Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Nicolas Stavy - Haydn : The 7 Last Words of Christ, Hob.XX/1C

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Haydn : The 7 Last Words of Christ, Hob.XX/1C

Nicolas Stavy

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Si de nombreux compositeurs, entre autres Bach, Mozart, Poulenc, reprennent couramment des fragments de leurs œuvres pour les réutiliser dans d’autres compositions, il est en revanche assez rare qu’une même pièce reçoive intégralement un habillage différent. C’est le cas des fameuses Sept dernières Paroles du Christ que Joseph Haydn a repris trois fois de manière totalement différente, sans en changer une note, suite au succès européen remporté par l’original.
Commandée par une communauté de Cadix pour la semaine sainte de 1786, cette suite de sept tableaux encadrés par une introduction et le très réaliste « tremblement de terre » final, est d’abord écrite pour orchestre avec une mise en scène strictement établie par les commanditaires. Haydn en réalise plus tard une version pour quatuor à cordes avant de la transformer une troisième fois pour lui donner la forme d’un oratorio pour soli, chœur et orchestre avec l’apport littéraire du Baron van Zwieten. Quant à la version pour piano seul proposée ici par Nicolas Stavy, elle a été réalisée par un tiers avec l’approbation chaleureuse du compositeur.
Cette version renforce l’austérité de cette musique constituée par sept adagios sévères dans un langage auquel le facétieux Haydn était peu coutumier. Inquiet par cette succession de mouvements lents qu’on lui imposait, le vieux compositeur a mis toute sa science et toute son expression dans ces pages admirables, dont Nicolas Stavy se plaît à souligner l’aspect dramatique. Et quoi de plus naturel que de compléter son interprétation par les fameuse Variations en fa mineur qui représentent un des sommets de l’univers pour clavier du grand compositeur autrichien. © François Hudry/Qobuz

Plus d'informations

Haydn : The 7 Last Words of Christ, Hob.XX/1C

Nicolas Stavy

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

The Seven Last Words of Christ on the Cross, Hob. XX/1C (Joseph Haydn)

1
No. 1, Introduction
00:05:14

Nicolas Stavy, Piano - Franz Joseph Haydn, Composer

© 2019 BIS ℗ 2019 BIS

2
No. 2, Sonata I (Father, Forgive Them, for They Know Not What They Do)
00:06:06

Nicolas Stavy, Piano - Franz Joseph Haydn, Composer

© 2019 BIS ℗ 2019 BIS

3
No. 3, Sonata II (Truly, I Say to You, Today You Will Be with Me in Paradise)
00:05:53

Nicolas Stavy, Piano - Franz Joseph Haydn, Composer

© 2019 BIS ℗ 2019 BIS

4
No. 4, Sonata III (Woman, Here See Your Son)
00:06:23

Nicolas Stavy, Piano - Franz Joseph Haydn, Composer

© 2019 BIS ℗ 2019 BIS

5
No. 5, Sonata IV (My God, My God, Why Have You Forsaken Me?)
00:05:01

Nicolas Stavy, Piano - Franz Joseph Haydn, Composer

© 2019 BIS ℗ 2019 BIS

6
No. 6, Sonata V (Oh, I'm Thirsty)
00:05:30

Nicolas Stavy, Piano - Franz Joseph Haydn, Composer

© 2019 BIS ℗ 2019 BIS

7
No. 7, Sonata VI (It Is Accomplished)
00:06:00

Nicolas Stavy, Piano - Franz Joseph Haydn, Composer

© 2019 BIS ℗ 2019 BIS

8
No. 8, Sonata VII (Father, into Thy Hands I Commend My Spirit)
00:05:03

Nicolas Stavy, Piano - Franz Joseph Haydn, Composer

© 2019 BIS ℗ 2019 BIS

9
No. 9, The Earthquake
00:01:50

Nicolas Stavy, Piano - Franz Joseph Haydn, Composer

© 2019 BIS ℗ 2019 BIS

Andante con variazioni in F Minor Hob. XVII:6 (Joseph Haydn)

10
Theme. Andante
00:04:28

Nicolas Stavy, Piano - Franz Joseph Haydn, Composer

© 2019 BIS ℗ 2019 BIS

11
Variation 1
00:03:28

Nicolas Stavy, Piano - Franz Joseph Haydn, Composer

© 2019 BIS ℗ 2019 BIS

12
Variation 2
00:03:33

Nicolas Stavy, Piano - Franz Joseph Haydn, Composer

© 2019 BIS ℗ 2019 BIS

13
Coda
00:04:19

Nicolas Stavy, Piano - Franz Joseph Haydn, Composer

© 2019 BIS ℗ 2019 BIS

Descriptif de l'album

Si de nombreux compositeurs, entre autres Bach, Mozart, Poulenc, reprennent couramment des fragments de leurs œuvres pour les réutiliser dans d’autres compositions, il est en revanche assez rare qu’une même pièce reçoive intégralement un habillage différent. C’est le cas des fameuses Sept dernières Paroles du Christ que Joseph Haydn a repris trois fois de manière totalement différente, sans en changer une note, suite au succès européen remporté par l’original.
Commandée par une communauté de Cadix pour la semaine sainte de 1786, cette suite de sept tableaux encadrés par une introduction et le très réaliste « tremblement de terre » final, est d’abord écrite pour orchestre avec une mise en scène strictement établie par les commanditaires. Haydn en réalise plus tard une version pour quatuor à cordes avant de la transformer une troisième fois pour lui donner la forme d’un oratorio pour soli, chœur et orchestre avec l’apport littéraire du Baron van Zwieten. Quant à la version pour piano seul proposée ici par Nicolas Stavy, elle a été réalisée par un tiers avec l’approbation chaleureuse du compositeur.
Cette version renforce l’austérité de cette musique constituée par sept adagios sévères dans un langage auquel le facétieux Haydn était peu coutumier. Inquiet par cette succession de mouvements lents qu’on lui imposait, le vieux compositeur a mis toute sa science et toute son expression dans ces pages admirables, dont Nicolas Stavy se plaît à souligner l’aspect dramatique. Et quoi de plus naturel que de compléter son interprétation par les fameuse Variations en fa mineur qui représentent un des sommets de l’univers pour clavier du grand compositeur autrichien. © François Hudry/Qobuz

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
Munich 2016 Keith Jarrett
Songs In The Key Of Life Stevie Wonder
Innervisions Stevie Wonder
À découvrir également
Par Nicolas Stavy
Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Hélène Grimaud, Élue farouche

Petit tour d’horizon de la discographie d’Hélène Grimaud, à l’occasion de son cinquantième anniversaire et de ses trente ans d’activité discographique. De Denon à Deutsche Grammophon, en passant par Erato puis Teldec, retour sur un parcours incontestablement personnel, sincère et glorieux.

Wilhelm Kempff, le plus humain des pianistes

Artiste d’un autre temps, Wilhelm Kempff (1895-1991) croyait à l’inspiration : il était entré en musique comme on entre en religion, avec une ferveur respectueuse pour les vieux maîtres qu’il servait. Avec son toucher de velours, son sens du phrasé et sa diction de conteur, l’art de Wilhelm Kempff était celui d’un rêveur éveillé, mi-poète, mi-devin, dans une époque où l’expression du sentiment primait sur tout. Il a souvent enregistré à plusieurs reprises ses compositeurs préférés, en particulier son dieu Beethoven, avec lequel on l’a si souvent identifié, laissant trois intégrales des sonates au fur et à mesure de sa propre maturation et de l’évolution des techniques d’enregistrement.

Jorge Bolet, la quintessence de Franz Liszt

Sous ses doigts, la musique de Franz Liszt est apparue sous un jour nouveau, grâce à une vision à la fois poétique et lyrique, bien loin de la virtuosité gratuite et tapageuse trop souvent entendue. Avec le recul, son art élégant, noble et racé force l’admiration, car il représente le raffinement et la culture d’un monde à jamais perdu. C’est à l’automne de sa vie, au début des années 1980, qu’il enregistre pour Decca une anthologie en neuf volumes du compositeur hongrois qui fera date, à laquelle il convient d’ajouter d’autres gravures réalisées pour le label espagnol Ensayo, pour RCA dans les années 1970, pour Everest en 1960, ainsi que des enregistrements de studio et de radio dans les années 50, alors qu’il possédait encore tous ses extraordinaires moyens techniques.

Dans l'actualité...