme allemand, où défilent les paysages de l’enfance. Le lied est le lieu privilégié de l’expression des sentiments et des atmosphères qui s’y rapportent. Schubert en a fait un art dont la sophistication mélodique et harmonique se fait oublier dans le naturel d’une poésie qui parle directement au cœur.

L’album s’ouvre d'ailleurs avec lui, au son de l’instrument pastoral par excellence, la clarinette, ici de Daniel Ottensamer. Sa sonorité veloutée de coin du feu ménage l’entrée de Regula Mühlemann. Le programme se déroule sans qu’on y prenne garde tant sa voix chaude et claire sied à ce répertoire – en allemand, en français, en italien ou en langue alémanique. On est tout de même tiré de nos rêveries quand s’élève Das Alte Guggisberger-Lied (La Vieille Chanson de Guggisberg). La chanteuse modèle son timbre pour lui donner une couleur spéciale grâce à des inflexions souples et un vibrato presque effacé. Cette parenthèse a cappella, d’abord à une voix, s’étoffe d’une deuxième puis d’une troisième – on regrette que le livret ne donne pas plus de détails sur les participantes supplémentaires. Quoi qu’il en soit, Regula Mühlemann forme avec la pianiste Tatiana Korsunskaya un duo parfait. Cette dernière a aussi son solo avec une page ondoyante des Années de pèlerinage : Le Lac de Wallenstadt.

Si Konstantin Timokhine signale le retour de Schubert en cours de randonnée avec la sonorité alpine du cor naturel (Auf dem Strom, D. 943), c’est sur deux pièces plus opératiques que se referme le disque. La Pastorella al prato de Schubert s’enchaîne avec évidence et gourmandise avec une des Soirées musicales de Rossini, La Pastorella dell’Alpi. Le compositeur de Guillaume Tell (encore la Suisse !) offre une conclusion plus volage à l'enregistrement. Incroyable Regula Mühlemann à qui, décidément, vont tous les costumes ! © Elsa Siffert/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Regula Mühlemann
Mozart Arias Regula Mühlemann
Cleopatra - Baroque Arias Regula Mühlemann
Mozart Arias Regula Mühlemann
Cleopatra - Baroque Arias Regula Mühlemann

Playlists

Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Martha Argerich, l'indomptable pianiste

Voilà plus de soixante ans que la pianiste argentine (naturalisée suisse) Martha Argerich enchante le public par son jeu sauvage et impulsif et par une prise de risques de chaque instant. Défiant les difficultés techniques, cet artiste flamboyante a fait de chacune de ses interprétations une aventure dont nous sommes les témoins admiratifs.

British blues boom, chronique d’une révolution

Si Joe Bonamassa revient avec “British Blues Explosion”, un an après le “Blue & Lonesome” des Rolling Stones, c’est que le « British blues boom » a été plus qu’un simple courant. L’intérêt des Anglais pour les icônes américaines du genre a engendré une véritable révolution, avec en tête la sainte Trinité de la guitare, formée par Eric Clapton, Jeff Beck et Jimmy Page. À l’aube des années 1960, une fabuleuse déferlante atteint les côtes de la Grande-Bretagne. Et ouvre la voie à de nouvelles dimensions musicales.

Wilhelm Kempff, le plus humain des pianistes

Artiste d’un autre temps, Wilhelm Kempff (1895-1991) croyait à l’inspiration : il était entré en musique comme on entre en religion, avec une ferveur respectueuse pour les vieux maîtres qu’il servait. Avec son toucher de velours, son sens du phrasé et sa diction de conteur, l’art de Wilhelm Kempff était celui d’un rêveur éveillé, mi-poète, mi-devin, dans une époque où l’expression du sentiment primait sur tout. Il a souvent enregistré à plusieurs reprises ses compositeurs préférés, en particulier son dieu Beethoven, avec lequel on l’a si souvent identifié, laissant trois intégrales des sonates au fur et à mesure de sa propre maturation et de l’évolution des techniques d’enregistrement.

Dans l'actualité...