Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Philippe Cassard - Fauré: Ballade, 3 nocturnes, Pelleas et Melisande (Suite)...

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Fauré: Ballade, 3 nocturnes, Pelleas et Melisande (Suite)...

Philippe Cassard, Orch. de Lorraine, Jacques Mercier

Livret Numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 88.2 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Comme toujours, l’immersion dans toutes les strates d’une oeuvre permet de recréer un monde, avec son esprit, ses couleurs, ses parfums, ses idiomes, ses idéaux, et d’en mieux saisir les évolutions, les singularités et les sources d’inspiration. Le pianiste Philippe Cassard est bercé depuis son enfance par la musique de Gabriel Fauré et joue désormais la quasi totalité de son répertoire. Le pianisme caressant de la Ballade évoque ces touches noires que Chopin chérissait. La partie centrale du Nocturne n°2 semble surgir d’une Bunte Blätter de Schumann. Celle du Nocturne n°4 fait penser à l’extase de Tristan et Isolde, de Wagner. La Fantaisie, composée par un homme de presque soixante-quinze ans atteint de surdité, fascine par sa vigueur, son énergie inépuisable, sa luminosité et les arabesques cristallines du piano. Le Prélude de Pénélope est une page impressionnante, grandiose, d’un souffle exceptionnel. Voici un formidable hommage à Gabriel Fauré ; cet aristocrate du phrasé, ce lyrique éperdu, cet amoureux de poésie aura tracé un sillon affranchi des dogmes, que les interprètes du monde entier empruntent désormais avec ferveur. © La Dolce Volta


« Épaulé par Jacques Mercier à la subtile direction, le pianiste se montre dynamique et détendu mais toujours transparent, « sans rien qui pèse ou qui pose ». Dans les Nocturnes n° 1 et n° 2, encore marqués par le romantisme, comme dans ce n° 11, tellement plus émacié mais où il convient d’éviter toute sécheresse, Philippe Cassard fait preuve d’une parfaite alliance de force et de délicatesse.» (Classica, novembre 2017)

Plus d'info

Fauré: Ballade, 3 nocturnes, Pelleas et Melisande (Suite)...

Philippe Cassard

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1 mois offert, puis 9,99€ / mois.

Ballade for Piano and Orchestra in F-Sharp Major, Op. 19

1
Ballade for Piano and Orchestra in F-Sharp Major, Op. 19 00:13:33

Philippe Cassard, Piano - Orchestre National de Lorraine - Jacques Mercier, Conductor - Gabriel Fauré, Composer

La Dolce Volta 2016

Nocturne No. 2 in B Major, Op. 33, No. 2

2
Nocturne No. 2 in B-Major, Op. 33 00:06:14

Philippe Cassard, Piano - Gabriel Fauré, Composer

La Dolce Volta 2016

Pelleas and Melisande Suite, Op. 46

3
Pelléas and Mélisande Suite, Op. 80 00:16:06

Orchestre National de Lorraine - Jacques Mercier, Conductor - Gabriel Fauré, Composer

La Dolce Volta 2016

Nocturne No. 4 in E-Flat Major, Op. 36

4
Nocturne No. 4 in E-Flat Major, Op. 36 00:06:31

Philippe Cassard, Piano - Gabriel Fauré, Composer

La Dolce Volta 2016

Nocturne No. 11 in F-Sharp Minor, Op. 10

5
Nocturne No. 11 in F-Sharp Minor, Op. 10 00:04:17

Philippe Cassard, Piano - Gabriel Fauré, Composer

La Dolce Volta 2016

Pénélope

6
Pénélope 00:07:35

Orchestre National de Lorraine - Jacques Mercier, Conductor - Gabriel Fauré, Composer

La Dolce Volta 2016

Fantaisie for Piano and Orchestra in G Major, Op. 111

7
Fantaisie for Piano and Orchestra in G Major, Op. 111 00:14:20

Philippe Cassard, Piano - Orchestre National de Lorraine - Jacques Mercier, Conductor - Gabriel Fauré, Composer

La Dolce Volta 2016

Descriptif de l'album

Comme toujours, l’immersion dans toutes les strates d’une oeuvre permet de recréer un monde, avec son esprit, ses couleurs, ses parfums, ses idiomes, ses idéaux, et d’en mieux saisir les évolutions, les singularités et les sources d’inspiration. Le pianiste Philippe Cassard est bercé depuis son enfance par la musique de Gabriel Fauré et joue désormais la quasi totalité de son répertoire. Le pianisme caressant de la Ballade évoque ces touches noires que Chopin chérissait. La partie centrale du Nocturne n°2 semble surgir d’une Bunte Blätter de Schumann. Celle du Nocturne n°4 fait penser à l’extase de Tristan et Isolde, de Wagner. La Fantaisie, composée par un homme de presque soixante-quinze ans atteint de surdité, fascine par sa vigueur, son énergie inépuisable, sa luminosité et les arabesques cristallines du piano. Le Prélude de Pénélope est une page impressionnante, grandiose, d’un souffle exceptionnel. Voici un formidable hommage à Gabriel Fauré ; cet aristocrate du phrasé, ce lyrique éperdu, cet amoureux de poésie aura tracé un sillon affranchi des dogmes, que les interprètes du monde entier empruntent désormais avec ferveur. © La Dolce Volta


« Épaulé par Jacques Mercier à la subtile direction, le pianiste se montre dynamique et détendu mais toujours transparent, « sans rien qui pèse ou qui pose ». Dans les Nocturnes n° 1 et n° 2, encore marqués par le romantisme, comme dans ce n° 11, tellement plus émacié mais où il convient d’éviter toute sécheresse, Philippe Cassard fait preuve d’une parfaite alliance de force et de délicatesse.» (Classica, novembre 2017)

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Philippe Cassard
Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Julius Katchen, 50 nuances de Brahms

Si les pianistes de notre époque, toutes générations confondues, enregistrent la musique pour piano de Brahms à tour de doigts – surtout les derniers opus, 116 à 119, qui ont la cote –, il n’en a pas toujours été ainsi. Lorsque le pianiste américain Julius Katchen commence ses enregistrements brahmsiens en 1962, il signe pour Decca la toute première intégrale des œuvres pour clavier du compositeur allemand. Il sera suivi une dizaine d’années plus tard par celle de l’Allemand Peter Rösel, et, plus récemment, d’une douzaine de pianistes.

Dans l'actualité...