Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Valentina Tóth - Dohnányi : Ruralia Hungarica, Humoresken

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Dohnányi : Ruralia Hungarica, Humoresken

Valentina Tóth

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Il est bien dommage que dans le cercle un brin exclusif de la « musique hongroise », Dohnányi reste exclu. Est-ce parce qu’il enseigna si longtemps au Conservatoire de Berlin ? Parce que sa musique exhale souvent un parfum brahmsien et conservateur ? Parce que ses explorations de la chose magyare restèrent plus marginales, héritées de Brahms et de Liszt plutôt qu’inspirées de l’ethnomusicologie de Bartók ou Kodály ? Parce qu’il resta en termes corrects avec l’Allemagne et l’Autriche pendant la guerre, à telle enseigne que la Hongrie communiste de l’après-Guerre le considéra comme un « criminel de guerre » (alors que tous les témoignages s’accordent à dire qu’il s’acharna à protéger les musiciens juifs tout au long de cette douloureuse époque) ? Parce qu’il s’exila volontairement en Floride de 1949 à sa mort en 1960 ? Quelle misère… Lui qui défendit Bartók et Kodály bec et ongles, qui enseigna si longtemps au Conservatoire de Budapest et dirigea l’Orchestre Philharmonique de Budapest, qu’a-t-il encore à prouver ? Ruralia Hungarica de 1923 emprunte au langage tzigane dans le sillage de Liszt et Brahms (plus qu’au purement populaire hongrois) ; le succès de l’œuvre fut tel que le compositeur en établit plusieurs versions différentes : pour orchestre, violon et piano, violoncelle et piano, violoncelle et harpe, violoncelle et orchestre. Quant aux Humoreskes de 1907, elles évitent toute teinte folklorique – mais qui a dit qu’un compositeur hongrois devait obligatoirement puiser dans le fonds populaire ??? – et semblent plutôt poursuivre la route tracée par un Brahms. Au piano, la jeune hungaro-néerlandaise Valentina Tóth (1994), dont le premier album, « Hungarian Horizon », avait été récompensé d’un « Diapason d’Or ». © SM/Qobuz

Plus d'informations

Dohnányi : Ruralia Hungarica, Humoresken

Valentina Tóth

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Ruralia Hungarica, Op. 32 (Ernő Dohnányi)

1
I. Allegretto, molto tenero 00:02:13

Valentina Tóth, Piano - Ernö Dohnányi, Composer

(C) 2018 Challenge Classics (P) 2018 Challenge Classics

2
II. Presto, ma non tanto 00:03:42

Valentina Tóth, Piano - Ernö Dohnányi, Composer

(C) 2018 Challenge Classics (P) 2018 Challenge Classics

3
III. Andante poco moto, rubato 00:08:30

Valentina Tóth, Piano - Ernö Dohnányi, Composer

(C) 2018 Challenge Classics (P) 2018 Challenge Classics

4
IV. Vivace 00:03:22

Valentina Tóth, Piano - Ernö Dohnányi, Composer

(C) 2018 Challenge Classics (P) 2018 Challenge Classics

5
V. Allegro grazioso 00:02:06

Valentina Tóth, Piano - Ernö Dohnányi, Composer

(C) 2018 Challenge Classics (P) 2018 Challenge Classics

6
VI. Adagio non troppo 00:07:41

Valentina Tóth, Piano - Ernö Dohnányi, Composer

(C) 2018 Challenge Classics (P) 2018 Challenge Classics

7
VII. Molto vivace 00:02:21

Valentina Tóth, Piano - Ernö Dohnányi, Composer

(C) 2018 Challenge Classics (P) 2018 Challenge Classics

Humoresken in Form einer Suite, Op. 17 (Ernő Dohnányi)

8
I. Marsch. Allegro moderato 00:04:15

Valentina Tóth, Piano - Ernö Dohnányi, Composer

(C) 2018 Challenge Classics (P) 2018 Challenge Classics

9
II. Toccata. Allegro molto 00:04:39

Valentina Tóth, Piano - Ernö Dohnányi, Composer

(C) 2018 Challenge Classics (P) 2018 Challenge Classics

10
III. Pavane mit Variationen. Allegro, quasi Andante 00:05:53

Valentina Tóth, Piano - Ernö Dohnányi, Composer

(C) 2018 Challenge Classics (P) 2018 Challenge Classics

11
IV. Pastorale. Andante con moto 00:05:12

Valentina Tóth, Piano - Ernö Dohnányi, Composer

(C) 2018 Challenge Classics (P) 2018 Challenge Classics

12
V. Introduction und Fuge. Allegro 00:06:32

Valentina Tóth, Piano - Ernö Dohnányi, Composer

(C) 2018 Challenge Classics (P) 2018 Challenge Classics

Pastorale on a Hungarian Christmas Song (Ernő Dohnányi)

13
Pastorale on a Hungarian Christmas Song 00:06:37

Valentina Tóth, Piano - Ernö Dohnányi, Composer

(C) 2018 Challenge Classics (P) 2018 Challenge Classics

Descriptif de l'album

Il est bien dommage que dans le cercle un brin exclusif de la « musique hongroise », Dohnányi reste exclu. Est-ce parce qu’il enseigna si longtemps au Conservatoire de Berlin ? Parce que sa musique exhale souvent un parfum brahmsien et conservateur ? Parce que ses explorations de la chose magyare restèrent plus marginales, héritées de Brahms et de Liszt plutôt qu’inspirées de l’ethnomusicologie de Bartók ou Kodály ? Parce qu’il resta en termes corrects avec l’Allemagne et l’Autriche pendant la guerre, à telle enseigne que la Hongrie communiste de l’après-Guerre le considéra comme un « criminel de guerre » (alors que tous les témoignages s’accordent à dire qu’il s’acharna à protéger les musiciens juifs tout au long de cette douloureuse époque) ? Parce qu’il s’exila volontairement en Floride de 1949 à sa mort en 1960 ? Quelle misère… Lui qui défendit Bartók et Kodály bec et ongles, qui enseigna si longtemps au Conservatoire de Budapest et dirigea l’Orchestre Philharmonique de Budapest, qu’a-t-il encore à prouver ? Ruralia Hungarica de 1923 emprunte au langage tzigane dans le sillage de Liszt et Brahms (plus qu’au purement populaire hongrois) ; le succès de l’œuvre fut tel que le compositeur en établit plusieurs versions différentes : pour orchestre, violon et piano, violoncelle et piano, violoncelle et harpe, violoncelle et orchestre. Quant aux Humoreskes de 1907, elles évitent toute teinte folklorique – mais qui a dit qu’un compositeur hongrois devait obligatoirement puiser dans le fonds populaire ??? – et semblent plutôt poursuivre la route tracée par un Brahms. Au piano, la jeune hungaro-néerlandaise Valentina Tóth (1994), dont le premier album, « Hungarian Horizon », avait été récompensé d’un « Diapason d’Or ». © SM/Qobuz

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Jorge Bolet, la quintessence de Franz Liszt

Sous ses doigts, la musique de Franz Liszt est apparue sous un jour nouveau, grâce à une vision à la fois poétique et lyrique, bien loin de la virtuosité gratuite et tapageuse trop souvent entendue. Avec le recul, son art élégant, noble et racé force l’admiration, car il représente le raffinement et la culture d’un monde à jamais perdu. C’est à l’automne de sa vie, au début des années 1980, qu’il enregistre pour Decca une anthologie en neuf volumes du compositeur hongrois qui fera date, à laquelle il convient d’ajouter d’autres gravures réalisées pour le label espagnol Ensayo, pour RCA dans les années 1970, pour Everest en 1960, ainsi que des enregistrements de studio et de radio dans les années 50, alors qu’il possédait encore tous ses extraordinaires moyens techniques.

Wilhelm Kempff, le plus humain des pianistes

Artiste d’un autre temps, Wilhelm Kempff (1895-1991) croyait à l’inspiration : il était entré en musique comme on entre en religion, avec une ferveur respectueuse pour les vieux maîtres qu’il servait. Avec son toucher de velours, son sens du phrasé et sa diction de conteur, l’art de Wilhelm Kempff était celui d’un rêveur éveillé, mi-poète, mi-devin, dans une époque où l’expression du sentiment primait sur tout. Il a souvent enregistré à plusieurs reprises ses compositeurs préférés, en particulier son dieu Beethoven, avec lequel on l’a si souvent identifié, laissant trois intégrales des sonates au fur et à mesure de sa propre maturation et de l’évolution des techniques d’enregistrement.

Alicia de Larrocha joue Iberia d’Albéniz

Correspondances intimes, ou l’évocation d’une relation si étroite entre une œuvre et un interprète que ce dernier l’a réenregistré plusieurs fois. Ici, la pianiste Alicia de Larrocha et Iberia d’Albéniz. Retour sur ses trois enregistrements.

Dans l'actualité...