Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Symphonieorchester Des Bayerischen Rundfunks - Brahms - Haydn 
Otto Klemperer

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Brahms - Haydn Otto Klemperer

Otto Klemperer, Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Voilà des enregistrements de concert qui offrent un démenti cinglant à la réputation de lenteur du grand Otto Klemperer. L’image du vieil homme hémiplégique dirigeant les symphonies de Beethoven avec une lenteur sépulcrale est balayée ici par ces deux versions de concert de la Symphonie n° 101 dite « L’Horloge » de Haydn et de la Symphonie n° 4 de Brahms enregistrées en concert à Munich en 1956 et 1957, à la tête de l’excellent Orchestre Symphonique de la Radio bavaroise, un des meilleurs d’Allemagne.
Ce Haydn-là est mordant et joyeux à souhait. Le Presto initial s’élance avec une alacrité pétillante qui donne le ton à tout l’album. Ce qui nous rappelle combien Otto Klemperer était, dans sa jeunesse, un chef toujours sur les barricades pour défendre la musique contemporaine et les grands œuvres du répertoire avec un sens du style où la grandeur le disputait à la vivacité.
Sa conception de la Quatrième Symphonie de Brahms alterne une certaine massivité (Allegro giocoso) à une versatilité des tempos que n’osent plus les chefs d’aujourd’hui. Le Finale, par lui savamment construit, souligne la filiation entre Brahms et les grands contrapuntistes de l’histoire de la musique, le couronnement de cette écriture étant la citation d’une cantate de Bach et l’utilisation d’une passacaille sur laquelle s’échafaude tout ce magistral morceau. Pris dans un tempo relativement modéré en son début, le mouvement s’achève, comme Brahms l’indique sur sa partition (Più Allegro), dans un tourbillon fatal et libérateur. © François Hudry/Qobuz

Plus d'info

Brahms - Haydn Otto Klemperer

Symphonieorchester Des Bayerischen Rundfunks

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Symphony No. 101 in D Major “The Clock” Hob. I:101 (Joseph Haydn)

1
Symphony No. 101 in D Major “the Clock” Hob. I:101: Adagio – Presto 00:08:18

Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks, Artist, MainArtist - Joseph Haydn, Composer - Otto Klemperer, Conductor

(C) 2019 BR-Klassik (P) 2019 BR-Klassik

2
Symphony No. 101 in D Major “the Clock” Hob. I:101: Andante 00:08:52

Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks, Artist, MainArtist - Joseph Haydn, Composer - Otto Klemperer, Conductor

(C) 2019 BR-Klassik (P) 2019 BR-Klassik

3
Symphony No. 101 in D Major “the Clock” Hob. I:101: Menuetto. Allegretto 00:07:24

Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks, Artist, MainArtist - Joseph Haydn, Composer - Otto Klemperer, Conductor

(C) 2019 BR-Klassik (P) 2019 BR-Klassik

4
Symphony No. 101 in D Major “the Clock” Hob. I:101: Finale. Vivace 00:04:22

Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks, Artist, MainArtist - Joseph Haydn, Composer - Otto Klemperer, Conductor

(C) 2019 BR-Klassik (P) 2019 BR-Klassik

Symphony No. 4 in E Minor Op. 98 (Johannes Brahms)

5
Symphony No. 4 in E Minor op. 98: Allegro non troppo 00:12:50

Johannes Brahms, Composer - Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks, Artist, MainArtist - Otto Klemperer, Conductor

(C) 2019 BR-Klassik (P) 2019 BR-Klassik

6
Symphony No. 4 in E Minor op. 98: Andante moderato 00:11:03

Johannes Brahms, Composer - Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks, Artist, MainArtist - Otto Klemperer, Conductor

(C) 2019 BR-Klassik (P) 2019 BR-Klassik

7
Symphony No. 4 in E Minor op. 98: Allegro giocoso – Poco meno presto – Tempo I 00:06:51

Johannes Brahms, Composer - Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks, Artist, MainArtist - Otto Klemperer, Conductor

(C) 2019 BR-Klassik (P) 2019 BR-Klassik

8
Symphony No. 4 in E Minor op. 98: Allegro energico e passionato – Piú Allegro 00:10:24

Johannes Brahms, Composer - Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks, Artist, MainArtist - Otto Klemperer, Conductor

(C) 2019 BR-Klassik (P) 2019 BR-Klassik

Descriptif de l'album

Voilà des enregistrements de concert qui offrent un démenti cinglant à la réputation de lenteur du grand Otto Klemperer. L’image du vieil homme hémiplégique dirigeant les symphonies de Beethoven avec une lenteur sépulcrale est balayée ici par ces deux versions de concert de la Symphonie n° 101 dite « L’Horloge » de Haydn et de la Symphonie n° 4 de Brahms enregistrées en concert à Munich en 1956 et 1957, à la tête de l’excellent Orchestre Symphonique de la Radio bavaroise, un des meilleurs d’Allemagne.
Ce Haydn-là est mordant et joyeux à souhait. Le Presto initial s’élance avec une alacrité pétillante qui donne le ton à tout l’album. Ce qui nous rappelle combien Otto Klemperer était, dans sa jeunesse, un chef toujours sur les barricades pour défendre la musique contemporaine et les grands œuvres du répertoire avec un sens du style où la grandeur le disputait à la vivacité.
Sa conception de la Quatrième Symphonie de Brahms alterne une certaine massivité (Allegro giocoso) à une versatilité des tempos que n’osent plus les chefs d’aujourd’hui. Le Finale, par lui savamment construit, souligne la filiation entre Brahms et les grands contrapuntistes de l’histoire de la musique, le couronnement de cette écriture étant la citation d’une cantate de Bach et l’utilisation d’une passacaille sur laquelle s’échafaude tout ce magistral morceau. Pris dans un tempo relativement modéré en son début, le mouvement s’achève, comme Brahms l’indique sur sa partition (Più Allegro), dans un tourbillon fatal et libérateur. © François Hudry/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Symphonieorchester Des Bayerischen Rundfunks

Playlists

Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Herbert von Karajan et les grands maîtres du classique

Trente ans après sa mort, l’Autrichien Herbert von Karajan (Salzbourg 1908 - Anif 1989) incarne toujours la figure du chef d’orchestre. À la tête de l’orchestre philharmonique de Berlin, qu’il a élevé au rang de marque mondiale pendant presque trente-cinq ans (1955-1989), il a méthodiquement réenregistré le cœur de son répertoire : Beethoven, Brahms, Bruckner, Verdi, Wagner, Strauss…

Jonas Kaufmann en 10 disques essentiels

Avec son physique avantageux de jeune premier romantique, l’Allemand Jonas Kaufmann a modernisé l’image du ténor d’opéra, souvent considéré comme un bateleur impénitent. Outre sa voix puissante et variée, Jonas Kaufmann possède un répertoire immense, en plusieurs langues, à l’aise à l’opéra dans Wagner comme dans Verdi ou Puccini, chantant le lied ou l’opéra français à merveille. Grand admirateur de Fritz Wunderlich, il a commencé sa carrière “à l’ancienne”, en troupe dans de petits théâtres allemands avant de voler de ses propres ailes vers une carrière phénoménale. Après une année 2017 chaotique due à un hématome sur les cordes vocales, Jonas Kaufmann semble parfaitement rétabli et travaille sur de très nombreux projets. En 10 disques, Qobuz tente de couvrir toutes les facettes de son immense talent.

Berlioz, la Fantastique en 10 versions

Véritable manifeste de l’émergence du romantisme français, la Symphonie fantastique de Berlioz aura marqué le XIXe siècle comme le Sacre du printemps de Stravinsky marquera le suivant. Créés à Paris, autrefois creuset mondial de l’effervescence artistique, ces deux chefs-d’œuvre ont fait basculer durablement le langage musical dans une autre dimension. Le 5 décembre 1830, l’œuvre révolutionnaire d’un Hector Berlioz de 27 ans émeut les musiciens présents dans la petite salle de l’ancien conservatoire, parmi lesquels Meyerbeer et Liszt, vivement impressionnés pas l’extraordinaire audace de cet ouvrage présenté trois ans seulement après la mort de Beethoven.

Dans l'actualité...