Herbert von Karajan Herbert von Karajan en VF

Herbert von Karajan en VF

Herbert von Karajan

Paru le 10 juin 2015 chez INA Mémoire vive

Artiste principal : Herbert von Karajan

Genre : Classique

Distinctions : 5 de Diapason ( février 2009) - 4 étoiles du Monde de la Musique ( février 2009)

Écoutez cet album en illimité avec nos abonnements streaming. Dès 9,99 € / mois.

Profitez de cet album de Herbert von Karajan sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

11,99 €

Disponible en Qualité CD

Ajouter au panier

Plus d'info
Radioscopie, France Inter (entretien avec J. Chancel) - Trois jours avec Herbert von Karajan (Entretiens avec M. Banzet) - Les symphonies de Brahms analysées au piano par H. von Karajan (France IV Haute Fidélité) - Symphonies n°1 & 2
Plus d'info

Qualité d'écoute

MP3 (CBR 320 kbps)

FLAC (16 bits - 44.1 kHz)

1.45

Web Player

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

À partir de 9,99 €/ mois.

1 mois gratuit
Afficher le détail des pistes

Album : 1 disque - 13 pistes Durée totale : 01:17:35

    Radioscopie. Herbert von Karajan interview with Jacques Chancel, France Inter (Bonus)
  1. 1 Radioscopie. Herbert von Karajan interview with Jacques Chancel, France Inter: Berlin Philharmonic Orchestra, the conductor

    Herbert von Karajan - Jacques Chancel Copyright : 2015

  2. 2 Radioscopie. Herbert von Karajan interview with Jacques Chancel, France Inter: Collaboration with the cinema, Educational foundation

    Herbert von Karajan - Jacques Chancel Copyright : 2015

  3. 3 Radioscopie. Herbert von Karajan interview with Jacques Chancel, France Inter: Gift for music , the formation

    Herbert von Karajan - Jacques Chancel Copyright : 2015

  4. 4 Radioscopie. Herbert von Karajan interview with Jacques Chancel, France Inter: His perception for the artist, life philosophy

    Herbert von Karajan - Jacques Chancel Copyright : 2015

  5. 5 Radioscopie. Herbert von Karajan interview with Jacques Chancel, France Inter: Responsibility, work, reputation

    Herbert von Karajan - Jacques Chancel Copyright : 2015

  6. 3 Days with Herbert von Karajan. Interviews with Micheline Banzet (The Brahms' Symphonies analysed by Karajan. France IV Haute Fidélité)
  7. 6 3 Days with Herbert von Karajan. Interviews with Micheline Banzet (The Brahms' Symphonies analysed by Karajan. France IV Haute Fidélité): Symphony No. 1 : I.

    Herbert von Karajan - Micheline Banzet Copyright : 2015

  8. 7 3 Days with Herbert von Karajan. Interviews with Micheline Banzet (The Brahms' Symphonies analysed by Karajan. France IV Haute Fidélité): Symphony No. 1 : II.

    Herbert von Karajan - Micheline Banzet Copyright : 2015

  9. 8 3 Days with Herbert von Karajan. Interviews with Micheline Banzet (The Brahms' Symphonies analysed by Karajan. France IV Haute Fidélité): Symphony No. 1 : III.

    Herbert von Karajan - Micheline Banzet Copyright : 2015

  10. 9 3 Days with Herbert von Karajan. Interviews with Micheline Banzet (The Brahms' Symphonies analysed by Karajan. France IV Haute Fidélité): Symphony No. 1 : IV.

    Herbert von Karajan - Micheline Banzet Copyright : 2015

  11. 10 3 Days with Herbert von Karajan. Interviews with Micheline Banzet (The Brahms' Symphonies analysed by Karajan. France IV Haute Fidélité): Symphony No. 2 : I.

    Herbert von Karajan - Micheline Banzet Copyright : 2015

  12. 11 3 Days with Herbert von Karajan. Interviews with Micheline Banzet (The Brahms' Symphonies analysed by Karajan. France IV Haute Fidélité): Symphony No. 2 : II.

    Herbert von Karajan - Micheline Banzet Copyright : 2015

  13. 12 3 Days with Herbert von Karajan. Interviews with Micheline Banzet (The Brahms' Symphonies analysed by Karajan. France IV Haute Fidélité): Symphony No. 2 : III.

    Herbert von Karajan - Micheline Banzet Copyright : 2015

  14. 13 3 Days with Herbert von Karajan. Interviews with Micheline Banzet (The Brahms' Symphonies analysed by Karajan. France IV Haute Fidélité): Symphony No. 2 : IV.

    Herbert von Karajan - Micheline Banzet Copyright : 2015

  • Descriptif de l'album
  • Radioscopie, France Inter (entretien avec J. Chancel) - Trois jours avec Herbert von Karajan (Entretiens avec M. Banzet) - Les symphonies de Brahms analysées au piano par H. von Karajan (France IV Haute Fidélité) - Symphonies n°1 & 2

  • Livret

Détails de l'enregistrement original :

77:37 - ADD - Enregistré en 1977 et 1964 - Notes en français

H. von Karajan parle en français     Qui n’a pas rêvé d’entrer en conversation avec les plus grands artistes de son temps, particulièrement les chefs d’orchestre, ces figures musicales qui fascinent, qui intriguent et auxquelles on prête tous les talents y compris le pouvoir d’expliquer simplement les mystères de la musique ? Pourtant, dans bien des cas, ce rêve risque d’être déçu car nombre de chefs sont incapables d’expliquer avec des mots les miracles qu’ils obtiennent de leurs orchestres, chefs instinctifs avant tout, qu’ils s’appellent Charles Münch ou Claudio Abbado. D’autres ont reçu ce don de savoir traduire leur démarche musicale. Herbert von Karajan était de ceux-là, doté en outre d’une connaissance des langues qui lui rendait la communication facile. Certes, on a surtout retenu de ses apparitions derrière un micro un sens médiatique très prononcé qui a certainement joué un rôle déterminant dans la diffusion de la musique auprès d’auditoires non préparés. Première star de la direction d’orchestre au sens moderne du terme, il n’en était pas moins un homme d’une étonnante culture. Et il savait expliquer simplement les choses les plus complexes de la musique. Il suffit par exemple de visionner une de ses répétitions pour comprendre comment il parvenait aux résultats escomptés. Car il ne suffit pas d’avoir une idée en tête lorsque l’on est chef d’orchestre ; il faut aussi savoir la faire passer, savoir la faire traduire par ceux qui jouent, les instrumentistes de l’orchestre. Savoir s’exprimer, c’est le secret de la communication, et s’exprimer simplement.     Ce sens de la communication de Karajan, nous le découvrons sous deux visages bien différents dans ce CD. Une interview de longue haleine menée en 1977 par Jacques Chancel dans sa légendaire Radioscopie qui a fait les beaux jours de France Inter. Et une conversation avec Micheline Banzet autour des symphonies de Brahms, entretien diffusé sur France Musique au moment de la parution de la première intégrale de ces œuvres gravée par Karajan avec l’Orchestre philharmonique de Berlin. Auparavant, il avait enregistré la Première symphonie avec le Concertgebouw d’Amsterdam (1943), les trois premières avec l’Orchestre philharmonique de Vienne, les deux premières et la Quatrième avec le Philharmonia de Londres. Si Karajan a pris les rênes de l’Orchestre philharmonique de Berlin en 1955, il n’a commencé à enregistrer avec cet orchestre pour Deutsche Grammophon qu’en 1959, et il a vraiment marqué les esprits avec les deux intégrales des symphonies de Beethoven et de Brahms (1961-1964). On peut considérer ces intégrales comme les premières manifestations tangibles de ce qui allait devenir « le son Karajan ».     Des considérations sur le son d’orchestre, on en trouve à tout propos dans l’entretien avec Micheline Banzet. La notion de densité sonore, le rôle des instruments à vent, la lumière des bois, le côté sombre des cuivres... Une autre notion, qui se développera au fil des années, n’apparaît pas encore de façon explicite, c’est la recherche de « parenté sonore » entre les différents instruments à vent : Karajan cherchait volontiers à créer une ambiguïté de couleur entre des instruments qui se répondent ou qui se transmettent une phrase mélodique (flûte/clarinette, basson/cor, cor/trombone). Par contre, la relation entre l’analyse musicale et le choix du tempo est déjà fortement ancrée. La façon dont il explique comment le tempo initial d’un mouvement découle de tel ou tel élément qui survient beaucoup plus tard dans le déroulement de l’œuvre est passionnante. Rien de nouveau pourtant, tous les professeurs de direction d’orchestre enseignent ce procédé à leurs étudiants. Mais Karajan le pousse un degré plus loin, il y intègre la notion de couleur sonore liée à la vélocité de tel ou tel instrument, et ceci en trois dimensions : ainsi, lorsque la mélodie qui sert de référence est exposée à la clarinette, elle est forcément plus véloce qu’au hautbois ou au basson. Mais si ces instrumentistes sont berlinois, ils jouent d’une autre manière que leurs collègues viennois ou londoniens. Et voilà tout le secret, rien d’absolu, tout se construit en osmose grâce à une parfaite connaissance des ressources des instrumentistes, mais surtout de ce que Karajan entend faire de ces ressources. L’on possède ainsi une réponse à la question implicite : pourquoi tant de différences entre les diverses versions des mêmes œuvres enregistrées au cours de sa carrière ? Différents orchestres d’abord, et lorsqu’il reviendra sur ces symphonies de Brahms avec l’Orchestre philharmonique de Berlin en 1977 puis en 1986-1988, sa conception (ses tempos notamment), aura évolué en fonction de l’évolution de son orchestre.     Le prisme s’élargit dans l’entretien avec Jacques Chancel. Une quinzaine d’années se sont écoulées. Karajan est au sommet de sa maîtrise et de sa notoriété. Les considérations sur la vie d’un orchestre peuvent paraître un peu naïves, mais elles permettent d’entrer dans le vif du sujet, cette osmose entre les musiciens et le chef : « L’orchestre, c’est mon bras prolongé... Je pense et ils le font ». Comme tous les grands chefs, Karajan a un profond respect pour les instrumentistes de ses orchestres. Mais il ne sait pas expliquer le mystère, cette fusion collective qu’il compare à un vol d’oiseau. Chaque orchestre a une âme qu’il s’applique à découvrir. D’abord avec humilité. Le chef est là pour aider les musiciens à jouer et il leur doit une préparation irréprochable. (A ce propos, on entend Karajan s’insurger contre le manque de professionnalisme de certains de ses collègues.) Cette préparation passe d’abord par la condition physique. Le chef se doit d’être en forme, il n’a pas le droit de se présenter amoindri face à ses musiciens. La connaissance de l’œuvre dirigée est fondamentale, bien entendu, mais aussi la précision du geste. Rien d’inutile. On a beaucoup glosé sur la gestique de Karajan, mais elle n’est que l’image du son obtenu. S’il dirigeait les yeux fermés, c’était pour mieux sentir les réactions de musiciens, car l’aspect visuel était une distraction qui altérait cette perception exceptionnelle. Ainsi qu’il le relève dans cette Radioscopie, combien de fois cette concentration lui a-t-elle permis d’anticiper certains problèmes, notamment le manque de souffle pour les vents, et de voler au secours d’instrumentistes qui se seraient trouvés dans l’embarras ?     Les propos de Karajan révèlent un homme beaucoup plus modeste que l’image que l’on a de lui en général. Très critique à son égard, il n’a de cesse que de marcher sur le chemin de la perfection. Et il s’en explique. Jusqu’à nous confier que ce cheminement passe par la réincarnation. Il y a trop à faire dans une seule vie, et comme la nature est généreuse, elle ne peut que la prolonger. Par ailleurs, Karajan est un homme de pouvoir. Il n’aime pas être commandé. Pas de détails à cet égard, mais qui connaît la vie de Karajan, notamment ses relations orageuses avec certains solistes, y trouve l’illustration directe d’un tel aveu. Modeste et conscient de la chance exceptionnelle qu’il a d’avoir reçu de tels dons. Si un collègue lui dit : « Je dois aller diriger à... », il lui répond : « Cesse de faire ce métier ». On ne « doit » pas aller diriger quelque part, on « a la chance » de le faire.     Le dernier aspect de la personnalité qui frappe dans son entretien avec Jacques Chancel, c’est sa fascination pour la technique. Il aurait pu être ingénieur, s’il ne s’était consacré à la musique. Et l’on comprend pourquoi aucun aspect du progrès ne lui a échappé dans son application à la diffusion musicale. Son constat sur le nombre d’auditeurs touchés par un concert il y a un demi-siècle et le formidable développement suscité par les concerts filmés est l’exemple le plus frappant. Et lorsqu’on lui demande quelle qualité première doit posséder un chef d’orchestre, il ne parle pas de musique mais du pouvoir de la communication. Le seul élément fondamental à ses yeux.

Alain Pâris
© INA mémoire vive – Reproduction interdite

  • Présentation
  • Dans un français parfait, le plus célèbre chef d’orchestre de l’ère moderne évoque son art, sa carrière et les sortilèges de l’orchestre. Lors de l’entretien avec Micheline Banzet, Karajan se met au piano pour une passionnante séance pédagogique sur les symphonies de Brahms dont il venait d’enregistrer sa première version intégrale avec l’Orchestre Philharmonique de Berlin.
    Un enregistrement passionnant qui permet de mieux connaître et apprécier un personnage clé de la vie musicale du 20e siècle.

  • Programme
  • Radioscopie
    Entretien avec Jacques Chancel, France Inter (1977)
    L’Orchestre philharmonique de Berlin, le chef d’orchestre
    Collaboration avec le cinéma, Fondation pédagogique
    Don pour la musique, sa formation
    Sa conception de l’artiste, philosophie de la vie
    Responsabilité, travail, renommée


    Trois jours avec Herbert von Karajan
    Entretiens avec Micheline Banzet
    Les Symphonies n° 1 et n° 2 de Brahms analysées au piano par H. von Karajan
    France IV Haute Fidélité (1964)

    logo qobuz Pourquoi acheter sur Qobuz ?

    Streamez ou téléchargez votre musique

    Achetez un album ou une piste à l’unité. Ou écoutez tout notre catalogue en illimité avec nos abonnements de streaming en haute qualité.

    Choisissez le format qui vous convient

    Vous disposez d’un large choix de formats pour télécharger vos achats (FLAC, ALAC, WAV, AIFF...) en fonction de vos besoins.

    Zéro DRM

    Les fichiers téléchargés vous appartiennent, sans aucune limite d’utilisation. Vous pouvez les télécharger autant de fois que vous souhaitez.

    Écoutez vos achats dans nos applications

    Téléchargez les applications Qobuz pour smartphones, tablettes et ordinateurs, et écoutez vos achats partout avec vous.

    À découvrir

    Dans la même thématique

    À lire autour de l'album

    Plus d'articles

    L'artiste principal

    Herbert von Karajan dans le magazine

    Plus d'articles

    Le compositeur principal

    Herbert von Karajan dans le magazine

    Plus d'articles

    Le label

    INA Mémoire vive

    De la difficulté qu'il y a à exploiter les trésors symphoniques des archives de l'Ina, en raison en particulier des contraintes liées aux droits, Renaud Machart, qui assure la direction artistique de la collection, a fait une force, inventant une politique éditoriale totalement surprenante : "Ina mémoire vive" fait du journalisme musical sonore, en quelque sorte. C'est ainsi qu'un disque Couperin "historique" permet de retrouver des interprétations bien surprenantes consacrées au compositeur au fil des années ; qu'un récital Mado Robin a permis de réévaluer le talent de la grande chanteuse française, ou que la réédition du fameux récital de Clara Haskil, enfin dans des...

    Voir la page INA Mémoire vive Lire l'article

    Le sous genre

    Classique dans le magazine

    • Les Arts Flo ont 40 ans ! Les Arts Flo ont 40 ans !

      Fondé en 1979, l'ensemble baroque de William Christie et Paul Agnew magnifie depuis quatre décennies les œuvres de Lully, Charpentier, Rameau, Monteverdi, Purcell, Haendel et bien d'autres génies d...

      Lire l'article
    • Schiff et Schubert, à la folie...

      Le grand pianiste hongrois András Schiff poursuit son exploration de la musique de Franz Schubert et consacre son nouveau disque aux quatre Impromptus D 899 et aux compositions datant de 1828...

      Lire l'article
    Plus d'articles