Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Iván Fischer - Gustav Mahler : Symphony no.5

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Gustav Mahler : Symphony no.5

Budapest Festival Orchestra - Iván Fischer

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 192.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

" Le Mahler à fleur de peau mais jamais hystérique, propice à la nostalgie, d'Ivan Fischer ne fera sans doute pas l'unanimité. Une fois encore, il nous fascine par sa singularité même, partagée avec un orchestre aux saveurs entêtantes. [...] Il faut écouter cet enregistrement comme un tout. C'est ainsi qu'il livrera son suc. Ce n'est pas la surface qui intéresse Ivan Fischer : il va au cœur du message mahlérien et le fait avec un sentiment d'évidence qui remettrait presque au goût du jour la notion, volontiers contestée, d'authenticité. [...] Il y a décidément un style Ivan Fischer dans Mahler, qui n'appartient aujourd'hui à personne d'autre. [...] Oui, cette version prend tout son temps, oui elle manque parfois de tranchant, mais ce que l'on gagne en contrepartie — le charme, la sensibilité, la nostalgie — compense au centuple. " (Diapason, janvier 2014 / Christian Merlin)

Plus d'informations

Gustav Mahler : Symphony no.5

Iván Fischer

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 50 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 50 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Symphony No. 5 (Gustav Mahler)

1
Trauermarsch
00:12:58

Budapest Festival Orchestra - Iván Fischer, conductor

2013 Channel Classics 2013 Channel Classics

2
Stürmisch bewegt. Mit größter Vehemenz
00:15:08

Budapest Festival Orchestra - Iván Fischer, conductor

2013 Channel Classics 2013 Channel Classics

3
Scherzo. Kräftig, nicht zu schnell
00:19:38

Budapest Festival Orchestra - Iván Fischer, conductor

2013 Channel Classics 2013 Channel Classics

4
Adagietto. Sehr langsam
00:10:42

Budapest Festival Orchestra - Iván Fischer, conductor

2013 Channel Classics 2013 Channel Classics

5
Rondo-Finale. Allegro
00:15:43

Budapest Festival Orchestra - Iván Fischer, conductor

2013 Channel Classics 2013 Channel Classics

Descriptif de l'album

" Le Mahler à fleur de peau mais jamais hystérique, propice à la nostalgie, d'Ivan Fischer ne fera sans doute pas l'unanimité. Une fois encore, il nous fascine par sa singularité même, partagée avec un orchestre aux saveurs entêtantes. [...] Il faut écouter cet enregistrement comme un tout. C'est ainsi qu'il livrera son suc. Ce n'est pas la surface qui intéresse Ivan Fischer : il va au cœur du message mahlérien et le fait avec un sentiment d'évidence qui remettrait presque au goût du jour la notion, volontiers contestée, d'authenticité. [...] Il y a décidément un style Ivan Fischer dans Mahler, qui n'appartient aujourd'hui à personne d'autre. [...] Oui, cette version prend tout son temps, oui elle manque parfois de tranchant, mais ce que l'on gagne en contrepartie — le charme, la sensibilité, la nostalgie — compense au centuple. " (Diapason, janvier 2014 / Christian Merlin)

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Iván Fischer

Playlists

Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Guido Cantelli, l’aristocrate de la baguette

La réédition massive et parfaitement restaurée des enregistrements de studio de Guido Cantelli, au début des années 1950 pour EMI et RCA, viennent raviver le souvenir d’un chef d’orchestre dont le lumineux témoignage commençait singulièrement à s’émousser. « Chef d’orchestre des temps nouveaux », Guido Cantelli était un aristocrate de la baguette, toujours à la recherche du beau son à travers un strict respect des partitions qu’il dirigeait avec ferveur.

Nils Frahm, le piano debout

Salué par les critiques de la musique classique comme par les amateurs d’expériences électroniques, le talent de Nils Frahm a mis tout le monde d’accord ces dix dernières années. Qu’il utilise un orgue d’église ou un synthétiseur flanqué de pédales d’effet, le pianiste allemand regarde toujours vers l’avant et c’est pour ça qu’il semble si séduisant.

Un nouveau monde entre électro et classique

Ólafur Arnalds, Nils Frahm, Max Richter, Poppy Ackroyd, Peter Broderick, Joana Gama… Depuis quelques années, tous ces noms en vogue ont été regroupés sous la vaste et imprécise étiquette “néoclassique”. A dire vrai, cette “scène” ressemble plutôt à une bande hétéroclite d’artistes fureteurs qui mêlent instruments classiques et production électronique – avec une connexion assumée aux pionniers du minimalisme américain – régalant les sens et ouvrant des perspectives des deux côtés de leur spectre musical.

Dans l'actualité...