Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Swedish Radio Symphony Orchestra - Brahms: Ein deutsches Requiem

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Brahms: Ein deutsches Requiem

Swedish Radio Symphony Orchestra, Daniel Harding, Christiane Karg, Matthias Goerne and Swedish Radio Choir

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 48.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Achevé en 1868, ce Requiem de Brahms se nourrit de l’héritage des anciens, Heinrich Schütz et Jean-Sébastien Bach. Composé sur des extraits de la Bible en allemand, il s’éloigne délibérément des modèles de la liturgie catholique et impose une douloureuse et consolante méditation sur les fins dernières, à la manière d’une poignante et grandiose berceuse funèbre. © harmonia mundi

Plus d'info

Brahms: Ein deutsches Requiem

Swedish Radio Symphony Orchestra

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Ein deutsches Requiem, Op. 45: I. Selig sind, die da Leid tragen (Choir) 00:11:24

Johannes Brahms, Composer - Swedish Radio Choir, Choir, MainArtist - Copyright Control, MusicPublisher - Daniel Harding, Conductor, MainArtist - Swedish Radio Symphony Orchestra, Orchestra, MainArtist

2019 harmonia mundi 2019 harmonia mundi

2
Ein deutsches Requiem, Op. 45: II. Denn alles Fleisch, es ist wie Gras (Choir) 00:14:40

Johannes Brahms, Composer - Swedish Radio Choir, Choir, MainArtist - Copyright Control, MusicPublisher - Daniel Harding, Conductor, MainArtist - Swedish Radio Symphony Orchestra, Orchestra, MainArtist

2019 harmonia mundi 2019 harmonia mundi

3
Ein deutsches Requiem, Op. 45: III. Herr, lehre doch mich, daß ein Ende mit mir haben muß (Baritone and Choir) 00:09:46

Johannes Brahms, Composer - Swedish Radio Choir, Choir, MainArtist - Copyright Control, MusicPublisher - Daniel Harding, Conductor, MainArtist - Swedish Radio Symphony Orchestra, Orchestra, MainArtist - Matthias Goerne, Soloist, MainArtist

2019 harmonia mundi 2019 harmonia mundi

4
Ein deutsches Requiem, Op. 45: IV. Wie lieblich sind deine Wohnungen, Herr Zebaoth (Choir) 00:05:29

Johannes Brahms, Composer - Swedish Radio Choir, Choir, MainArtist - Copyright Control, MusicPublisher - Daniel Harding, Conductor, MainArtist - Swedish Radio Symphony Orchestra, Orchestra, MainArtist

2019 harmonia mundi 2019 harmonia mundi

5
Ein deutsches Requiem, Op. 45: V. Ihr habt nur Traurigkeit (Soprano and Choir) 00:06:33

Johannes Brahms, Composer - Swedish Radio Choir, Choir, MainArtist - Copyright Control, MusicPublisher - Daniel Harding, Conductor, MainArtist - Swedish Radio Symphony Orchestra, Orchestra, MainArtist - Christiane Karg, Soloist, MainArtist

2019 harmonia mundi 2019 harmonia mundi

6
Ein deutsches Requiem, Op. 45: VI. Denn wir haben hie keine bleibende Statt (Baritone and Choir) 00:11:23

Johannes Brahms, Composer - Swedish Radio Choir, Choir, MainArtist - Copyright Control, MusicPublisher - Daniel Harding, Conductor, MainArtist - Swedish Radio Symphony Orchestra, Orchestra, MainArtist - Matthias Goerne, Soloist, MainArtist

2019 harmonia mundi 2019 harmonia mundi

7
Ein deutsches Requiem, Op. 45: VII. Selig sind die Toten, die in dem Herren sterben (Choir) 00:11:13

Johannes Brahms, Composer - Swedish Radio Choir, Choir, MainArtist - Copyright Control, MusicPublisher - Daniel Harding, Conductor, MainArtist - Swedish Radio Symphony Orchestra, Orchestra, MainArtist

2019 harmonia mundi 2019 harmonia mundi

Descriptif de l'album

Achevé en 1868, ce Requiem de Brahms se nourrit de l’héritage des anciens, Heinrich Schütz et Jean-Sébastien Bach. Composé sur des extraits de la Bible en allemand, il s’éloigne délibérément des modèles de la liturgie catholique et impose une douloureuse et consolante méditation sur les fins dernières, à la manière d’une poignante et grandiose berceuse funèbre. © harmonia mundi

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Swedish Radio Symphony Orchestra

Playlists

Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
British blues boom, chronique d’une révolution

Si Joe Bonamassa revient avec “British Blues Explosion”, un an après le “Blue & Lonesome” des Rolling Stones, c’est que le « British blues boom » a été plus qu’un simple courant. L’intérêt des Anglais pour les icônes américaines du genre a engendré une véritable révolution, avec en tête la sainte Trinité de la guitare, formée par Eric Clapton, Jeff Beck et Jimmy Page. À l’aube des années 1960, une fabuleuse déferlante atteint les côtes de la Grande-Bretagne. Et ouvre la voie à de nouvelles dimensions musicales.

Wilhelm Kempff, le plus humain des pianistes

Artiste d’un autre temps, Wilhelm Kempff (1895-1991) croyait à l’inspiration : il était entré en musique comme on entre en religion, avec une ferveur respectueuse pour les vieux maîtres qu’il servait. Avec son toucher de velours, son sens du phrasé et sa diction de conteur, l’art de Wilhelm Kempff était celui d’un rêveur éveillé, mi-poète, mi-devin, dans une époque où l’expression du sentiment primait sur tout. Il a souvent enregistré à plusieurs reprises ses compositeurs préférés, en particulier son dieu Beethoven, avec lequel on l’a si souvent identifié, laissant trois intégrales des sonates au fur et à mesure de sa propre maturation et de l’évolution des techniques d’enregistrement.

Berlioz, la Fantastique en 10 versions

Véritable manifeste de l’émergence du romantisme français, la Symphonie fantastique de Berlioz aura marqué le XIXe siècle comme le Sacre du printemps de Stravinsky marquera le suivant. Créés à Paris, autrefois creuset mondial de l’effervescence artistique, ces deux chefs-d’œuvre ont fait basculer durablement le langage musical dans une autre dimension. Le 5 décembre 1830, l’œuvre révolutionnaire d’un Hector Berlioz de 27 ans émeut les musiciens présents dans la petite salle de l’ancien conservatoire, parmi lesquels Meyerbeer et Liszt, vivement impressionnés pas l’extraordinaire audace de cet ouvrage présenté trois ans seulement après la mort de Beethoven.

Dans l'actualité...