Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Vincent Beer-Demander - Cosma : 24 Caprices pour mandoline solo

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Cosma : 24 Caprices pour mandoline solo

Vincent Beer-Demander

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

En 1819, Niccolo Paganini publiait ses 24 Caprices pour violon, conçus comme des études de travail et jonchés de difficultés techniques pour le musicien. Deux cents ans plus tard, comme un clin d’œil à son illustre aîné, Vladimir Cosma nous offre lui aussi ses 24 Caprices, mais pour mandoline. Dans le présent album, c’est le Marseillais Vincent Beer-Demander qui a la lourde tâche de les interpréter. Tel un jeu de pistes parfois retors, cet album a été pensé autour de nombreux thèmes de films et de séries mis en musique par Vladimir Cosma durant sa longue carrière : d’Alexandre le Bienheureux d’Yves Robert (1968) au Renard jaune de Jean-Pierre Mocky (2013), en passant par les adaptations de Pagnol réalisées à la fin du siècle dernier, ces caprices offrent un panorama assez complet de l’œuvre du compositeur d’origine roumaine. Ce sont souvent les thèmes les plus tendres et ensoleillés de Vladimir Cosma qui sont mis à l’honneur dans cette série de courts morceaux, qu’ils soient tirés de films de Gérard Oury (Le Grand Rabbi), d’Yves Robert (Le Grand Blond), de Francis Veber (Jeanne, Les Compères), ou bien de séries comme Michel Strogoff (Nadia). Même le slow tubesque Reality de La Boum répond présent à l’appel de ces caprices, dans une version étonnamment squelettique, puisque le mandoliniste ne doit travailler qu’autour des harmonies enchanteresses de ce thème, et non de sa mélodie (Mouvement perpétuel).

Il existe un grand écart délectable entre l’aspect radicalement épuré de ce projet et l’orchestration parfois généreuse des morceaux originaux, lesquels sont pour beaucoup des morceaux populaires. Mais au-delà de l’aspect ludique de ces 24 Caprices, et de la joie créée par ces décalages assumés et parfois à la limite du surréalisme, l’album est avant tout un hommage vibrant à un instrument et à son interprète. Lui-même instrumentiste (violoniste classique) avant de devenir un compositeur célèbre, Vladimir Cosma a souvent mis en avant les solistes dans ses musiques, qu’ils soient issus du jazz (Chet Baker, Toots Thielmans), du classique (Ivry Gitlis) ou de la musique traditionnelle (Gheorghe Zamphir, Juan Carmona).

Comment exprimer de grands sentiments avec un instrument si petit et d'apparence si frêle – et qui plus est, joué dans la nudité la plus totale ? Telle est la problématique essentielle et passionnante de cet album. L’expression « grands sentiments » est toutefois assez restreinte, dans la mesure où le spectre d’écriture et d’interprétation du duo Cosma/Beer-Demander est beaucoup plus large et complexe que cela. Il suffit d’écouter Ritmico et Berlin pour s’en convaincre. Ces deux caprices jouent respectivement sur l’aspect percussif et agressif de l’instrument d’origine italienne. Malgré l’aspect assez technique inhérent à ces morceaux en particulier, et au projet dans son ensemble, l’album parvient à marier la virtuosité avec une certaine chaleur humaine, grâce à la personnalité hors-norme et avenante des deux artistes. © Nicolas Magenham/Qobuz

Plus d'informations

Cosma : 24 Caprices pour mandoline solo

Vincent Beer-Demander

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

24 Caprices pour mandoline solo (Vladimir Cosma)

1
No. 1 in D Minor : Joyeuse gavotte (Allegretto giocoso) 00:01:19

Vincent Beer-Demander, Mandolin - Vladimir Cosma, Composer

© 2019 Larghetto Music - ℗ 2019 Larghetto Music

2
No. 2 in G Minor : Panisse (Andante) 00:01:53

Vincent Beer-Demander, Mandolin - Vladimir Cosma, Composer

© 2019 Larghetto Music - ℗ 2019 Larghetto Music

3
No. 3 in D Minor : Les compères (Allegro vivo) 00:02:03

Vincent Beer-Demander, Mandolin - Vladimir Cosma, Composer

© 2019 Larghetto Music - ℗ 2019 Larghetto Music

4
No. 4 in A Minor : Retrouvailles secrètes (Moderato espressivo) 00:02:37

Vincent Beer-Demander, Mandolin - Vladimir Cosma, Composer

© 2019 Larghetto Music - ℗ 2019 Larghetto Music

5
No. 5 in G Major : Andalousie (Cadenza rubato) 00:01:30

Vincent Beer-Demander, Mandolin - Vladimir Cosma, Composer

© 2019 Larghetto Music - ℗ 2019 Larghetto Music

6
No. 6 in D Minor : Rêveries d'Alexandre (Poetico) 00:02:36

Vincent Beer-Demander, Mandolin - Vladimir Cosma, Composer

© 2019 Larghetto Music - ℗ 2019 Larghetto Music

7
No. 7 in G Major : Ritmico (Vivo et strepitoso) 00:01:26

Vincent Beer-Demander, Mandolin - Vladimir Cosma, Composer

© 2019 Larghetto Music - ℗ 2019 Larghetto Music

8
No. 8 in G Minor : Destinée (Tempo di slow) 00:01:28

Vincent Beer-Demander, Mandolin - Vladimir Cosma, Composer

© 2019 Larghetto Music - ℗ 2019 Larghetto Music

9
No. 9 in A Minor : Les Jeunes filles (Andante sostenuto) 00:01:53

Vincent Beer-Demander, Mandolin - Vladimir Cosma, Composer

© 2019 Larghetto Music - ℗ 2019 Larghetto Music

10
No. 10 in G Minor : Furioso (Molto agitato) 00:01:28

Vincent Beer-Demander, Mandolin - Vladimir Cosma, Composer

© 2019 Larghetto Music - ℗ 2019 Larghetto Music

11
No. 11 in A Minor : Nadia (Andante cantabile) 00:02:57

Vincent Beer-Demander, Mandolin - Vladimir Cosma, Composer

© 2019 Larghetto Music - ℗ 2019 Larghetto Music

12
No. 12 in E Minor : Le grand Rabbi (Vivace giocoso) 00:01:43

Vincent Beer-Demander, Mandolin - Vladimir Cosma, Composer

© 2019 Larghetto Music - ℗ 2019 Larghetto Music

13
No. 13 in D Major : Jeanne (Andante espressivo) 00:02:28

Vincent Beer-Demander, Mandolin - Vladimir Cosma, Composer

© 2019 Larghetto Music - ℗ 2019 Larghetto Music

14
No. 14 in G Major : Mouvement perpétuel (Allegreto delicato) 00:02:31

Vincent Beer-Demander, Mandolin - Vladimir Cosma, Composer

© 2019 Larghetto Music - ℗ 2019 Larghetto Music

15
No. 15 in G Minor : Sérénade (Dolente ma espressivo) 00:01:52

Vincent Beer-Demander, Mandolin - Vladimir Cosma, Composer

© 2019 Larghetto Music - ℗ 2019 Larghetto Music

16
No. 16 in E Minor : Méditerranéo (Lentamente) 00:01:49

Vincent Beer-Demander, Mandolin - Vladimir Cosma, Composer

© 2019 Larghetto Music - ℗ 2019 Larghetto Music

17
No. 17 in A Minor : Le Jouet (Vivo) 00:02:11

Vincent Beer-Demander, Mandolin - Vladimir Cosma, Composer

© 2019 Larghetto Music - ℗ 2019 Larghetto Music

18
No. 18 in D Minor : Le renard jaune (Andante ballabile) 00:02:51

Vincent Beer-Demander, Mandolin - Vladimir Cosma, Composer

© 2019 Larghetto Music - ℗ 2019 Larghetto Music

19
No. 19 in E Minor : Boîte à musique (Commodo) 00:02:11

Vincent Beer-Demander, Mandolin - Vladimir Cosma, Composer

© 2019 Larghetto Music - ℗ 2019 Larghetto Music

20
No. 20 in A Minor : Ballade (Andantino cantabile) 00:02:26

Vincent Beer-Demander, Mandolin - Vladimir Cosma, Composer

© 2019 Larghetto Music - ℗ 2019 Larghetto Music

21
No. 21 in G Minor : La Rivale (Moderato malinconico) 00:02:12

Vincent Beer-Demander, Mandolin - Vladimir Cosma, Composer

© 2019 Larghetto Music - ℗ 2019 Larghetto Music

22
No. 22 in G Minor : Mélopée (Andante lagrimoso) 00:01:53

Vincent Beer-Demander, Mandolin - Vladimir Cosma, Composer

© 2019 Larghetto Music - ℗ 2019 Larghetto Music

23
No. 23 in A Minor : Berlin (Allegro furioso) 00:03:31

Vincent Beer-Demander, Mandolin - Vladimir Cosma, Composer

© 2019 Larghetto Music - ℗ 2019 Larghetto Music

24
No. 24 in A Minor : Le Grand blond (Allegretto) 00:05:04

Vincent Beer-Demander, Mandolin - Vladimir Cosma, Composer

© 2019 Larghetto Music - ℗ 2019 Larghetto Music

Descriptif de l'album

En 1819, Niccolo Paganini publiait ses 24 Caprices pour violon, conçus comme des études de travail et jonchés de difficultés techniques pour le musicien. Deux cents ans plus tard, comme un clin d’œil à son illustre aîné, Vladimir Cosma nous offre lui aussi ses 24 Caprices, mais pour mandoline. Dans le présent album, c’est le Marseillais Vincent Beer-Demander qui a la lourde tâche de les interpréter. Tel un jeu de pistes parfois retors, cet album a été pensé autour de nombreux thèmes de films et de séries mis en musique par Vladimir Cosma durant sa longue carrière : d’Alexandre le Bienheureux d’Yves Robert (1968) au Renard jaune de Jean-Pierre Mocky (2013), en passant par les adaptations de Pagnol réalisées à la fin du siècle dernier, ces caprices offrent un panorama assez complet de l’œuvre du compositeur d’origine roumaine. Ce sont souvent les thèmes les plus tendres et ensoleillés de Vladimir Cosma qui sont mis à l’honneur dans cette série de courts morceaux, qu’ils soient tirés de films de Gérard Oury (Le Grand Rabbi), d’Yves Robert (Le Grand Blond), de Francis Veber (Jeanne, Les Compères), ou bien de séries comme Michel Strogoff (Nadia). Même le slow tubesque Reality de La Boum répond présent à l’appel de ces caprices, dans une version étonnamment squelettique, puisque le mandoliniste ne doit travailler qu’autour des harmonies enchanteresses de ce thème, et non de sa mélodie (Mouvement perpétuel).

Il existe un grand écart délectable entre l’aspect radicalement épuré de ce projet et l’orchestration parfois généreuse des morceaux originaux, lesquels sont pour beaucoup des morceaux populaires. Mais au-delà de l’aspect ludique de ces 24 Caprices, et de la joie créée par ces décalages assumés et parfois à la limite du surréalisme, l’album est avant tout un hommage vibrant à un instrument et à son interprète. Lui-même instrumentiste (violoniste classique) avant de devenir un compositeur célèbre, Vladimir Cosma a souvent mis en avant les solistes dans ses musiques, qu’ils soient issus du jazz (Chet Baker, Toots Thielmans), du classique (Ivry Gitlis) ou de la musique traditionnelle (Gheorghe Zamphir, Juan Carmona).

Comment exprimer de grands sentiments avec un instrument si petit et d'apparence si frêle – et qui plus est, joué dans la nudité la plus totale ? Telle est la problématique essentielle et passionnante de cet album. L’expression « grands sentiments » est toutefois assez restreinte, dans la mesure où le spectre d’écriture et d’interprétation du duo Cosma/Beer-Demander est beaucoup plus large et complexe que cela. Il suffit d’écouter Ritmico et Berlin pour s’en convaincre. Ces deux caprices jouent respectivement sur l’aspect percussif et agressif de l’instrument d’origine italienne. Malgré l’aspect assez technique inhérent à ces morceaux en particulier, et au projet dans son ensemble, l’album parvient à marier la virtuosité avec une certaine chaleur humaine, grâce à la personnalité hors-norme et avenante des deux artistes. © Nicolas Magenham/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
Munich 2016 Keith Jarrett
Playing the Room Avishai Cohen (tp)
À découvrir également
Par Vincent Beer-Demander
Mandolinomania Vincent Beer-Demander
Il mandolino del padre Vivaldi Vincent Beer-Demander
So French Vincent Beer-Demander
Trio per mandolino, violino e Basso Vincent Beer-Demander
Allant... vers Vincent Beer-Demander
Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Les atypiques symphonies électroniques de Mason Bates

Comment ça, vous ne connaissez pas (encore) Mason Bates ? C’est pourtant l’un des noms les plus présents sur la scène nord-américaine. Né en 1977, Bates est à la fois compositeur, surtout symphoniste et lyrique, et DJ de musique électronique (sous l'alias DJ Masonic) – deux pôles apparemment opposés mais qu’il se fait un malin plaisir à mêler. Ainsi, environ la moitié de son œuvre symphonique et lyrique comporte, d’une manière ou d’une autre, des sonorités électroniques, pour la plupart des sons « de tous les jours », préenregistrés et restitués en temps réel à mesure de la partition. A l’occasion de la sortie de son génial opéra The (R)evolution of Steve Jobs, Qobuz s’est entretenu avec ce personnage hors-norme.

Le violon en 10 interprètes, épisode 2

Si le timbre et l’ambitus du violoncelle le rapprochent de la voix humaine, les aigus stratosphériques du violon flirtent avec les dieux. L’instrument a inspiré des œuvres nombreuses à la discographie pléthorique : des trésors qui sont autant de versions de référence. Voici la seconde partie de cette sélection subjective de 10 violonistes qui met en lumière deux générations éloignées : la première est née pendant le premier tiers du XXe siècle ; la seconde pendant le dernier tiers.

Le violon en 10 interprètes, épisode 1

Si le timbre et l’ambitus du violoncelle le rapprochent de la voix humaine, les aigus stratosphériques du violon flirtent avec les dieux. L’instrument a inspiré des œuvres nombreuses à la discographie pléthorique : des trésors qui sont autant de versions de référence. Cette sélection subjective de 10 violonistes choisit de mettre en lumière deux générations éloignées : la première est née pendant le premier tiers du XXe siècle ; la seconde pendant le dernier tiers, à retrouver jeudi.

Dans l'actualité...