Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Roy Ayers - Jazz Is Dead 002

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Jazz Is Dead 002

Roy Ayers, Adrian Younge, Ali Shaheed Muhammad

Disponible en
16-Bit CD Quality 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Tel un serpent de mer, Roy Ayers refait régulièrement surface. En 1980, le grand vibraphoniste de jazz funky un peu tombé dans l’oubli réapparaissait en duo avec le pape de l’afrobeat, Fela, sur l'énorme Music of Many Colours. Durant les années 90, le Californien ressortait à nouveau ses mailloches pour épauler les jeunes soul brothers britanniques de la scène acid jazz. A la même époque surtout, les rappeurs échantillonnaient copieusement son patrimoine (dont son fameux Everybody Loves the Sunshine de 1976) pour en faire, avec James Brown, l’artiste le plus samplé au monde ! Une fois de plus, ce sont deux « jeunes » qui le sortent de sa retraite, l’année de ses 80 ans, pour ce court mais efficace album de pur groove soul’n’jazz’n’funk 5 étoiles rétro comme il faut : le producteur et multi-instrumentiste Adrian Younge et Ali Shaheed Muhammad, bidouilleur en chef de A Tribe Called Quest. Sorte d’extraterrestre de la galaxie groove, Younge est un musicien hors-norme, fan de vieux sons soul et funk vintage et de hip-hop old school. Dans sa caverne d’Ali Baba de matos évidemment bien usé, il conçoit de la musique pour des rappeurs (Jay-Z, Kendrick Lamar, Snoop Dogg et le Wu-Tang Clan) ou des stars de la soul, bricole des BO de films et produit tout un tas de sons aux saveurs vintage à l’image de cette livraison soul rétro-moderne et cinématographique irrésistible, enregistrée dans son studio Linear Labs à Los Angeles. A noter enfin que dans le casting épaulant les trois hommes, on retrouve notamment un binôme culte de souffleurs jazz 70's oubliés, le tromboniste Phil Ranelin et le saxophoniste Wendell Harrison. © Marc Zisman/Qobuz

Plus d'informations

Jazz Is Dead 002

Roy Ayers

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 50 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 50 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Synchronize Vibration
00:03:31

Ali Shaheed Muhammad, Composer, Lyricist, Producer, MainArtist - Roy Ayers, Lyricist, MainArtist - Adrian Younge, Composer, Lyricist, Producer, MainArtist - Linear Labs Publishing;Universal Music Publishing, MusicPublisher

2020 Jazz is Dead 2020 Jazz Is Dead

2
Hey Lover
00:02:22

Ali Shaheed Muhammad, Composer, Lyricist, Producer, MainArtist - Roy Ayers, Lyricist, MainArtist - Adrian Younge, Composer, Lyricist, Producer, MainArtist - Linear Labs Publishing;Universal Music Publishing, MusicPublisher

2020 Jazz is Dead 2020 Jazz Is Dead

3
Soulful and Unique
00:03:00

Ali Shaheed Muhammad, Composer, Lyricist, Producer, MainArtist - Roy Ayers, Lyricist, MainArtist - Adrian Younge, Composer, Lyricist, Producer, MainArtist - Linear Labs Publishing;Universal Music Publishing, MusicPublisher

2020 Jazz is Dead 2020 Jazz Is Dead

4
Shadows of the East
00:03:39

Ali Shaheed Muhammad, Composer, Lyricist, Producer, MainArtist - Roy Ayers, Lyricist, MainArtist - Adrian Younge, Composer, Lyricist, Producer, MainArtist - Linear Labs Publishing;Universal Music Publishing, MusicPublisher

2020 Jazz is Dead 2020 Jazz Is Dead

5
Sunflowers
00:03:01

Ali Shaheed Muhammad, Composer, Lyricist, Producer, MainArtist - Roy Ayers, Lyricist, MainArtist - Adrian Younge, Composer, Lyricist, Producer, MainArtist - Linear Labs Publishing;Universal Music Publishing, MusicPublisher

2020 Jazz is Dead 2020 Jazz Is Dead

6
Gravity
00:03:26

Ali Shaheed Muhammad, Composer, Lyricist, Producer, MainArtist - Roy Ayers, Lyricist, MainArtist - Adrian Younge, Composer, Lyricist, Producer, MainArtist - Linear Labs Publishing;Universal Music Publishing, MusicPublisher

2020 Jazz is Dead 2020 Jazz Is Dead

7
Solace
00:03:53

Ali Shaheed Muhammad, Composer, Lyricist, Producer, MainArtist - Roy Ayers, Lyricist, MainArtist - Adrian Younge, Composer, Lyricist, Producer, MainArtist - Linear Labs Publishing;Universal Music Publishing, MusicPublisher

2020 Jazz is Dead 2020 Jazz Is Dead

8
African Sounds
00:03:09

Ali Shaheed Muhammad, Composer, Lyricist, Producer, MainArtist - Roy Ayers, Lyricist, MainArtist - Adrian Younge, Composer, Lyricist, Producer, MainArtist - Linear Labs Publishing;Universal Music Publishing, MusicPublisher

2020 Jazz is Dead 2020 Jazz Is Dead

Descriptif de l'album

Tel un serpent de mer, Roy Ayers refait régulièrement surface. En 1980, le grand vibraphoniste de jazz funky un peu tombé dans l’oubli réapparaissait en duo avec le pape de l’afrobeat, Fela, sur l'énorme Music of Many Colours. Durant les années 90, le Californien ressortait à nouveau ses mailloches pour épauler les jeunes soul brothers britanniques de la scène acid jazz. A la même époque surtout, les rappeurs échantillonnaient copieusement son patrimoine (dont son fameux Everybody Loves the Sunshine de 1976) pour en faire, avec James Brown, l’artiste le plus samplé au monde ! Une fois de plus, ce sont deux « jeunes » qui le sortent de sa retraite, l’année de ses 80 ans, pour ce court mais efficace album de pur groove soul’n’jazz’n’funk 5 étoiles rétro comme il faut : le producteur et multi-instrumentiste Adrian Younge et Ali Shaheed Muhammad, bidouilleur en chef de A Tribe Called Quest. Sorte d’extraterrestre de la galaxie groove, Younge est un musicien hors-norme, fan de vieux sons soul et funk vintage et de hip-hop old school. Dans sa caverne d’Ali Baba de matos évidemment bien usé, il conçoit de la musique pour des rappeurs (Jay-Z, Kendrick Lamar, Snoop Dogg et le Wu-Tang Clan) ou des stars de la soul, bricole des BO de films et produit tout un tas de sons aux saveurs vintage à l’image de cette livraison soul rétro-moderne et cinématographique irrésistible, enregistrée dans son studio Linear Labs à Los Angeles. A noter enfin que dans le casting épaulant les trois hommes, on retrouve notamment un binôme culte de souffleurs jazz 70's oubliés, le tromboniste Phil Ranelin et le saxophoniste Wendell Harrison. © Marc Zisman/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Roy Ayers
Dans la même thématique...
Across the Universe Al Di Meola
Head Hunters Herbie Hancock
Red & Black Light Ibrahim Maalouf
Tricycle Flim & The BB's
Les Grands Angles...
Blaxploitation, l’avant-Black Panther

Plus de quarante-cinq ans avant le succès du film “Black Panther”, Hollywood ciblait la communauté afro-américaine en lui proposant des héros sur mesure. De “Shaft” à “Super Fly” en passant par “Blacula”, la blaxploitation proposait alors des thrillers, des comédies et même des films de vampires dont les musiques renfermeront quelques pépites 70’s bien groovy…

ECM en 10 albums

Le plus beau son après le silence. C’est la formule qui colle à la peau d’ECM depuis cinquante ans et la sortie du séminal « Free at Last » du Mal Waldron Trio, en novembre 1969. Manfred Eicher, le charismatique fondateur du label munichois, ne vit pas « hors du temps » mais plus précisément dans « un temps parallèle » à celui de la société, faisant d’ECM une planète de toute beauté où le jazz résonne autrement. Et c’est souvent pour ECM que Keith Jarrett, Charles Lloyd, Jan Garbarek, Chick Corea et tant d’autres ont enregistré leurs disques les plus intenses. Plus encore que pour Blue Note ou Impulse!, se limiter à 10 albums pour raconter toute l’histoire de ce label hors-norme est mission impossible. Aussi, les 10 sélectionnés raconteront « une » histoire d’ECM.

Miles Davis, les doigts dans la prise

En 1968, Miles Davis tombe sous le charme de la fée électricité. Envoûté par les révolutions psychédéliques et funky de Jimi Hendrix et autre Sly Stone, le trompettiste fait sa mue et, au passage, celle du jazz.

Dans l'actualité...