Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Jan Willem de Vriend - Brahms : Ein Deutsches Requiem, Op. 45 (Live)

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Brahms : Ein Deutsches Requiem, Op. 45 (Live)

Rotterdam Chorus, Hague Philh., Jan Willem de Vriend

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

« L’introduction orchestrale, sans vibrato aux cordes, sonne avec plénitude et transparence [...] Si De Vriend ne tente pas de réduire l’étoffe chorale (comme un Bernius), il modèle ses presque soixante-dix chanteurs avec un soin extrême du phrasé. Hormis quelques ricochets, les contours sont nets et les voix – droites – mettent en lumière la polyphonie. De Vriend ne néglige aucune ligne secondaire, et accentue discrètement les incises. Les équilibres grandioses qu’il sait doser servent un contrepoint toujours en action [...] Des tempos allants (on frôle les soixante minutes) donnent une ferveur fantastique à Denn wir haben hie ; les musiciens du The Hague Philharmonic y respirent de concert dans de grands soufflets expressifs. [...] Deux solistes de premier ordre (une étonnante et souple Renate Arends, un Oliemans au legato sophistiqué) complètent cette version dont la prise de son, spacieuse, est assise sur d’impressionnantes basses. » (Diapason, janvier 2017 / Julien Hanck)

Plus d'info

Brahms : Ein Deutsches Requiem, Op. 45 (Live)

Jan Willem de Vriend

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Ein deutsches Requiem, Op. 45 (Johannes Brahms)

1
Selig sind, die da Leid tragen (Ziemlich langsam und mit Ausdruck) 00:09:21

Rotterdam Symphony Chorus - The Hague Philharmonic - Jan Willem de Vriend, Conductor - Johannes Brahms, Composer

(C) 2016 Challenge Classics

2
Denn alles Fleisch es ist wie Gras (Langsam, marschmäßig) 00:12:59

Rotterdam Symphony Chorus - The Hague Philharmonic - Jan Willem de Vriend, Conductor - Johannes Brahms, Composer

(C) 2016 Challenge Classics

3
Herr, lehre doch mich (Andante moderato) 00:08:59

Thomas Oliemans, Baritone - Rotterdam Symphony Chorus - The Hague Philharmonic - Jan Willem de Vriend, Conductor - Johannes Brahms, Composer

(C) 2016 Challenge Classics

4
Wie lieblich sind deine Wohnungen (Mäßig bewegt) 00:04:58

Rotterdam Symphony Chorus - The Hague Philharmonic - Jan Willem de Vriend, Conductor - Johannes Brahms, Composer

(C) 2016 Challenge Classics

5
Ihr habt nun Traurigkeit (Langsam) 00:06:12

Renate Arends, Soprano - Rotterdam Symphony Chorus - The Hague Philharmonic - Jan Willem de Vriend, Conductor - Johannes Brahms, Composer

(C) 2016 Challenge Classics

6
Denn wir haben hie keine bleibende Statt (Andante) 00:10:11

Thomas Oliemans, Baritone - Rotterdam Symphony Chorus - The Hague Philharmonic - Jan Willem de Vriend, Conductor - Johannes Brahms, Composer

(C) 2016 Challenge Classics

7
Selig sind die Toten (Feierlich) 00:08:42

Rotterdam Symphony Chorus - The Hague Philharmonic - Jan Willem de Vriend, Conductor - Johannes Brahms, Composer

(C) 2016 Challenge Classics

Descriptif de l'album

« L’introduction orchestrale, sans vibrato aux cordes, sonne avec plénitude et transparence [...] Si De Vriend ne tente pas de réduire l’étoffe chorale (comme un Bernius), il modèle ses presque soixante-dix chanteurs avec un soin extrême du phrasé. Hormis quelques ricochets, les contours sont nets et les voix – droites – mettent en lumière la polyphonie. De Vriend ne néglige aucune ligne secondaire, et accentue discrètement les incises. Les équilibres grandioses qu’il sait doser servent un contrepoint toujours en action [...] Des tempos allants (on frôle les soixante minutes) donnent une ferveur fantastique à Denn wir haben hie ; les musiciens du The Hague Philharmonic y respirent de concert dans de grands soufflets expressifs. [...] Deux solistes de premier ordre (une étonnante et souple Renate Arends, un Oliemans au legato sophistiqué) complètent cette version dont la prise de son, spacieuse, est assise sur d’impressionnantes basses. » (Diapason, janvier 2017 / Julien Hanck)

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Jan Willem de Vriend
Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Gounod romantique et mystique

Artisan majeur du renouveau de la musique française dans la seconde moitié du XIXe siècle aux côtés de son aîné, Berlioz, qu’il admirait, et de ses disciples, Bizet, Saint-Saëns, Massenet qui vénéraient sa foi en l’Art, Charles Gounod (1818-1893), mystique et charmeur, romantique en quête d’un nouveau classicisme, doit sa célébrité à quelques chefs-d’œuvre qui réduisent son envergure. Une discographie en plein essor permet de découvrir sa musique dans sa diversité : instrumentale, vocale, sacrée et lyrique.

Dans l'actualité...