Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Black Pumas - Black Pumas

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Black Pumas

Black Pumas

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Il y a des albums qui vous font sourire dès la première chanson. Vous regardez à nouveau le titre, ou l’artiste, essayant de vous en rappeler – pour une autre fois. Puis arrive un moment de lassitude, ou peut être que votre attention vacille. Vous écouterez la prochaine chanson, mais pas celle d’après. Avec un sentiment de culpabilité vite dissipé, vous êtes déjà passé au disque suivant. Et le souvenir s’efface. Black Pumas ne fait pas partie de cette catégorie. En 2019, rares sont les œuvres capables de retenir l’attention pendant 39 minutes, 41 secondes – plus encore, de vous forcer à lâcher ce qui vous préoccupait il y a quelques instants, pour écouter comme si votre vie en dépendait. Il faut dire que dès les premiers mots de Black Moon Rising, on ose à peine y croire. La voix de Eric Burton, somptueux mélange entre Stevie Wonder, Bobby Womack et CeeLo Green pourrait faire office de révélation mystique, tant chaque syllabe, chaque inflexion semble évidente. Mais celle-ci ne représente qu’une moitié de Black Pumas. De l’autre, il y a Adrian Quesada, guitariste, compositeur et arrangeur, qui a joué avec Grupo Fantasma, Brownout, Prince et Daniel Johnston. Face à ces 10 chansons retro-soul – entre instrumentations Motown et rythmes hip-hop, tendresse et violence - il est clair qu’il a joué une part importante dans l’élaboration du disque, de l’écriture des chansons à son jeu de guitare éminemment rythmique, évitant le surjeu là où d’autres n’auraient pas laissé de place à la voix de Burton pour s’exprimer. Sur Touch The Sky, c’est un riff ultra-groovy qui va servir d’introduction, avant de se fondre dans le mix pour simplement doubler la mélodie vocale lorsque c’est nécessaire. Quesada sait qu’il n’est pas la star du spectacle – esprit de producteur oblige – et c’est sûrement ce qui fait la magie du duo. Burton dit à ce sujet : « C’est comme si nous étions frères musicaux d’une certaine façon […] C’est si facile de mettre en commun nos idées que désormais ce qui nous importe c’est de chercher de nouveaux sons ». Black Pumas a beau être un album de soul, cette démarche se fait ressentir sur le dernier titre Sweet Conversation, où un arpège de guitare acoustique se répète tel une berceuse psychédélique, pendant que Burton croone : « You know my heart's on the pavement / but my soul’s steady grooving ». Entre ces sonorités presque folk, et les rythmes saccadés de Know You Better marqués par des chœurs gospel et une progression d’accords inhabituelle, le duo met en chansons leurs propos, lorsqu’ils déclaraient « On ne voulait pas juste faire de la soul nostalgique et faire semblant que le hip-hop n’avait jamais pointé le bout de son nez.»  Démarche artistique à louer dans une époque où les pastiches rétro sont déjà trop nombreux. Le résultat est un album brillant, qui promet un futur radieux pour la paire Burton-Quesada dont nous n’avons surement pas fini d’entendre parler. © Alexis Renaudat/Qobuz

Plus d'informations

Black Pumas

Black Pumas

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 50 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 50 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Black Moon Rising
00:03:41

Adrian Quesada, Composer - Eric Burton, Composer - Black Pumas, MainArtist

2019 ATO Records, under exclusive license to [PIAS] 2019 ATO Records, under exclusive license to [PIAS]

2
Colors
00:04:06

Adrian Quesada, Composer - Eric Burton, Composer - Black Pumas, MainArtist

2019 ATO Records, under exclusive license to [PIAS] 2019 ATO Records, under exclusive license to [PIAS]

3
Know You Better
00:04:09

Eric Burton, Composer - Black Pumas, MainArtist

2019 ATO Records, under exclusive license to [PIAS] 2019 ATO Records, under exclusive license to [PIAS]

4
Fire
00:04:06

Adrian Quesada, Composer - Eric Burton, Composer - Black Pumas, MainArtist

2019 ATO Records, under exclusive license to [PIAS] 2019 ATO Records, under exclusive license to [PIAS]

5
OCT 33
00:04:49

Eric Burton, Composer - Black Pumas, MainArtist

2019 ATO Records, under exclusive license to [PIAS] 2019 ATO Records, under exclusive license to [PIAS]

6
Stay Gold
00:04:35

Eric Burton, Composer - Black Pumas, MainArtist

2019 ATO Records, under exclusive license to [PIAS] 2019 ATO Records, under exclusive license to [PIAS]

7
Old Man
00:03:17

Adrian Quesada, Composer - Eric Burton, Composer - Black Pumas, MainArtist

2019 ATO Records, under exclusive license to [PIAS] 2019 ATO Records, under exclusive license to [PIAS]

8
Confines
00:03:09

Adrian Quesada, Composer - Eric Burton, Composer - Black Pumas, MainArtist

2019 ATO Records, under exclusive license to [PIAS] 2019 ATO Records, under exclusive license to [PIAS]

9
Touch The Sky
00:04:27

Adrian Quesada, Composer - Eric Burton, Composer - Black Pumas, MainArtist

2019 ATO Records, under exclusive license to [PIAS] 2019 ATO Records, under exclusive license to [PIAS]

10
Sweet Conversation
00:03:22

Eric Burton, Composer - Black Pumas, MainArtist

2019 ATO Records, under exclusive license to [PIAS] 2019 ATO Records, under exclusive license to [PIAS]

Descriptif de l'album

Il y a des albums qui vous font sourire dès la première chanson. Vous regardez à nouveau le titre, ou l’artiste, essayant de vous en rappeler – pour une autre fois. Puis arrive un moment de lassitude, ou peut être que votre attention vacille. Vous écouterez la prochaine chanson, mais pas celle d’après. Avec un sentiment de culpabilité vite dissipé, vous êtes déjà passé au disque suivant. Et le souvenir s’efface. Black Pumas ne fait pas partie de cette catégorie. En 2019, rares sont les œuvres capables de retenir l’attention pendant 39 minutes, 41 secondes – plus encore, de vous forcer à lâcher ce qui vous préoccupait il y a quelques instants, pour écouter comme si votre vie en dépendait. Il faut dire que dès les premiers mots de Black Moon Rising, on ose à peine y croire. La voix de Eric Burton, somptueux mélange entre Stevie Wonder, Bobby Womack et CeeLo Green pourrait faire office de révélation mystique, tant chaque syllabe, chaque inflexion semble évidente. Mais celle-ci ne représente qu’une moitié de Black Pumas. De l’autre, il y a Adrian Quesada, guitariste, compositeur et arrangeur, qui a joué avec Grupo Fantasma, Brownout, Prince et Daniel Johnston. Face à ces 10 chansons retro-soul – entre instrumentations Motown et rythmes hip-hop, tendresse et violence - il est clair qu’il a joué une part importante dans l’élaboration du disque, de l’écriture des chansons à son jeu de guitare éminemment rythmique, évitant le surjeu là où d’autres n’auraient pas laissé de place à la voix de Burton pour s’exprimer. Sur Touch The Sky, c’est un riff ultra-groovy qui va servir d’introduction, avant de se fondre dans le mix pour simplement doubler la mélodie vocale lorsque c’est nécessaire. Quesada sait qu’il n’est pas la star du spectacle – esprit de producteur oblige – et c’est sûrement ce qui fait la magie du duo. Burton dit à ce sujet : « C’est comme si nous étions frères musicaux d’une certaine façon […] C’est si facile de mettre en commun nos idées que désormais ce qui nous importe c’est de chercher de nouveaux sons ». Black Pumas a beau être un album de soul, cette démarche se fait ressentir sur le dernier titre Sweet Conversation, où un arpège de guitare acoustique se répète tel une berceuse psychédélique, pendant que Burton croone : « You know my heart's on the pavement / but my soul’s steady grooving ». Entre ces sonorités presque folk, et les rythmes saccadés de Know You Better marqués par des chœurs gospel et une progression d’accords inhabituelle, le duo met en chansons leurs propos, lorsqu’ils déclaraient « On ne voulait pas juste faire de la soul nostalgique et faire semblant que le hip-hop n’avait jamais pointé le bout de son nez.»  Démarche artistique à louer dans une époque où les pastiches rétro sont déjà trop nombreux. Le résultat est un album brillant, qui promet un futur radieux pour la paire Burton-Quesada dont nous n’avons surement pas fini d’entendre parler. © Alexis Renaudat/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
Songs In The Key Of Life Stevie Wonder
Innervisions Stevie Wonder
Talking Book Stevie Wonder
À découvrir également
Par Black Pumas
Black Pumas Black Pumas
Colors Black Pumas
Colors (Acoustic) Black Pumas
Confines Black Pumas
Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Stax, on dirait le Sud…

Motown au nord. Et Stax au sud. Deux conceptions bien distinctes de la soul music. Dans la moiteur sudiste de Memphis, Isaac Hayes, Otis Redding, Sam & Dave, Booker T. et quelques autres ont inventé un groove unique, biberonné au blues et surtout au gospel.

Philly Sound, un nœud pap sur le funk

Ni Motown ! Ni Stax ! La soul de Philadelphie proposera une troisième voix bien à elle. Concocté par la paire Kenny Gamble et Leon Huff, ce genre précurseur du disco fait danser l’Amérique du début des années 70 en la plongeant dans la soie et le champagne.

Motown en 10 albums

Le label fondé par Berry Gordy a 60 ans. Référence ultime en matière de pop soul, il fut une incroyable usine à tubes pour Diana Ross, Marvin Gaye, Smokey Robinson, Stevie Wonder, Rick James et bien d’autres. Motown a commencé par exister à travers ses singles, le format populaire de l’époque. A partir de 1965, il s’adapte à l’avènement de l’album, le bon vieux 33 tours qui chamboulera la carrière de certains artistes maison et de ce label qui se proclamait « le son de la jeune Amérique ».

Dans l'actualité...