Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Gringolts Quartet - Felix Mendelssohn & Enescu: Octets

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Felix Mendelssohn & Enescu: Octets

Meta4, Gringolts Quartet

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

La précocité de Mendelssohn reste un objet de stupéfaction. Semblable à celle de Mozart, elle dépasse toutefois cette dernière en termes de qualité et de densité expressive. Lorsqu’il compose, à 16 ans, son fameux Octuor dont l’écriture parfaite ne cesse de nous éblouir, le garçon a déjà de nombreuses œuvres derrière lui : douze symphonies pour cordes, plusieurs concertos et cinq opéras.
Composé selon lui « dans le style d’une œuvre symphonique orchestrale », cet Octuor est le premier écrit en huit parties et non un double quatuor comme ses prédécesseurs. Offerte à son professeur Eduard Ritz, la partition restera toujours un excellent souvenir pour son auteur qui le regarda tout au long de sa courte vie avec tendresse.
Georges Enesco (ou Enescu) fut lui aussi un talent précoce inscrit au Conservatoire de Paris à l’âge de 14 ans comme compositeur, violoniste et pianiste. Il est à peine plus âgé que Mendelssohn (19 ans) lorsqu’il compose son Octuor à cordes en 1900. C’est la première œuvre dans laquelle il évolue vers son propre langage, se détachant peu à peu des influences romantiques. Si l’œuvre de Mendelssohn repose avant tout sur la mélodie, celle du jeune Enesco est construite sur un contrepoint savant, avançant avec souplesse et détermination. « Un ingénieur lançant sur le fleuve son premier pont suspendu n’éprouve pas plus d’angoisse que je n’en ressentais à noircir mon papier réglé », devait-il avouer des années plus tard. © François Hudry/Qobuz

Plus d'informations

Felix Mendelssohn & Enescu: Octets

Gringolts Quartet

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 50 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 50 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Octet in E-Flat Major, Op. 20, MWV R 20 (Felix Mendelssohn)

1
I. Allegro moderato ma con fuoco
00:13:45

Felix Mendelssohn, Composer - Meta4, Ensemble - Gringolts Quartet, Ensemble, MainArtist

(C) 2020 BIS (P) 2020 BIS

2
II. Andante
00:06:45

Felix Mendelssohn, Composer - Meta4, Ensemble - Gringolts Quartet, Ensemble, MainArtist

(C) 2020 BIS (P) 2020 BIS

3
III. Scherzo
00:04:26

Felix Mendelssohn, Composer - Meta4, Ensemble - Gringolts Quartet, Ensemble, MainArtist

(C) 2020 BIS (P) 2020 BIS

4
IV. Presto
00:06:07

Felix Mendelssohn, Composer - Meta4, Ensemble - Gringolts Quartet, Ensemble, MainArtist

(C) 2020 BIS (P) 2020 BIS

Octet for Strings in C Major, Op. 7 (George Enescu)

5
I. Très modéré
00:12:31

George Enescu, Composer - Meta4, Ensemble - Gringolts Quartet, Ensemble, MainArtist

(C) 2020 BIS (P) 2020 BIS

6
II. Même temps
00:08:04

George Enescu, Composer - Meta4, Ensemble - Gringolts Quartet, Ensemble, MainArtist

(C) 2020 BIS (P) 2020 BIS

7
III. Très fougueux
00:09:03

George Enescu, Composer - Meta4, Ensemble - Gringolts Quartet, Ensemble, MainArtist

(C) 2020 BIS (P) 2020 BIS

8
IV. Mouvement de valse bien rythmée
00:08:58

George Enescu, Composer - Meta4, Ensemble - Gringolts Quartet, Ensemble, MainArtist

(C) 2020 BIS (P) 2020 BIS

Descriptif de l'album

La précocité de Mendelssohn reste un objet de stupéfaction. Semblable à celle de Mozart, elle dépasse toutefois cette dernière en termes de qualité et de densité expressive. Lorsqu’il compose, à 16 ans, son fameux Octuor dont l’écriture parfaite ne cesse de nous éblouir, le garçon a déjà de nombreuses œuvres derrière lui : douze symphonies pour cordes, plusieurs concertos et cinq opéras.
Composé selon lui « dans le style d’une œuvre symphonique orchestrale », cet Octuor est le premier écrit en huit parties et non un double quatuor comme ses prédécesseurs. Offerte à son professeur Eduard Ritz, la partition restera toujours un excellent souvenir pour son auteur qui le regarda tout au long de sa courte vie avec tendresse.
Georges Enesco (ou Enescu) fut lui aussi un talent précoce inscrit au Conservatoire de Paris à l’âge de 14 ans comme compositeur, violoniste et pianiste. Il est à peine plus âgé que Mendelssohn (19 ans) lorsqu’il compose son Octuor à cordes en 1900. C’est la première œuvre dans laquelle il évolue vers son propre langage, se détachant peu à peu des influences romantiques. Si l’œuvre de Mendelssohn repose avant tout sur la mélodie, celle du jeune Enesco est construite sur un contrepoint savant, avançant avec souplesse et détermination. « Un ingénieur lançant sur le fleuve son premier pont suspendu n’éprouve pas plus d’angoisse que je n’en ressentais à noircir mon papier réglé », devait-il avouer des années plus tard. © François Hudry/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
The Complete Studio Albums Creedence Clearwater Revival
Folk Singer Muddy Waters
Live At The Regal B.B. King
À découvrir également
Par Gringolts Quartet
Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Le violon en 10 interprètes, épisode 1

Si le timbre et l’ambitus du violoncelle le rapprochent de la voix humaine, les aigus stratosphériques du violon flirtent avec les dieux. L’instrument a inspiré des œuvres nombreuses à la discographie pléthorique : des trésors qui sont autant de versions de référence. Cette sélection subjective de 10 violonistes choisit de mettre en lumière deux générations éloignées : la première est née pendant le premier tiers du XXe siècle ; la seconde pendant le dernier tiers, à retrouver jeudi.

Les atypiques symphonies électroniques de Mason Bates

Comment ça, vous ne connaissez pas (encore) Mason Bates ? C’est pourtant l’un des noms les plus présents sur la scène nord-américaine. Né en 1977, Bates est à la fois compositeur, surtout symphoniste et lyrique, et DJ de musique électronique (sous l'alias DJ Masonic) – deux pôles apparemment opposés mais qu’il se fait un malin plaisir à mêler. Ainsi, environ la moitié de son œuvre symphonique et lyrique comporte, d’une manière ou d’une autre, des sonorités électroniques, pour la plupart des sons « de tous les jours », préenregistrés et restitués en temps réel à mesure de la partition. A l’occasion de la sortie de son génial opéra The (R)evolution of Steve Jobs, Qobuz s’est entretenu avec ce personnage hors-norme.

Kœchlin, l’Alchimiste

Ancrée dans la tradition mais aussi très novatrice, l’œuvre immense de Koechlin, d’un langage extrêmement personnel, a dérouté ses contemporains en raison de ses multiples facettes, de sa liberté et de sa dimension philosophique. Le disque permet enfin de prendre la mesure de cet alchimiste des sons, prophète génial sans doute trop tôt venu. Et dont nous célébrons ce 27 novembre le 150ème anniversaire de la naissance…

Dans l'actualité...