Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

King Crimson - Larks' Tongues In Aspic (Expanded & Remastered Original Album Mix)

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Larks' Tongues In Aspic (Expanded & Remastered Original Album Mix)

King Crimson

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Les cliquetis des cloches et autres percussions comme un bruissement lointain venu de la fôret primordiale puis la plainte du violon mêlée aux grondements inquiétants de la guitare, un roulement sec de batterie et le riff monstrueux gorgé de puissance électrique comme retenu depuis la nuit des temps dynamite l’espace, laisse un instant réémerger la lancinante mélopée avant d’exploser à nouveau, puis soudain, la guitare se lance dans une folle sarabande dissonante soutenue par un entrelas diabolique de batterie, de percussion et de basse, le calme revient alors sur un violon quasi-solitaire comme une éclaircie à l’aube du monde transformé par un subtil crescendo en une nouvelle et poignante mélodie brisant sur quelques majestueuses bribes de mellotron…



C’est «Lark’s tongue in aspic part one» : treize minutes d’expérimentation musicale totale et d’une puissance d’évocation pourtant toujours présente qui ouvre l’album du même titre : et vous aurez compris que le King Crimson du début de cette année 1973 ouvre une ère nouvelle qui ne cède absolument en rien à l’ère précédente, sans doute la préférée de tous les afficionados, et dont cet album est le premier chef d’œuvre absolu, peut-être le sommet de son imposante et essentielle discographie. Une ère où presque tout est neuf à commencer par la guitare de Robert Fripp elle-même qui, comme sorti d’un purgatoire où l’avait relégué la collaboration avec Pete Sinfield et l’énorme charge de composition à laquelle son servant devait s’atteler auparavant (tous les nouveaux membres y participent désormais) s’impose de nouveau en magistral et impétueux maître de cérémonie ; puis bien sûr tous les nouveaux arrivants (le virtuose transfuge de Yes, Bill Bruford à la batterie, le génialement inventif James Muir issu d’une obscure collaboration avec le guitariste Allan Holdsworth, aux percussions et dont ce sera malheureusement la seule participation avant un retrait définitif dans les hautes sphères de la méditation et de la spiritualité, David Cross, ex Ring, et son violon électrique des profondeurs, John Wetton, ex Family, à la basse aussi chaude et mélodique que sa voix, sans oublier le nouveau parolier Richard Palmer James mais qui, lui, n’intégrera jamais complétement le groupe). Une ère où King Crimson trouve enfin la cohésion à laquelle Fripp aspirait depuis longtemps, tant donc dans le domaine de la composition que dans celui de l’interprétation car ce formidable consortium musical offrira au public pendant à peu près deux ans parmi les plus fabuleux concerts que le groupe ait jamais donnés. Une ère où surtout bien sûr la musique est neuve, absolument et radicalement neuve, sorti des chaudrons de l’enfer (le titre en recette de sorcellerie et la pochette comme un symbole kabbalistique l’annoncent clairement), incandescent , fuligineux et apocalyptique maelström d’électricité sombre et passionnée.



Car une fois cette énorme introduction digérée, après l’élégante mélodie tissée sur des arpèges délicats de «Book of Saturday» et la mélancolique et superbe ballade de «Exiles» où la voix de John Wetton fait merveille (le seul titre à peut-être rappeler quelques riches heures du passé), on plonge définitivement dans l’inconnu et le jubilatoire. C’est d’abord «Easy Money» qui, sous ses fausses allures de rock bien charpenté, avec un naturel confondant nous emmène doucement sur un rythme bancal, où les interventions de James Muir et autres habillages sonores réveillent à tout moment comme par surprise l’ange du bizarre, vers un final totalement échevelé ; puis ce lent, hypnotique et obsédant crescendo de «Talking drum» où la tension initiée par d’étranges roulements de percussion relayés par le chant orientalisant puis de plus en plus grinçant du violon, bientôt enchevêtré aux arabesques de la guitare et à la ligne grondante d’une basse omniprésente, ne se résout que dans un crissement suraigu à la limite de l’audiblement supportable comme un tonitruant point d’orgue annonçant la pièce maîtresse, le chef d’œuvre absolu à suivre.



Car on passe alors sans transition au sommet de démesure et de puissance de «Lark’s tongue in aspic part two», son riff infernal (ce son de guitare d’une densité et d’une acuité hallucinantes découpant à la serpe des séquences rythmique sorties de l’enfer, sa batterie diabolique soutenue par une basse énorme mais fluide), la lancinante et envoûtante incantation du violon ou ses stridences les plus extrêmes, le tout en une alternance totalement maîtrisée de retenue mélodique et de déchaînement de furie électrique aboutissant à une formidable gigue de succubes aux corps démantibulés par la transe rythmique, l’incroyable et sabbatique acmé d’une musique alliant comme peut-être jamais la pure et innovante cérébralité et les ancestrales et incontournables recettes de la frénésie chamanique.

Ce n’est donc pas un hasard si par la suite, tant sur scène qu’en studio (où le groupe enregistrera beaucoup plus tard les futures part three et four) les titres éponymes de ce fantastique album resteront une référence incontournable, le fil rouge d’une carrière qui inaugurait en la matière une de ses périodes majeures.      
© ©Copyright Music Story Olivier Souane 2017

Plus d'informations

Larks' Tongues In Aspic (Expanded & Remastered Original Album Mix)

King Crimson

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Larks' Tongues In Aspic (Part I)
00:13:35

King Crimson, MainArtist

2014 Robert Fripp 2014 Robert Fripp

2
Book Of Saturday
00:02:55

King Crimson, MainArtist

2014 Robert Fripp 2014 Robert Fripp

3
Exiles
00:07:41

King Crimson, MainArtist

2014 Robert Fripp 2014 Robert Fripp

4
Easy Money
00:07:54

King Crimson, MainArtist

2014 Robert Fripp 2014 Robert Fripp

5
The Talking Drum
00:07:24

King Crimson, MainArtist

2014 Robert Fripp 2014 Robert Fripp

6
Larks' Tongues In Aspic (Part II)
00:07:19

King Crimson, MainArtist

2014 Robert Fripp 2014 Robert Fripp

7
Recording Session Extract (Part 1) [Bonus Track]
00:10:35

King Crimson, MainArtist

2014 Robert Fripp 2014 Robert Fripp

8
Recording Session Extract (Part 2) [Bonus Track]
00:10:25

King Crimson, MainArtist

2014 Robert Fripp 2014 Robert Fripp

Descriptif de l'album

Les cliquetis des cloches et autres percussions comme un bruissement lointain venu de la fôret primordiale puis la plainte du violon mêlée aux grondements inquiétants de la guitare, un roulement sec de batterie et le riff monstrueux gorgé de puissance électrique comme retenu depuis la nuit des temps dynamite l’espace, laisse un instant réémerger la lancinante mélopée avant d’exploser à nouveau, puis soudain, la guitare se lance dans une folle sarabande dissonante soutenue par un entrelas diabolique de batterie, de percussion et de basse, le calme revient alors sur un violon quasi-solitaire comme une éclaircie à l’aube du monde transformé par un subtil crescendo en une nouvelle et poignante mélodie brisant sur quelques majestueuses bribes de mellotron…



C’est «Lark’s tongue in aspic part one» : treize minutes d’expérimentation musicale totale et d’une puissance d’évocation pourtant toujours présente qui ouvre l’album du même titre : et vous aurez compris que le King Crimson du début de cette année 1973 ouvre une ère nouvelle qui ne cède absolument en rien à l’ère précédente, sans doute la préférée de tous les afficionados, et dont cet album est le premier chef d’œuvre absolu, peut-être le sommet de son imposante et essentielle discographie. Une ère où presque tout est neuf à commencer par la guitare de Robert Fripp elle-même qui, comme sorti d’un purgatoire où l’avait relégué la collaboration avec Pete Sinfield et l’énorme charge de composition à laquelle son servant devait s’atteler auparavant (tous les nouveaux membres y participent désormais) s’impose de nouveau en magistral et impétueux maître de cérémonie ; puis bien sûr tous les nouveaux arrivants (le virtuose transfuge de Yes, Bill Bruford à la batterie, le génialement inventif James Muir issu d’une obscure collaboration avec le guitariste Allan Holdsworth, aux percussions et dont ce sera malheureusement la seule participation avant un retrait définitif dans les hautes sphères de la méditation et de la spiritualité, David Cross, ex Ring, et son violon électrique des profondeurs, John Wetton, ex Family, à la basse aussi chaude et mélodique que sa voix, sans oublier le nouveau parolier Richard Palmer James mais qui, lui, n’intégrera jamais complétement le groupe). Une ère où King Crimson trouve enfin la cohésion à laquelle Fripp aspirait depuis longtemps, tant donc dans le domaine de la composition que dans celui de l’interprétation car ce formidable consortium musical offrira au public pendant à peu près deux ans parmi les plus fabuleux concerts que le groupe ait jamais donnés. Une ère où surtout bien sûr la musique est neuve, absolument et radicalement neuve, sorti des chaudrons de l’enfer (le titre en recette de sorcellerie et la pochette comme un symbole kabbalistique l’annoncent clairement), incandescent , fuligineux et apocalyptique maelström d’électricité sombre et passionnée.



Car une fois cette énorme introduction digérée, après l’élégante mélodie tissée sur des arpèges délicats de «Book of Saturday» et la mélancolique et superbe ballade de «Exiles» où la voix de John Wetton fait merveille (le seul titre à peut-être rappeler quelques riches heures du passé), on plonge définitivement dans l’inconnu et le jubilatoire. C’est d’abord «Easy Money» qui, sous ses fausses allures de rock bien charpenté, avec un naturel confondant nous emmène doucement sur un rythme bancal, où les interventions de James Muir et autres habillages sonores réveillent à tout moment comme par surprise l’ange du bizarre, vers un final totalement échevelé ; puis ce lent, hypnotique et obsédant crescendo de «Talking drum» où la tension initiée par d’étranges roulements de percussion relayés par le chant orientalisant puis de plus en plus grinçant du violon, bientôt enchevêtré aux arabesques de la guitare et à la ligne grondante d’une basse omniprésente, ne se résout que dans un crissement suraigu à la limite de l’audiblement supportable comme un tonitruant point d’orgue annonçant la pièce maîtresse, le chef d’œuvre absolu à suivre.



Car on passe alors sans transition au sommet de démesure et de puissance de «Lark’s tongue in aspic part two», son riff infernal (ce son de guitare d’une densité et d’une acuité hallucinantes découpant à la serpe des séquences rythmique sorties de l’enfer, sa batterie diabolique soutenue par une basse énorme mais fluide), la lancinante et envoûtante incantation du violon ou ses stridences les plus extrêmes, le tout en une alternance totalement maîtrisée de retenue mélodique et de déchaînement de furie électrique aboutissant à une formidable gigue de succubes aux corps démantibulés par la transe rythmique, l’incroyable et sabbatique acmé d’une musique alliant comme peut-être jamais la pure et innovante cérébralité et les ancestrales et incontournables recettes de la frénésie chamanique.

Ce n’est donc pas un hasard si par la suite, tant sur scène qu’en studio (où le groupe enregistrera beaucoup plus tard les futures part three et four) les titres éponymes de ce fantastique album resteront une référence incontournable, le fil rouge d’une carrière qui inaugurait en la matière une de ses périodes majeures.      
© ©Copyright Music Story Olivier Souane 2017

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

Misplaced Childhood

Marillion

Fugazi

Marillion

Fugazi Marillion

Emerson, Lake & Palmer

Emerson, Lake & Palmer

Emerson, Lake & Palmer Emerson, Lake & Palmer

Aqualung

Jethro Tull

Aqualung Jethro Tull
À découvrir également
Par King Crimson

Radical Action/Meltdown (KC50, Vol. 50)

King Crimson

In The Court Of The Crimson King

King Crimson

Red (Expanded & Remastered Original Album Mix)

King Crimson

Discipline

King Crimson

Discipline King Crimson

In The Wake Of Poseidon

King Crimson

Playlists

Dans la même thématique...

Atom Heart Mother (2011 Remastered Version)

Pink Floyd

Fragile

Yes

Fragile Yes

Parabellum

Yngwie Malmsteen

Parabellum Yngwie Malmsteen

Versions of the Truth

The Pineapple Thief

Versions of the Truth The Pineapple Thief
Les Grands Angles...
La révolution des Talking Heads

Quarante ans après, la folie funky du “Remain in Light” de la bande de David Byrne a conservé toute sa force. Ce post-punk cérébral propulsé sur un dancefloor cosmopolite a même nourri l’ADN de milliers de groupes comme LCD Soundsystem, Vampire Weekend ou Arcade Fire. Avec ce 4e album produit par Brian Eno, les Talking Heads ont fait leur révolution. Et celle du rock.

Le rock progressif en 10 albums

Les influences sont insaissisables, toujours en mouvement et reconfigurations. Une même source d’inspiration connaitra des déclinaisons fort différentes selon le prisme et le présent à travers lesquels elle resurgira. Au cours des 40 dernières années le rock progressif a connu le sommet des charts, le sérieux des pupitres ou les honneurs de l’appellation art-rock. Cette esthétique a développé un élargissement de son lexique par la combinaison de codes antérieurs à des enjeux artistiques et culturels sans cesse renouvelés. Si le rock progressif n’est plus nécessairement revendiqué aujourd’hui avec la même ferveur qu’hier, on peut cependant toujours observer son empreinte chez des artistes allant de Tool à Kanye West. Voici dix albums majeurs, dont le rayonnement n’est pas près de faiblir.

Le monde selon Peter Gabriel

Porte-drapeau du rock progressif britannique avec Genesis, Peter Gabriel, qui fête ses 70 ans le 13 février, est devenu le champion de la world music et la figure de l’artiste engagé à travers son label Real World, la série de festivals Womad et bien sûr la protest song “Biko”, passée à la postérité via la tournée de concerts Amnesty International. Retour sur le parcours d’une pop star pas comme les autres.

Dans l'actualité...