Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Paul Lewis - Brahms : Piano Concerto No.1

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Brahms : Piano Concerto No.1

Paul Lewis - Daniel Harding

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 48.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Une interprétation trop parfaite ?... À vous d'en juger ! Pour Diapason « D’où vient qu’après plusieurs écoutes, on ne soit pas transporté par cette interprétation du Concerto no 1, alors qu’au fil même de l’audition on est en admiration devant la direction de Daniel Harding et le jeu de Paul Lewis ? [...] La quête du beau son, sans climax paroxystique, sans attaque orchestrale violente, unifie le dialogue superbe de Lewis et Harding. On observe ces beautés sans entrer dans le paysage. Et le jeu du soliste suit la même esthétique : d’une maîtrise d’articulation, de sonorité, d’écoute de l’orchestre idéale. Cette lecture chambriste, sereine plus que douloureuse, culmine dans le deuxième mouvement. Il aurait fallu enregistrer en public : ce qui se produit enfin dans les dernières mesures du finale aurait alors peut-être animé ce qui se passe avant…» (Diapason, mai 2016 / Alain Lompech)


 


 

Plus d'informations

Brahms : Piano Concerto No.1

Paul Lewis

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 60 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 60 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Piano Concerto No. 1 in D minor, Op. 15 (Johannes Brahms)

1
I. Maestoso-Poco piu moderato
00:23:22

Paul Lewis, Performer, Primary - Swedish Radio Symphony Orchestra, Primary - Daniel Harding, Conductor, Primary - Johannes Brahms, Composer

2016 harmonia mundi harmonia mundi 2016

2
II. Adagio
00:13:25

Paul Lewis, Performer, Primary - Swedish Radio Symphony Orchestra, Primary - Daniel Harding, Conductor, Primary - Johannes Brahms, Composer

2016 harmonia mundi harmonia mundi 2016

3
III. Rondo. Allegro ma non troppo
00:12:40

Paul Lewis, Performer, Primary - Swedish Radio Symphony Orchestra, Primary - Daniel Harding, Conductor, Primary - Johannes Brahms, Composer

2016 harmonia mundi harmonia mundi 2016

4 Ballads, Op. 10 (Johannes Brahms)

4
1. Andante (D Minor)
00:04:21

Paul Lewis, Performer, Primary - Johannes Brahms, Composer

2016 harmonia mundi harmonia mundi 2016

5
2. Andante (D Major)
00:06:10

Paul Lewis, Performer, Primary - Johannes Brahms, Composer

2016 harmonia mundi harmonia mundi 2016

6
3. Intermezzo- Allegro (B Minor)
00:04:00

Paul Lewis, Performer, Primary - Johannes Brahms, Composer

2016 harmonia mundi harmonia mundi 2016

7
4. Andante con moto (B Major)
00:08:09

Paul Lewis, Performer, Primary - Johannes Brahms, Composer

2016 harmonia mundi harmonia mundi 2016

Descriptif de l'album

Une interprétation trop parfaite ?... À vous d'en juger ! Pour Diapason « D’où vient qu’après plusieurs écoutes, on ne soit pas transporté par cette interprétation du Concerto no 1, alors qu’au fil même de l’audition on est en admiration devant la direction de Daniel Harding et le jeu de Paul Lewis ? [...] La quête du beau son, sans climax paroxystique, sans attaque orchestrale violente, unifie le dialogue superbe de Lewis et Harding. On observe ces beautés sans entrer dans le paysage. Et le jeu du soliste suit la même esthétique : d’une maîtrise d’articulation, de sonorité, d’écoute de l’orchestre idéale. Cette lecture chambriste, sereine plus que douloureuse, culmine dans le deuxième mouvement. Il aurait fallu enregistrer en public : ce qui se produit enfin dans les dernières mesures du finale aurait alors peut-être animé ce qui se passe avant…» (Diapason, mai 2016 / Alain Lompech)


 


 

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Paul Lewis
Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Hélène Grimaud, Élue farouche

Petit tour d’horizon de la discographie d’Hélène Grimaud, à l’occasion de son cinquantième anniversaire et de ses trente ans d’activité discographique. De Denon à Deutsche Grammophon, en passant par Erato puis Teldec, retour sur un parcours incontestablement personnel, sincère et glorieux.

Julius Katchen, 50 nuances de Brahms

Si les pianistes de notre époque, toutes générations confondues, enregistrent la musique pour piano de Brahms à tour de doigts – surtout les derniers opus, 116 à 119, qui ont la cote –, il n’en a pas toujours été ainsi. Lorsque le pianiste américain Julius Katchen commence ses enregistrements brahmsiens en 1962, il signe pour Decca la toute première intégrale des œuvres pour clavier du compositeur allemand. Il sera suivi une dizaine d’années plus tard par celle de l’Allemand Peter Rösel, et, plus récemment, d’une douzaine de pianistes.

Dans l'actualité...