Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Christine and the Queens - La vita nuova

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

La vita nuova

Christine And The Queens

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Cet EP de Christine And The Queens – sorti un an et demi seulement après son deuxième album intitulé Chris – se situe dans la continuité du style musical propre à Héloïse Létissier (vrai nom de Chris). C’est toujours l’electronica des années 1980 et 1990 qui inspire la chanteuse, au même titre que Michael Jackson et Laurie Anderson. Ce n’est donc pas de ce côté que l’on trouvera la « nouveauté » dont parle le titre. La Vita Nuova fait référence à la première œuvre écrite par Dante au XIIIe siècle, dans laquelle il est question de Béatrice Portinari, une femme dont il est follement amoureux. La soudaine indifférence de cette dernière provoque chez l’auteur de profondes souffrances, mais développe également chez lui une certaine maturité. Les vertus émancipatrices de la douleur morale sont au cœur de cet EP, notamment dans sa pierre angulaire, People I’ve Been Sad (« Adolescence contrariée par un millier de chardons morts/Marcher pieds nus sur du verre et maintenant tout est plus fort »). Tout comme dans Je disparais dans tes bras (« Pourrais-tu m’aimer ? Ça j’en doute, quand tu prends ce que tu veux de moi »), Chris semble donc jouer le rôle de la victime, mais une ancienne victime que la blessure a rendue plus forte.

Si l’on se réfère à la pochette, les rôles sont même désormais inversés. Outre la vague référence à L’Exorciste et Mary Poppins, c’est avant tout à la mythique Joan Bennett dans La Rue rouge de Fritz Lang (1945) à qui l’on pense à la vue de Chris adossée à un réverbère dans une rue brumeuse. Bennett y interprète Kitty, une femme qui finit par rouler Chris, triste pigeon interprété par Edward G. Robinson. En s’identifiant à une femme fatale comme Joan Bennett, Christine and the Queens déploie sa puissance, tout en s’efforçant d’oublier un passé douloureux. La prédominance du violet – symbole du deuil au temps de Dante – dans les différents visuels de ce projet est assez parlante, de ce point de vue. Dans Nada, sur une orchestration sobre mais dansante, elle clame d’ailleurs haut et fort qu’elle ne « reviendra jamais » (« Never back again »). À travers cette collection de chansons polyglottes (français, anglais, espagnol, italien), Christine And The Queens dessine une nouvelle carte de sa vie, un atlas pailleté, mais aux reliefs (Mountains) plus escarpés que jamais. © Nicolas Magenham/Qobuz

Plus d'informations

La vita nuova

Christine and the Queens

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
People, I've been sad
00:04:20

Christine And The Queens, MainArtist - Héloïse Létissier, Composer

2020 Because Music 2020 Because Music

2
Je disparais dans tes bras
00:03:55

Christine And The Queens, MainArtist - Héloïse Létissier, Composer

2020 Because Music 2020 Because Music

3
Mountains (we met)
00:02:49

Christine And The Queens, MainArtist - Héloïse Létissier, Composer

2020 Because Music 2020 Because Music

4
Nada
00:02:47

Christine And The Queens, MainArtist - Héloïse Létissier, Composer

2020 Because Music 2020 Because Music

5
La vita nuova
00:04:28

Caroline Polachek, FeaturedArtist - Christine And The Queens, MainArtist - Héloïse Létissier, Composer

2020 Because Music 2020 Because Music

6
I disappear in your arms (bonus)
00:03:56

Christine And The Queens, MainArtist - Héloïse Létissier, Composer

2020 Because Music 2020 Because Music

Descriptif de l'album

Cet EP de Christine And The Queens – sorti un an et demi seulement après son deuxième album intitulé Chris – se situe dans la continuité du style musical propre à Héloïse Létissier (vrai nom de Chris). C’est toujours l’electronica des années 1980 et 1990 qui inspire la chanteuse, au même titre que Michael Jackson et Laurie Anderson. Ce n’est donc pas de ce côté que l’on trouvera la « nouveauté » dont parle le titre. La Vita Nuova fait référence à la première œuvre écrite par Dante au XIIIe siècle, dans laquelle il est question de Béatrice Portinari, une femme dont il est follement amoureux. La soudaine indifférence de cette dernière provoque chez l’auteur de profondes souffrances, mais développe également chez lui une certaine maturité. Les vertus émancipatrices de la douleur morale sont au cœur de cet EP, notamment dans sa pierre angulaire, People I’ve Been Sad (« Adolescence contrariée par un millier de chardons morts/Marcher pieds nus sur du verre et maintenant tout est plus fort »). Tout comme dans Je disparais dans tes bras (« Pourrais-tu m’aimer ? Ça j’en doute, quand tu prends ce que tu veux de moi »), Chris semble donc jouer le rôle de la victime, mais une ancienne victime que la blessure a rendue plus forte.

Si l’on se réfère à la pochette, les rôles sont même désormais inversés. Outre la vague référence à L’Exorciste et Mary Poppins, c’est avant tout à la mythique Joan Bennett dans La Rue rouge de Fritz Lang (1945) à qui l’on pense à la vue de Chris adossée à un réverbère dans une rue brumeuse. Bennett y interprète Kitty, une femme qui finit par rouler Chris, triste pigeon interprété par Edward G. Robinson. En s’identifiant à une femme fatale comme Joan Bennett, Christine and the Queens déploie sa puissance, tout en s’efforçant d’oublier un passé douloureux. La prédominance du violet – symbole du deuil au temps de Dante – dans les différents visuels de ce projet est assez parlante, de ce point de vue. Dans Nada, sur une orchestration sobre mais dansante, elle clame d’ailleurs haut et fort qu’elle ne « reviendra jamais » (« Never back again »). À travers cette collection de chansons polyglottes (français, anglais, espagnol, italien), Christine And The Queens dessine une nouvelle carte de sa vie, un atlas pailleté, mais aux reliefs (Mountains) plus escarpés que jamais. © Nicolas Magenham/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

Crime Of The Century [2014 - HD Remaster]

Supertramp

Aqualung

Jethro Tull

Aqualung Jethro Tull

Thick as a Brick

Jethro Tull

Thick as a Brick Jethro Tull

Misplaced Childhood

Marillion

À découvrir également
Par Christine and the Queens

Would I Lie to You?

Christine and the Queens

Would I Lie to You? Christine and the Queens

Chris

Christine and the Queens

Chris Christine and the Queens

Chaleur Humaine

Christine and the Queens

Chaleur Humaine Christine and the Queens

Chaleur Humaine

Christine and the Queens

Chaleur Humaine Christine and the Queens

La vita nuova

Christine and the Queens

La vita nuova Christine and the Queens

Playlists

Dans la même thématique...

Solar Power

Lorde

Solar Power Lorde

Happier Than Ever (Explicit)

Billie Eilish

evermore (Explicit)

Taylor Swift

evermore (Explicit) Taylor Swift

WHEN WE ALL FALL ASLEEP, WHERE DO WE GO?

Billie Eilish

Terra Firma

Tash Sultana

Terra Firma Tash Sultana
Les Grands Angles...
La nouvelle scène jazz anglaise en 10 albums

Hard bop ou hip-hop, free ou groovy, électro ou calypso, expérimentale ou caribéenne, la scène jazz britannique contemporaine regorge d’aventuriers aux oreilles bien ouvertes. Des musiciens connaissant leurs classiques qu’ils embarquent sur tous les types de terrains possibles et dont voici 10 albums symbolisant l’éclectisme salvateur.

40 ans de post-punk en 10 albums

Au crépuscule des 70’s, les éclaboussures punk n’ont pas encore séché que la noirceur du mouvement déteint déjà sur de nouveaux groupes. Dans cette new wave, le courant post-punk offre une approche tourmentée voire radicale. Des précurseurs Joy Division et The Fall aux contemporains Shame et Fontaines D.C., coup de zoom sur les albums phares d’un électrochoc qui n’a jamais cessé de fasciner l’underground rock’n’roll.

Americana, l’Amérique par les racines

L’étiquette a beau sentir le coup marketing fumeux, l’americana synthétise pourtant bien depuis une vingtaine d’années cette fusion du rock, de la country, du blues et du rhythm’n’blues. Et comme dans toutes les grandes familles, on y croise à peu près tout le monde : la fille rebelle, l’oncle cultivé, le père agité, la cousine habitée…

Dans l'actualité...