Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Jean-Louis Murat - Dolores

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Dolores

Jean-Louis Murat

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Ce disque, Murat le considérait tout au plus comme un album de transition. Fausse modestie ou vraie mauvaise foi ? Car Dolorès ressemble plutôt à l’aboutissement artistique du chanteur auvergnat, une collection de perles mêlant classicisme formel et romantisme noir, imagerie médiévale et modernité pop.

De modernité, il en a d’ailleurs longuement été question lors de sa sortie en 1996. On s’étonnait de l’utilisation de samples et de la touche trip-hop, motifs suffisants d’incrédulité au sein d’une variété française arthritique. Douze ans après, l’effet de surprise s’estompe, mais certaines innovations, comme les boucles atmosphériques de « Dieu n’a pas trouvé mieux » ou le faux départ jazz de « Saint-Amant », gardent intacte leur fraîcheur originelle. D’autres, comme ces batteries « bristoliennes » empesées, surmixées, sur « Fort Alamo » ou « A quoi tu rêves », ont mal résisté à l’épreuve du temps.

Mais l’essentiel est là, dans ces douze chansons construites chacune comme une pièce singulière, à la beauté immédiate. Passé maître dans l’art de l’épure mélodique, Murat se contente souvent ici de trois accords et de quelques notes spartiates. Sa voix s’attarde plus que jamais sur les fins de mots, s’étire à l’envi, et prend ses accents les plus ténébreux. Se révèle alors la plume d’un Jean-Louis Bergheaud plus inspiré que jamais. Les images inoubliables s’enchaînent – ­­­­­­le « lapin de garenne » égorgé dans « Perce-neige » ou le  « vertige en Mercedes dans la matrice des cieux » de « Dieu n’a pas trouvé mieux » –, les plaintes existentielles déchirantes aussi (« Le Môme éternel »), pour dessiner le portrait d’un homme en proie au dépit amoureux, celui d’un Murat à peine sorti d’une rupture sentimentale douloureuse.

Les arrangements très amples, toujours signés par Denis Clavaizolles, donnent un souffle quasi épique à ce sommet de mélancolie muratienne. Assurément l’une des pierres angulaires de la pop moderne française.

                                                                                                                                                     
© Jérome Pichon / Music-Story

Plus d'informations

Dolores

Jean-Louis Murat

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Fort alamo
00:04:27

Jean-Louis Bergheaud, Composer, Lyricist - Jean-Louis Murat, Producer, Artist, MainArtist - Christophe Dupouy, Mixer - Delabel Editions / Scarlett Editions, MusicPublisher

1996 LE LABEL - [PIAS] 1996 LE LABEL - [PIAS]

2
Dieu n'a pas trouvé mieux
00:03:50

Jean-Louis Bergheaud, Composer, Lyricist - Jean-Louis Murat, Producer, Artist, MainArtist - Christophe Dupouy, Mixer - Delabel Editions / Scarlett Editions, MusicPublisher

1996 LE LABEL - [PIAS] 1996 LE LABEL - [PIAS]

3
Perce neige
00:03:40

Jean-Louis Bergheaud, Composer, Lyricist - Jean-Louis Murat, Producer, Artist, MainArtist - Christophe Dupouy, Mixer - Delabel Editions / Scarlett Editions, MusicPublisher

1996 LE LABEL - [PIAS] 1996 LE LABEL - [PIAS]

4
Le train bleu
00:04:01

Jean-Louis Bergheaud, Composer, Lyricist - Jean-Louis Murat, Producer, Artist, MainArtist - Christophe Dupouy, Mixer - Delabel Editions / Scarlett Editions, MusicPublisher

1996 LE LABEL - [PIAS] 1996 LE LABEL - [PIAS]

5
Margot
00:03:18

Jean-Louis Bergheaud, Composer, Lyricist - Jean-Louis Murat, Producer, Artist, MainArtist - Christophe Dupouy, Mixer - Delabel Editions / Scarlett Editions, MusicPublisher

1996 LE LABEL - [PIAS] 1996 LE LABEL - [PIAS]

6
Brûle moi
00:03:49

Jean-Louis Bergheaud, Composer, Lyricist - Jean-Louis Murat, Producer, Artist, MainArtist - Christophe Dupouy, Mixer - Delabel Editions / Scarlett Editions, MusicPublisher

1996 LE LABEL - [PIAS] 1996 LE LABEL - [PIAS]

7
Le baiser
00:04:14

Jean-Louis Bergheaud, Composer, Lyricist - Jean-Louis Murat, Producer, Artist, MainArtist - Christophe Dupouy, Mixer - Delabel Editions / Scarlett Editions, MusicPublisher

1996 LE LABEL - [PIAS] 1996 LE LABEL - [PIAS]

8
Le môme éternel
00:04:35

Jean-Louis Bergheaud, Composer, Lyricist - Jean-Louis Murat, Producer, Artist, MainArtist - Christophe Dupouy, Mixer - Delabel Editions / Scarlett Editions, MusicPublisher

1996 LE LABEL - [PIAS] 1996 LE LABEL - [PIAS]

9
Saint amant
00:04:22

Jean-Louis Bergheaud, Composer, Lyricist - Jean-Louis Murat, Producer, Artist, MainArtist - Christophe Dupouy, Mixer - Delabel Editions / Scarlett Editions, MusicPublisher

1996 LE LABEL - [PIAS] 1996 LE LABEL - [PIAS]

10
Aimer
00:05:15

Jean-Louis Bergheaud, Composer, Lyricist - Jean-Louis Murat, Producer, Artist, MainArtist - Christophe Dupouy, Mixer - Delabel Editions / Scarlett Editions, MusicPublisher

1996 LE LABEL - [PIAS] 1996 LE LABEL - [PIAS]

11
A quoi tu rêves
00:03:34

Jean-Louis Bergheaud, Composer, Lyricist - Jean-Louis Murat, Producer, Artist, MainArtist - Christophe Dupouy, Mixer - Delabel Editions / Scarlett Editions, MusicPublisher

1996 LE LABEL - [PIAS] 1996 LE LABEL - [PIAS]

12
Réversibilité
00:04:20

Charles Baudelaire, Lyricist - Jean-Louis Bergheaud, Composer - Jean-Louis Murat, Producer, Artist, MainArtist - Christophe Dupouy, Mixer - Delabel Editions / Scarlett Editions, MusicPublisher

1996 LE LABEL - [PIAS] 1996 LE LABEL - [PIAS]

Descriptif de l'album

Ce disque, Murat le considérait tout au plus comme un album de transition. Fausse modestie ou vraie mauvaise foi ? Car Dolorès ressemble plutôt à l’aboutissement artistique du chanteur auvergnat, une collection de perles mêlant classicisme formel et romantisme noir, imagerie médiévale et modernité pop.

De modernité, il en a d’ailleurs longuement été question lors de sa sortie en 1996. On s’étonnait de l’utilisation de samples et de la touche trip-hop, motifs suffisants d’incrédulité au sein d’une variété française arthritique. Douze ans après, l’effet de surprise s’estompe, mais certaines innovations, comme les boucles atmosphériques de « Dieu n’a pas trouvé mieux » ou le faux départ jazz de « Saint-Amant », gardent intacte leur fraîcheur originelle. D’autres, comme ces batteries « bristoliennes » empesées, surmixées, sur « Fort Alamo » ou « A quoi tu rêves », ont mal résisté à l’épreuve du temps.

Mais l’essentiel est là, dans ces douze chansons construites chacune comme une pièce singulière, à la beauté immédiate. Passé maître dans l’art de l’épure mélodique, Murat se contente souvent ici de trois accords et de quelques notes spartiates. Sa voix s’attarde plus que jamais sur les fins de mots, s’étire à l’envi, et prend ses accents les plus ténébreux. Se révèle alors la plume d’un Jean-Louis Bergheaud plus inspiré que jamais. Les images inoubliables s’enchaînent – ­­­­­­le « lapin de garenne » égorgé dans « Perce-neige » ou le  « vertige en Mercedes dans la matrice des cieux » de « Dieu n’a pas trouvé mieux » –, les plaintes existentielles déchirantes aussi (« Le Môme éternel »), pour dessiner le portrait d’un homme en proie au dépit amoureux, celui d’un Murat à peine sorti d’une rupture sentimentale douloureuse.

Les arrangements très amples, toujours signés par Denis Clavaizolles, donnent un souffle quasi épique à ce sommet de mélancolie muratienne. Assurément l’une des pierres angulaires de la pop moderne française.

                                                                                                                                                     
© Jérome Pichon / Music-Story

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
24 Nights Eric Clapton
August Eric Clapton
À découvrir également
Par Jean-Louis Murat
Baby Love Jean-Louis Murat
Innamorato Jean-Louis Murat
Il Francese Jean-Louis Murat
Troie Jean-Louis Murat

Playlists

Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Bossa-nova, la vague éternelle

Depuis sa création à la fin des années 1950, la bossa-nova est devenue un ingrédient indispensable à la riche palette musicale brésilienne. Cette musique au fort pouvoir évocateur a conquis des artistes du monde entier et révélé des musiciens de premier ordre dont les compositions sont devenues des classiques.

Lhasa, l’inoubliable comète

En seulement trois albums studio, un live et trois tournées internationales, “Lhasa” de Sela a laissé une trace unique dans l’histoire de la musique populaire contemporaine. “La Llorona”, “The Living Road” et “Lhasa” sont des œuvres distinctes et abouties qui dévoilent un univers étrange mais familier, à mi-chemin du rêve et de la réalité. Ces chansons claires obscures sont habitées par les sentiments sincères d’une artiste dont le chant à fleur de peau propose un pacte de complicité intime avec celui qui l’écoute. Il y a dans la vie de “Lhasa” de Sela tous les ingrédients d’une légende, les étapes d’un roman, les émotions d’une histoire belle et bouleversante.

La nouvelle scène jazz anglaise en 10 albums

Hard bop ou hip-hop, free ou groovy, électro ou calypso, expérimentale ou caribéenne, la scène jazz britannique contemporaine regorge d’aventuriers aux oreilles bien ouvertes. Des musiciens connaissant leurs classiques qu’ils embarquent sur tous les types de terrains possibles et dont voici 10 albums symbolisant l’éclectisme salvateur.

Dans l'actualité...