Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Snarky Puppy - Immigrance

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Immigrance

Snarky Puppy

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

« Sur scène, Snarky Puppy c’est dément ! Moins sur disque… » On a souvent sorti cette blague poussive au sujet du collectif américain qui agite la jazzosphère depuis l’aube des années 2000. Avec Immigrance, la bande de Michael League signe pourtant un album solide, brut et direct. Sans doute l’un de ses plus aboutis. Et comme son titre le laisse envisager, il se veut un hommage à l'échange et aux migrations, symbolisant l'essence même de Snarky Puppy qui puise sa richesse dans la diversité de ses membres venant des quatre coins des États-Unis et du monde.

« L’idée maîtresse ici, c’est que tout ce qui nous entoure est fluide, tout est constamment en mouvement et nous sommes nous-mêmes dans un état permanent de migration, explique League. Evidemment, le titre ne va pas sans certains sous-entendus politiques… Comme sur Culcha Vulcha, cet album s’est largement nourri de nos nombreux voyages, de toutes ces idées que nous avons passées ensuite dans nos filtres, auxquelles nous avons ajouté notre propre langage, sans jamais se montrer irrespectueux des traditions originelles. » Comme toujours chez Snarky Puppy, le mot jazz est aussi judicieux que hors sujet. Le nombre d’influences brassées ici empêche surtout le collectif texan de tourner en rond. Le jazz-fusion se nourrit à l’électro puis passe aux inspirations orientales avant de revenir à un format plus classique pour ensuite plonger corps et âme dans un magma rock au bord de la transe et bifurquer vers un groove funky à souhait. L’effet tourbillon est garanti et porté par une virtuosité instrumentale imparable. © Max Dembo/Qobuz

Plus d'informations

Immigrance

Snarky Puppy

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 50 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 50 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Chonks
00:08:32

Snarky Puppy, MainArtist

(C) 2019 GroundUp Music (P) 2019 GroundUP Music

2
Bigly Strictness
00:07:37

Snarky Puppy, MainArtist

(C) 2019 GroundUp Music (P) 2019 GroundUP Music

3
Coven
00:06:38

Snarky Puppy, MainArtist

(C) 2019 GroundUp Music (P) 2019 GroundUP Music

4
Bling Bling
00:05:55

Snarky Puppy, MainArtist

(C) 2019 GroundUp Music (P) 2019 GroundUP Music

5
Xavi
00:09:31

Snarky Puppy, MainArtist

(C) 2019 GroundUp Music (P) 2019 GroundUP Music

6
While We're Young
00:02:41

Snarky Puppy, MainArtist

(C) 2019 GroundUp Music (P) 2019 GroundUP Music

7
Bad Kids To The Back
00:05:45

Snarky Puppy, MainArtist

(C) 2019 GroundUp Music (P) 2019 GroundUP Music

8
Even Us
00:07:43

Snarky Puppy, MainArtist

(C) 2019 GroundUp Music (P) 2019 GroundUP Music

Descriptif de l'album

« Sur scène, Snarky Puppy c’est dément ! Moins sur disque… » On a souvent sorti cette blague poussive au sujet du collectif américain qui agite la jazzosphère depuis l’aube des années 2000. Avec Immigrance, la bande de Michael League signe pourtant un album solide, brut et direct. Sans doute l’un de ses plus aboutis. Et comme son titre le laisse envisager, il se veut un hommage à l'échange et aux migrations, symbolisant l'essence même de Snarky Puppy qui puise sa richesse dans la diversité de ses membres venant des quatre coins des États-Unis et du monde.

« L’idée maîtresse ici, c’est que tout ce qui nous entoure est fluide, tout est constamment en mouvement et nous sommes nous-mêmes dans un état permanent de migration, explique League. Evidemment, le titre ne va pas sans certains sous-entendus politiques… Comme sur Culcha Vulcha, cet album s’est largement nourri de nos nombreux voyages, de toutes ces idées que nous avons passées ensuite dans nos filtres, auxquelles nous avons ajouté notre propre langage, sans jamais se montrer irrespectueux des traditions originelles. » Comme toujours chez Snarky Puppy, le mot jazz est aussi judicieux que hors sujet. Le nombre d’influences brassées ici empêche surtout le collectif texan de tourner en rond. Le jazz-fusion se nourrit à l’électro puis passe aux inspirations orientales avant de revenir à un format plus classique pour ensuite plonger corps et âme dans un magma rock au bord de la transe et bifurquer vers un groove funky à souhait. L’effet tourbillon est garanti et porté par une virtuosité instrumentale imparable. © Max Dembo/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Snarky Puppy
Dans la même thématique...
Jazz Is Dead 002 Roy Ayers
Across the Universe Al Di Meola
Head Hunters Herbie Hancock
Red & Black Light Ibrahim Maalouf
Tricycle Flim & The BB's
Les Grands Angles...
ECM en 10 albums

Le plus beau son après le silence. C’est la formule qui colle à la peau d’ECM depuis cinquante ans et la sortie du séminal « Free at Last » du Mal Waldron Trio, en novembre 1969. Manfred Eicher, le charismatique fondateur du label munichois, ne vit pas « hors du temps » mais plus précisément dans « un temps parallèle » à celui de la société, faisant d’ECM une planète de toute beauté où le jazz résonne autrement. Et c’est souvent pour ECM que Keith Jarrett, Charles Lloyd, Jan Garbarek, Chick Corea et tant d’autres ont enregistré leurs disques les plus intenses. Plus encore que pour Blue Note ou Impulse!, se limiter à 10 albums pour raconter toute l’histoire de ce label hors-norme est mission impossible. Aussi, les 10 sélectionnés raconteront « une » histoire d’ECM.

Miles Davis, les doigts dans la prise

En 1968, Miles Davis tombe sous le charme de la fée électricité. Envoûté par les révolutions psychédéliques et funky de Jimi Hendrix et autre Sly Stone, le trompettiste fait sa mue et, au passage, celle du jazz.

Herbie Hancock, chasse au funk

Avec son ancien employeur Miles Davis, le pianiste Herbie Hancock est l’autre père fondateur du jazz fusion. En 1973, son album "Head Hunters" établit les Saintes Ecritures de l’union la plus réussie entre improvisation jazz et transe psychédélique funk. Coupes afro et platform boots pour tous !

Dans l'actualité...