Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Jay Gottlieb - Cage Meets Satie

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Cage Meets Satie

Jay Gottlieb and Anne de Fornel

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 88.2 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Cage Meets Satie
S’il est un compositeur que John Cage n’a cessé d’admirer tout au long de sa carrière, c'est bien Erik Satie. Il a grandement contribué à faire connaître sa musique aux États‐Unis. La première manifestation qu'il organise se déroule au Black Mountain College (Caroline du Nord) en 1948 : vingt‐cinq concerts sont dédiés à la musique du compositeur français. Les lieux varient : Cage joue parfois sur le piano à queue de la salle à manger et à d’autres occasions sur le piano droit de son bungalow, dont les fenêtres ouvertes permettent au public, assis sur l’herbe, d’écouter le concert. Le clou de ce festival est la représentation le 14 août 1948 de la comédie lyrique Le Piège de Méduse (1913). Souvent, le compositeur fait précéder les concerts d’une courte conférence. L’une des plus marquantes s’intitule « Defense of Satie ».
Lors de son séjour à Paris en 1949, Cage poursuit ses recherches sur la musique de Satie en étudiant ses manuscrits, dont une partie avait été déposée par Darius Milhaud au Conservatoire de Paris en 1939. Il se réjouit d’assister avec Suzanne Tézenas à un concert privé durant lequel le ténor suisse Hugues Cuénod chante Socrate. Il est aussi heureux de rencontrer Jean Mollet qui a connu le compositeur français, et de rendre visite en juin 1949 à Henri Sauguet qui lui offre deux musiques d’ameublement pour petit ensemble ; c’est dans ce cadre qu’il découvre le manuscrit des Vexations, pour piano solo (1892‐1893). À son grand regret, Sauguet, qui l’a promis au critique Claude Rostand, ne peut le lui donner. Il lui permet néanmoins de photographier le manuscrit et de publier la photo dans la revue Contrepoints n° 6 en 1949.
Cage s’emploiera à faire découvrir au public américain Vexations. En septembre 1963, il organise ainsi au Pocket Theatre de New York la première audition de cette pièce durant laquelle dix pianistes (dont le compositeur) se relaient sans interruption toutes les vingt minutes, pendant dix‐huit heures et quarante minutes. Tout au long de sa vie, Cage restera fidèle à Satie. Il a caractérisé son attachement en ces termes : « Peut‐être que je peux être blâmé pour mon dévouement à Satie. Mais je ne pourrai jamais y renoncer… Si mes idées sombrent dans la confusion, je dois cette confusion à l’amour ». © Paraty

Plus d'informations

Cage Meets Satie

Jay Gottlieb

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Three Dances pour deux pianos préparés: Dance 1
00:06:16

Erik Satie, Composer - Copyright Control, MusicPublisher - John Cage, Composer - Jay Gottlieb, MainArtist, AssociatedPerformer - Anne de Fornel, MainArtist, AssociatedPerformer

2019 Paraty 2019 Paraty

2
Three Dances pour deux pianos préparés: Dance 2
00:06:42

Erik Satie, Composer - Copyright Control, MusicPublisher - John Cage, Composer - Jay Gottlieb, MainArtist, AssociatedPerformer - Anne de Fornel, MainArtist, AssociatedPerformer

2019 Paraty 2019 Paraty

3
Three Dances pour deux pianos préparés: Dance 3
00:09:29

Erik Satie, Composer - Copyright Control, MusicPublisher - John Cage, Composer - Jay Gottlieb, MainArtist, AssociatedPerformer - Anne de Fornel, MainArtist, AssociatedPerformer

2019 Paraty 2019 Paraty

4
Experiences No. 1 pour deux pianos
00:03:37

Erik Satie, Composer - Copyright Control, MusicPublisher - John Cage, Composer - Jay Gottlieb, MainArtist, AssociatedPerformer - Anne de Fornel, MainArtist, AssociatedPerformer

2019 Paraty 2019 Paraty

5
Socrate pour deux pianos, drame symphonique en trois parties, Part I: Portrait de Socrates (Le Banquet)
00:06:06

Erik Satie, Composer - Copyright Control, MusicPublisher - John Cage, Composer - Jay Gottlieb, MainArtist, AssociatedPerformer - Anne de Fornel, MainArtist, AssociatedPerformer

2019 Paraty 2019 Paraty

6
Socrate pour deux pianos, drame symphonique en trois parties, Part II: Bords de I'llissus (Phèdre)
00:06:36

Erik Satie, Composer - Copyright Control, MusicPublisher - John Cage, Composer - Jay Gottlieb, MainArtist, AssociatedPerformer - Anne de Fornel, MainArtist, AssociatedPerformer

2019 Paraty 2019 Paraty

7
Socrate pour deux pianos, drame symphonique en trois parties, Part III: Mort de Socrates (Phédon)
00:17:07

Erik Satie, Composer - Copyright Control, MusicPublisher - John Cage, Composer - Jay Gottlieb, MainArtist, AssociatedPerformer - Anne de Fornel, MainArtist, AssociatedPerformer

2019 Paraty 2019 Paraty

Descriptif de l'album

Cage Meets Satie
S’il est un compositeur que John Cage n’a cessé d’admirer tout au long de sa carrière, c'est bien Erik Satie. Il a grandement contribué à faire connaître sa musique aux États‐Unis. La première manifestation qu'il organise se déroule au Black Mountain College (Caroline du Nord) en 1948 : vingt‐cinq concerts sont dédiés à la musique du compositeur français. Les lieux varient : Cage joue parfois sur le piano à queue de la salle à manger et à d’autres occasions sur le piano droit de son bungalow, dont les fenêtres ouvertes permettent au public, assis sur l’herbe, d’écouter le concert. Le clou de ce festival est la représentation le 14 août 1948 de la comédie lyrique Le Piège de Méduse (1913). Souvent, le compositeur fait précéder les concerts d’une courte conférence. L’une des plus marquantes s’intitule « Defense of Satie ».
Lors de son séjour à Paris en 1949, Cage poursuit ses recherches sur la musique de Satie en étudiant ses manuscrits, dont une partie avait été déposée par Darius Milhaud au Conservatoire de Paris en 1939. Il se réjouit d’assister avec Suzanne Tézenas à un concert privé durant lequel le ténor suisse Hugues Cuénod chante Socrate. Il est aussi heureux de rencontrer Jean Mollet qui a connu le compositeur français, et de rendre visite en juin 1949 à Henri Sauguet qui lui offre deux musiques d’ameublement pour petit ensemble ; c’est dans ce cadre qu’il découvre le manuscrit des Vexations, pour piano solo (1892‐1893). À son grand regret, Sauguet, qui l’a promis au critique Claude Rostand, ne peut le lui donner. Il lui permet néanmoins de photographier le manuscrit et de publier la photo dans la revue Contrepoints n° 6 en 1949.
Cage s’emploiera à faire découvrir au public américain Vexations. En septembre 1963, il organise ainsi au Pocket Theatre de New York la première audition de cette pièce durant laquelle dix pianistes (dont le compositeur) se relaient sans interruption toutes les vingt minutes, pendant dix‐huit heures et quarante minutes. Tout au long de sa vie, Cage restera fidèle à Satie. Il a caractérisé son attachement en ces termes : « Peut‐être que je peux être blâmé pour mon dévouement à Satie. Mais je ne pourrai jamais y renoncer… Si mes idées sombrent dans la confusion, je dois cette confusion à l’amour ». © Paraty

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Jay Gottlieb

Playlists

Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Compositrices, ces méconnues

De Sappho de Mytilène à Kaija Saariaho en passant par Clara Schumann, plusieurs femmes ont su déjouer les codes machistes du milieu pour passer à la composition. Si le paysage de la musique classique a largement été dominé par les hommes ces derniers siècles, les œuvres de leurs consœurs, pionnières ou contemporaines, sont tout aussi passionnantes. Défense et illustration de la composition au féminin en onze portraits musicaux.

Martha Argerich, l'indomptable pianiste

Voilà plus de soixante ans que la pianiste argentine (naturalisée suisse) Martha Argerich enchante le public par son jeu sauvage et impulsif et par une prise de risques de chaque instant. Défiant les difficultés techniques, cet artiste flamboyante a fait de chacune de ses interprétations une aventure dont nous sommes les témoins admiratifs.

Bruno Walter, souvenirs d’un esprit disparu

Écouter les enregistrements de Bruno Walter à la lumière des splendides remastérisations publiées par Sony Classical, c’est s’abreuver à une culture humaniste. Immense chef d’orchestre, la musique est pour lui un sacerdoce, un art de vivre et un art de penser. Ses enregistrements ont conservé son art du chant, intense mais jamais sentimental, grâce à une ligne claire animée d’un rythme souple, assurant clarté, cohérence et vitalité.

Dans l'actualité...