Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Manfred Honeck - Bruckner: Symphony No. 9 in D Minor, WAB 109 (Ed. L. Nowak)

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Bruckner: Symphony No. 9 in D Minor, WAB 109 (Ed. L. Nowak)

Pittsburgh Symphony Orchestra, Manfred Honeck

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 192.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

À la tête de son Orchestre symphonique de Pittsburgh, Manfred Honeck (né à Nenzing en Autriche, personnalité à un moment sur les rangs pour devenir le prochain directeur musical des Berliner Philharmoniker) a bâti un legs discographique d'une qualité inestimable (les suites d'Elektra et du Rosenkavalier de Strauss, l'Eroica de Beethoven, et quelques autres réussites encore). Reference Recordings avait déjà publié la Quatrième au rayon des symphonies de Bruckner. Dans cette Neuvième titanesque, aux élans furibonds au cours desquels des cuivres « survitaminés » explosent littéralement au risque de faire craquer le sol – le premier apogée du Feierlich initial fait peur, sans parler de la coda où le chef se plaît à rendre très longues les sublimes tenues harmoniques imaginées par le compositeur –, Manfred Honeck organise un discours de ton plutôt rugueux ; le Pittsburgh Symphony Orchestra déploie tout son panel de couleurs sombres. Pour autant, les tempos demeurent plutôt modérés, et l’allure générale relativement tranquille mais quand même assez inquiète, et l’esprit totalement décentré de son imaginaire mystique ou spirituel. Une grande part du présent Bruckner se joue avant tout dans le timbre, dans les contrastes dynamiques puissants, et dans les brutes oppositions de blocs et de textures, anticipant ainsi sur toute une partie de la création symphonique ultérieure. Passionnante proposition. © Pierre-Yves Lascar/Qobuz

Plus d'info

Bruckner: Symphony No. 9 in D Minor, WAB 109 (Ed. L. Nowak)

Manfred Honeck

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Symphony No. 9 in D minor, (1896; unfinished) ed. Nowak (Anton Bruckner)

1
Symphony No. 9 in D Minor, WAB 109 (Ed. L. Nowak): I. Feierlich, misterioso 00:25:04

Anton BRUCKNER, Composer - Pittsburgh Symphony Orchestra, Orchestra, MainArtist - Manfred Honeck, Conductor

(C) 2019 Reference Recordings (P) 2019 Reference Recordings

2
Symphony No. 9 in D Minor, WAB 109 (Ed. L. Nowak): II. Scherzo. Bewegt, lebhaft 00:10:20

Anton BRUCKNER, Composer - Pittsburgh Symphony Orchestra, Orchestra, MainArtist - Manfred Honeck, Conductor

(C) 2019 Reference Recordings (P) 2019 Reference Recordings

3
Symphony No. 9 in D Minor, WAB 109 (Ed. L. Nowak): III. Adagio. Langsam, feierlich 00:27:46

Anton BRUCKNER, Composer - Pittsburgh Symphony Orchestra, Orchestra, MainArtist - Manfred Honeck, Conductor

(C) 2019 Reference Recordings (P) 2019 Reference Recordings

Descriptif de l'album

À la tête de son Orchestre symphonique de Pittsburgh, Manfred Honeck (né à Nenzing en Autriche, personnalité à un moment sur les rangs pour devenir le prochain directeur musical des Berliner Philharmoniker) a bâti un legs discographique d'une qualité inestimable (les suites d'Elektra et du Rosenkavalier de Strauss, l'Eroica de Beethoven, et quelques autres réussites encore). Reference Recordings avait déjà publié la Quatrième au rayon des symphonies de Bruckner. Dans cette Neuvième titanesque, aux élans furibonds au cours desquels des cuivres « survitaminés » explosent littéralement au risque de faire craquer le sol – le premier apogée du Feierlich initial fait peur, sans parler de la coda où le chef se plaît à rendre très longues les sublimes tenues harmoniques imaginées par le compositeur –, Manfred Honeck organise un discours de ton plutôt rugueux ; le Pittsburgh Symphony Orchestra déploie tout son panel de couleurs sombres. Pour autant, les tempos demeurent plutôt modérés, et l’allure générale relativement tranquille mais quand même assez inquiète, et l’esprit totalement décentré de son imaginaire mystique ou spirituel. Une grande part du présent Bruckner se joue avant tout dans le timbre, dans les contrastes dynamiques puissants, et dans les brutes oppositions de blocs et de textures, anticipant ainsi sur toute une partie de la création symphonique ultérieure. Passionnante proposition. © Pierre-Yves Lascar/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Manfred Honeck

Playlists

Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Orfeo Orchestra, le chaînon manquant du XVIIIe siècle français

Très actif dans la musique baroque française depuis ses premières parutions au début des années 90, l'Orfeo Orchestra, dirigé par György Vashegyi, a été, ces dernières années, distingué par le Palazzetto Bru Zane et surtout le Centre de musique baroque de Versailles pour sa série d'explorations discographiques ambitieuses du répertoire lyrique français – baroque et classique.

Berlioz, la Fantastique en 10 versions

Véritable manifeste de l’émergence du romantisme français, la Symphonie fantastique de Berlioz aura marqué le XIXe siècle comme le Sacre du printemps de Stravinsky marquera le suivant. Créés à Paris, autrefois creuset mondial de l’effervescence artistique, ces deux chefs-d’œuvre ont fait basculer durablement le langage musical dans une autre dimension. Le 5 décembre 1830, l’œuvre révolutionnaire d’un Hector Berlioz de 27 ans émeut les musiciens présents dans la petite salle de l’ancien conservatoire, parmi lesquels Meyerbeer et Liszt, vivement impressionnés pas l’extraordinaire audace de cet ouvrage présenté trois ans seulement après la mort de Beethoven.

Herrmann & Hitchcock : le duo était presque parfait

De 1955 à 1966, le cinéaste Alfred Hitchcock et le compositeur Bernard Herrmann ont travaillé ensemble sur une poignée de chefs-d’œuvre comme Psychose ou La Mort aux trousses. Une collaboration aussi exceptionnelle que houleuse…

Dans l'actualité...