Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Marc Mauillon - Giulio Caccini & Jacopo Peri : Li due orfei

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Giulio Caccini & Jacopo Peri : Li due orfei

Marc Mauillon, Angélique Mauillon

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Si la statuaire antique incarnait, pour les artistes florentins de la Renaissance, un idéal de perfection classique, la musique antique aurait tout naturellement dû former, pour les musiciens de ce temps, un modèle avec lequel il fallait renouer. Hélas, au sortir du Moyen Age, la musique gréco-latine n’était connue qu’à travers des traités qui n’en dévoilaient que les fondements théoriques, mathématiques et philosophiques, sans jamais en révéler ni la dimension pratique ni les répertoires. Pour les musiciens du XVIe siècle, ce quasi-fantasme devint en fait une source d’inspiration féconde. Ainsi, des « styles» inédits et des « nouvelles musiques » virent le jour à Florence entre 1450 et 1600, suivant des principes esthétiques toujours dictés par l’immuable désir d’ « imiter » les Anciens. Toutes ces révolutions se sont cristallisées autour d’une « invention » florentine : la monodie accompagnée. L’image mythique d’Orphée accompagnant ses « chants » de sa lyre était le modèle qu’il fallait réinterpréter. Durant la seconde moitié du XVIe siècle, sous les règnes des Medici, quelques musiciens dont Giulio Caccini (ca. 1550-1618) et Jacopo Peri (1561-1633) expérimentèrent cette nouvelle manière de déclamation (le stile rappresentativo ou recitativo) et un genre inédit d’accompagnement destiné à la soutenir (le basso continuato ou continuo) : une nouvelle forme de vocalité émerge alors. Tous deux furent considérés comme les Orphée de leur temps, mais une rivalité féroce les opposait. Caccini n’est qu’un simple roturier tandis que le Peri descend d’une noble famille florentine. Le ténor Marc Mauillon est accompagné par Angélique Mauillon à la harpe double, un instrument typique du Moyen Age et de la Renaissance, offrant une grande palette chromatique ; les deux musiciens alternent des œuvres de Caccini et de Peri datant des années 1602 à 1614. Quant à savoir combien ils étaient ennemis, le tout premier opéra au monde qui nous soit parvenu, Euridice de l’an 1600, est signée Peri mais avec emprunt de nombre de passages à un ouvrage homonyme de Caccini. Les meilleurs ennemis au monde… Enregistré dans les studios de la Radio polonaise de Varsovie en février 2015.


« [...] Le programme rapproche Caccini, héros du chant orné au tournant du XVIIe siècle, et Jacopo Peri (1561-1633), issu de la noblesse florentine, organiste et chanteur. [...] Marc Mauillon règle son compte au beau son : le texte suscite l’intention, l’art oratoire. Puis les appuis, les ornements, les dynamiques du chant doublent l’intention pour porter le texte et les mots à leur impact maximum. Souvent vif, le tempo ne se complaît jamais dans une tendresse de surface : c’est bien le souffle qui la suggère, suit ses fluctuations, et s’amenuise jusqu’au presque rien dans la douleur. Mais ce sont des poèmes d’amour, dira le sage. Aucune crainte, il se glisse dans un rayon de soleil éclairant la voix, et encore dans la harpe double d’Angélique Mauillon. Toujours éloquente et miraculeuse de complicité, [...] sa présence lumineuse, son halo de résonances, qui à la fois porte le ténor et le laisse évoluer en toute liberté, tient une part déterminante dans un disque courageux.» (Diapason, mai 2016 / Sophie Roughol)


 


 


 

Plus d'informations

Giulio Caccini & Jacopo Peri : Li due orfei

Marc Mauillon

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Dolcissimo sospiro 00:02:06

Marc Mauillon, Performer - Angélique Mauillon, Performer - Giulio Caccini, Composer

Outhere Music France Outhere Music France

2
A quei sospir'ardenti 00:02:35

Marc Mauillon, Performer - Angélique Mauillon, Performer - Giulio Caccini, Composer

Outhere Music France Outhere Music France

3
Mentre che fra doglie e pene 00:02:04

Marc Mauillon, Performer - Angélique Mauillon, Performer - Giulio Caccini, Composer

Outhere Music France Outhere Music France

4
Vedrò ’l mio sol 00:03:00

Marc Mauillon, Performer - Angélique Mauillon, Performer - Giulio Caccini, Composer

Outhere Music France Outhere Music France

5
Toccata del quarto tono 00:02:11

Angélique Mauillon, Performer - Luzzasco Luzzaschi, Composer

Outhere Music France Outhere Music France

6
Tu dormi e ’l dolce sonno 00:05:27

Marc Mauillon, Performer - Angélique Mauillon, Performer - Jacopo Peri, Composer

Outhere Music France Outhere Music France

7
Tra le donne onde s’onora 00:02:02

Marc Mauillon, Performer - Angélique Mauillon, Performer - Jacopo Peri, Composer

Outhere Music France Outhere Music France

8
Amarilli, mia bella 00:02:26

Marc Mauillon, Performer - Angélique Mauillon, Performer - Giulio Caccini, Composer

Outhere Music France Outhere Music France

9
Tutto ’l dì piango 00:04:58

Marc Mauillon, Performer - Angélique Mauillon, Performer - Giulio Caccini, Composer

Outhere Music France Outhere Music France

10
Odi, Euterpe 00:04:03

Marc Mauillon, Performer - Angélique Mauillon, Performer - Giulio Caccini, Composer

Outhere Music France Outhere Music France

11
Movetevi a pietà 00:02:21

Marc Mauillon, Performer - Angélique Mauillon, Performer - Giulio Caccini, Composer

Outhere Music France Outhere Music France

12
Torna, deh torna 00:02:56

Marc Mauillon, Performer - Angélique Mauillon, Performer - Giulio Caccini, Composer

Outhere Music France Outhere Music France

13
Intavolatura di liuto et di chitarrone, Libro primo: Aria di sarabanda in varie partite 00:03:02

Angélique Mauillon, Performer - Alessandro Piccinini, Composer

Outhere Music France Outhere Music France

14
Un dì soletto 00:02:41

Marc Mauillon, Performer - Angélique Mauillon, Performer - Jacopo Peri, Composer

Outhere Music France Outhere Music France

15
Perfidissimo volto 00:02:58

Marc Mauillon, Performer - Angélique Mauillon, Performer - Giulio Caccini, Composer

Outhere Music France Outhere Music France

16
Non ha ’l ciel cotanti lumi 00:02:34

Marc Mauillon, Performer - Angélique Mauillon, Performer - Giulio Caccini, Composer

Outhere Music France Outhere Music France

17
Tutto ’l dì piango 00:03:12

Marc Mauillon, Performer - Angélique Mauillon, Performer - Jacopo Peri, Composer

Outhere Music France Outhere Music France

18
Al fonte, al prato 00:01:26

Marc Mauillon, Performer - Angélique Mauillon, Performer - Jacopo Peri, Composer

Outhere Music France Outhere Music France

19
Canzona 00:02:33

Angélique Mauillon, Performer - Luzzasco Luzzaschi, Composer

Outhere Music France Outhere Music France

20
Pien d’amoroso affetto 00:02:24

Marc Mauillon, Performer - Angélique Mauillon, Performer - Giulio Caccini, Composer

Outhere Music France Outhere Music France

Descriptif de l'album

Si la statuaire antique incarnait, pour les artistes florentins de la Renaissance, un idéal de perfection classique, la musique antique aurait tout naturellement dû former, pour les musiciens de ce temps, un modèle avec lequel il fallait renouer. Hélas, au sortir du Moyen Age, la musique gréco-latine n’était connue qu’à travers des traités qui n’en dévoilaient que les fondements théoriques, mathématiques et philosophiques, sans jamais en révéler ni la dimension pratique ni les répertoires. Pour les musiciens du XVIe siècle, ce quasi-fantasme devint en fait une source d’inspiration féconde. Ainsi, des « styles» inédits et des « nouvelles musiques » virent le jour à Florence entre 1450 et 1600, suivant des principes esthétiques toujours dictés par l’immuable désir d’ « imiter » les Anciens. Toutes ces révolutions se sont cristallisées autour d’une « invention » florentine : la monodie accompagnée. L’image mythique d’Orphée accompagnant ses « chants » de sa lyre était le modèle qu’il fallait réinterpréter. Durant la seconde moitié du XVIe siècle, sous les règnes des Medici, quelques musiciens dont Giulio Caccini (ca. 1550-1618) et Jacopo Peri (1561-1633) expérimentèrent cette nouvelle manière de déclamation (le stile rappresentativo ou recitativo) et un genre inédit d’accompagnement destiné à la soutenir (le basso continuato ou continuo) : une nouvelle forme de vocalité émerge alors. Tous deux furent considérés comme les Orphée de leur temps, mais une rivalité féroce les opposait. Caccini n’est qu’un simple roturier tandis que le Peri descend d’une noble famille florentine. Le ténor Marc Mauillon est accompagné par Angélique Mauillon à la harpe double, un instrument typique du Moyen Age et de la Renaissance, offrant une grande palette chromatique ; les deux musiciens alternent des œuvres de Caccini et de Peri datant des années 1602 à 1614. Quant à savoir combien ils étaient ennemis, le tout premier opéra au monde qui nous soit parvenu, Euridice de l’an 1600, est signée Peri mais avec emprunt de nombre de passages à un ouvrage homonyme de Caccini. Les meilleurs ennemis au monde… Enregistré dans les studios de la Radio polonaise de Varsovie en février 2015.


« [...] Le programme rapproche Caccini, héros du chant orné au tournant du XVIIe siècle, et Jacopo Peri (1561-1633), issu de la noblesse florentine, organiste et chanteur. [...] Marc Mauillon règle son compte au beau son : le texte suscite l’intention, l’art oratoire. Puis les appuis, les ornements, les dynamiques du chant doublent l’intention pour porter le texte et les mots à leur impact maximum. Souvent vif, le tempo ne se complaît jamais dans une tendresse de surface : c’est bien le souffle qui la suggère, suit ses fluctuations, et s’amenuise jusqu’au presque rien dans la douleur. Mais ce sont des poèmes d’amour, dira le sage. Aucune crainte, il se glisse dans un rayon de soleil éclairant la voix, et encore dans la harpe double d’Angélique Mauillon. Toujours éloquente et miraculeuse de complicité, [...] sa présence lumineuse, son halo de résonances, qui à la fois porte le ténor et le laisse évoluer en toute liberté, tient une part déterminante dans un disque courageux.» (Diapason, mai 2016 / Sophie Roughol)


 


 


 

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Marc Mauillon

Playlists

Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Wilhelm Kempff, le plus humain des pianistes

Artiste d’un autre temps, Wilhelm Kempff (1895-1991) croyait à l’inspiration : il était entré en musique comme on entre en religion, avec une ferveur respectueuse pour les vieux maîtres qu’il servait. Avec son toucher de velours, son sens du phrasé et sa diction de conteur, l’art de Wilhelm Kempff était celui d’un rêveur éveillé, mi-poète, mi-devin, dans une époque où l’expression du sentiment primait sur tout. Il a souvent enregistré à plusieurs reprises ses compositeurs préférés, en particulier son dieu Beethoven, avec lequel on l’a si souvent identifié, laissant trois intégrales des sonates au fur et à mesure de sa propre maturation et de l’évolution des techniques d’enregistrement.

Les rêves secrets de Michel Legrand et Jacques Demy

Michel Legrand nous a quittés le 26 janvier 2019 à l’âge de 86 ans. Avec son complice le cinéaste Jacques Demy, il a conquis le cœur des spectateurs du monde entier grâce à des classiques comme « Les Parapluies de Cherbourg », « Peau d’âne » ou « Les Demoiselles de Rochefort ».

Steve Reich, l'animal minimal

Il est l'un des pionniers de la musique minimaliste. Mais aussi l’un des compositeurs contemporains les plus joués. A 80 ans, Steve Reich est une sorte d’intouchable gourou qui ne cesse d’influencer des hordes de musiciens jusque dans la sphère techno. Son évolution personnelle, son rapport au jazz ou aux musiques ethniques mais aussi la transmission de ses œuvres de génération en génération : le New-Yorkais se livre sans langue de bois.

Dans l'actualité...