Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Torleif Thedéen - Ingmar Bergman: Music from the Films

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Ingmar Bergman: Music from the Films

Roland Pöntinen

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

La riche filmographie d’un des plus grands génies du cinéma mondial sert de prétexte au programme de cet album conçu par le pianiste Roland Pöntinen, avec la collaboration du violoncelliste Torleif Thedéen et du Quatuor Stenhammar – pour le deuxième mouvement du Quintette en mi bémol majeur de Robert Schumann.
Ainsi détachée de l’image, cette succession de musiques n’a pas beaucoup de sens et l’on peut s’étonner de l’absence du Voyage d’hiver de Schubert qui irrigue pourtant un film aussi essentiel que l’avant-dernier opus bergmanien, En présence d’un clown, tourné en 1997 pour la télévision et qui représente la somme des réflexions d’Ingmar Bergman sur la vie, la folie et les rapports du théâtre par rapport au cinéma. Absence aussi de La Flûte enchantée qui reste un des plus beaux films d’opéra jamais tournés, dans lequel Bergman nous donne à voir l’universalité de Mozart ; on aurait par exemple pu profiter de la présence du violoncelliste pour présenter les Variations que Beethoven écrivit sur des motifs du célèbre opéra).
Mais cet album imparfait dans son programme reste pertinent par la qualité des interprétations et dans le fait d’entraîner des mélomanes vers un cinéma que l’on dit difficile et qui n’est somme toute qu’une immense réflexion sur toute notre psyché humaine, tour à tour tragique (Cris et chuchotements, Sonate d’automne), joyeuse (Sourires d’une nuit d’été), psychanalytique (L’œil du diable, À travers le miroir), sentimentale (Musique dans les ténèbres), philosophique (Le Silence) ou encore autobiographique (Fanny et Alexandre, son ultime chef-d’œuvre pour le cinéma). © François Hudry/Qobuz

Plus d'info

Ingmar Bergman: Music from the Films

Torleif Thedéen

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Cello Suite No. 5 in C minor, BWV 1011 (Johann Sebastian Bach)

1
IV. Sarabande (Cries and Whispers, Saraband) 00:03:54

Johann Sebastian Bach, Composer - Torleif Thedéen, Artist, MainArtist

(C) 2018 BIS (P) 2018 BIS

Fantasiestücke, op. 12 (Robert Schumann)

2
No. 2. Aufschwung (Music in Darkness, Smiles of a Summer Night) 00:03:23

Robert Schumann, Composer - Roland Pöntinen, Artist, MainArtist

(C) 2018 BIS (P) 2018 BIS

Nocturne No. 7 in C-Sharp Minor, Op. 27 No. 1 (Frédéric Chopin)

3
Nocturne No. 7 in C-Sharp Minor, Op. 27, No. 1 (Fanny and Alexander) 00:05:09

Frederic Chopin, Composer - Roland Pöntinen, Artist, MainArtist

(C) 2018 BIS (P) 2018 BIS

24 Preludes, Op. 28 (Frédéric Chopin)

4
24 Preludes, Op. 28: No. 24 in D Minor (Music in Darkness) 00:02:41

Frederic Chopin, Composer - Roland Pöntinen, Artist, MainArtist

(C) 2018 BIS (P) 2018 BIS

10
24 Preludes, Op. 28: No. 2 in A Minor (Autumn Sonata) 00:02:24

Frederic Chopin, Composer - Roland Pöntinen, Artist, MainArtist

(C) 2018 BIS (P) 2018 BIS

Cello Suite No. 4 in E-Flat Major, BWV 1010 (Johann Sebastian Bach)

5
IV. Sarabande (Autumn Sonata) 00:05:07

Johann Sebastian Bach, Composer - Torleif Thedéen, Artist, MainArtist

(C) 2018 BIS (P) 2018 BIS

Fantasia in C minor, K. 475 (Wolfgang Amadeus Mozart)

6
(Face to Face) 00:12:33

Wolfgang Amadeus Mozart, Composer - Roland Pöntinen, Artist, MainArtist

(C) 2018 BIS (P) 2018 BIS

Mazurkas, Op. 17 (Frédéric Chopin)

7
Mazurka No. 13 in A Minor, Op. 17, No. 4 (Cries and Whispers) 00:03:50

Frederic Chopin, Composer - Roland Pöntinen, Artist, MainArtist

(C) 2018 BIS (P) 2018 BIS

Piano Sonata No. 21 in B-Flat Major, D. 960 (Franz Schubert)

8
II. Andante sostenuto (In the Presence of a Clown) 00:09:43

Franz Schubert, Composer - Roland Pöntinen, Artist, MainArtist

(C) 2018 BIS (P) 2018 BIS

Keyboard Sonata in D Major, K.535/L.262/P.531 (Domenico Scarlatti)

9
(The Devil's Eye) 00:03:18

DOMENICO SCARLATTI, Composer - Roland Pöntinen, Artist, MainArtist

(C) 2018 BIS (P) 2018 BIS

Keyboard Sonata in E Major, K. 380/L.23/F.326 (Domenico Scarlatti)

11
(The Devil's Eye) 00:04:25

DOMENICO SCARLATTI, Composer - Roland Pöntinen, Artist, MainArtist

(C) 2018 BIS (P) 2018 BIS

Goldberg Variations, BWV 988 (Johann Sebastian Bach)

12
Variatio 25. a 2 Clav. (The Silence) 00:06:47

Johann Sebastian Bach, Composer - Roland Pöntinen, Artist, MainArtist

(C) 2018 BIS (P) 2018 BIS

Cello Suite No. 2 in D minor, BWV 1008 (Johann Sebastian Bach)

13
IV. Sarabande (Through a Glass Darkly) 00:05:53

Johann Sebastian Bach, Composer - Torleif Thedéen, Artist, MainArtist

(C) 2018 BIS (P) 2018 BIS

Piano Quintet in E-Flat Major, Op. 44 (Robert Schumann)

14
II. In modo d'una Marcia (Fanny and Alexander) 00:09:15

Robert Schumann, Composer - Roland Pöntinen, Artist - Stenhammar Quartet, Ensemble, MainArtist

(C) 2018 BIS (P) 2018 BIS

Descriptif de l'album

La riche filmographie d’un des plus grands génies du cinéma mondial sert de prétexte au programme de cet album conçu par le pianiste Roland Pöntinen, avec la collaboration du violoncelliste Torleif Thedéen et du Quatuor Stenhammar – pour le deuxième mouvement du Quintette en mi bémol majeur de Robert Schumann.
Ainsi détachée de l’image, cette succession de musiques n’a pas beaucoup de sens et l’on peut s’étonner de l’absence du Voyage d’hiver de Schubert qui irrigue pourtant un film aussi essentiel que l’avant-dernier opus bergmanien, En présence d’un clown, tourné en 1997 pour la télévision et qui représente la somme des réflexions d’Ingmar Bergman sur la vie, la folie et les rapports du théâtre par rapport au cinéma. Absence aussi de La Flûte enchantée qui reste un des plus beaux films d’opéra jamais tournés, dans lequel Bergman nous donne à voir l’universalité de Mozart ; on aurait par exemple pu profiter de la présence du violoncelliste pour présenter les Variations que Beethoven écrivit sur des motifs du célèbre opéra).
Mais cet album imparfait dans son programme reste pertinent par la qualité des interprétations et dans le fait d’entraîner des mélomanes vers un cinéma que l’on dit difficile et qui n’est somme toute qu’une immense réflexion sur toute notre psyché humaine, tour à tour tragique (Cris et chuchotements, Sonate d’automne), joyeuse (Sourires d’une nuit d’été), psychanalytique (L’œil du diable, À travers le miroir), sentimentale (Musique dans les ténèbres), philosophique (Le Silence) ou encore autobiographique (Fanny et Alexandre, son ultime chef-d’œuvre pour le cinéma). © François Hudry/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Torleif Thedéen

Playlists

Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Jorge Bolet, la quintessence de Franz Liszt

Sous ses doigts, la musique de Franz Liszt est apparue sous un jour nouveau, grâce à une vision à la fois poétique et lyrique, bien loin de la virtuosité gratuite et tapageuse trop souvent entendue. Avec le recul, son art élégant, noble et racé force l’admiration, car il représente le raffinement et la culture d’un monde à jamais perdu. C’est à l’automne de sa vie, au début des années 1980, qu’il enregistre pour Decca une anthologie en neuf volumes du compositeur hongrois qui fera date, à laquelle il convient d’ajouter d’autres gravures réalisées pour le label espagnol Ensayo, pour RCA dans les années 1970, pour Everest en 1960, ainsi que des enregistrements de studio et de radio dans les années 50, alors qu’il possédait encore tous ses extraordinaires moyens techniques.

L’âge d’or de la comédie musicale hollywoodienne

Au même titre que le western et le film de gangsters, la comédie musicale est l’un des genres les plus emblématiques du classicisme hollywoodien. Des années 1930 aux années 1960, petit panorama d’un cinéma certes glamour et coloré, mais souvent moins superficiel qu’il n’y paraît.

François Couperin, le clavecin moderne

Favori de Louis XIV, François Couperin (1668-1733) était la vedette du clavecin au XVIIIe siècle, un instrument prestigieux qui connaissait alors son apogée (avant de retourner dans l’ombre au siècle suivant) et dont il a révolutionné l’approche, entraînant dans son sillon les autres virtuoses de l’époque, Dandrieu ou Rameau. Le claveciniste québécois Olivier Fortin revient pour Qobuz sur la destinée de « Couperin le Grand ».

Dans l'actualité...