Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Coro Gulbenkian - Berlioz: La Damnation de Faust

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Berlioz: La Damnation de Faust

John Nelson

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoute disponible dans environ 19 heures

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Après son splendide enregistrement de l’opus magnum de Berlioz, son opéra Les Troyens, couvert de récompenses internationales, l’immense berliozien John Nelson signe une nouvelle version de La Damnation de Faust qui semble promise elle aussi à un beau succès.
Pour cet enregistrement capté en concert par Daniel Zalay et ses ingénieurs du son à la Salle Erasme du Palais de la musique et des congrès de Strasbourg les 25 et 26 avril 2019, John Nelson retrouve l’Orchestre philharmonique de Strasbourg, dont il aime la couleur typiquement française et la discipline toute germanique. L’effectif pléthorique aurait plu à Berlioz avec ses huit contrebasses et ses six harpes, entre autres.

John Nelson connaît cette musique comme personne, il sait lui insuffler une énergie particulière en soignant les couleurs instrumentales si bien définies par le compositeur. Autour de lui est réunie une distribution de rêve avec le Faust magistralement incarné par le ténor Michael Spyres qui chante le français à la perfection et sait aussi incarner le personnage en jouant de la qualité de son timbre. Joyce DiDonato est une opulente Marguerite pleine de flamme et d’un engagement total. Nicolas Courcel campe un Méphisto hyperexpressif ; son timbre sombre contribue à la noirceur du personnage à l’ironie amère.
Les Petits Chanteurs de Strasbourg et le puissant Chœur Gulbenkian complètent avec bonheur une distribution idéale. Nouveau jalon de l’enregistrement des principales œuvres de Berlioz sous la direction de John Nelson pour le label Erato, cet enregistrement très réussi précède Roméo et Juliette que les mêmes artistes enregistreront courant 2020. © François Hudry/Qobuz

Plus d'informations

Berlioz: La Damnation de Faust

Coro Gulbenkian

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Téléchargez cet album pour l'écouter en illimité

1
La Damnation de Faust, Op. 24, H. 111, Pt. 1: "Le vieil hiver a fait place au printemps" (Faust) 00:05:43
2
La Damnation de Faust, Op. 24, H. 111, Pt. 1: "Les bergers laissent leurs troupeaux" (Chorus, Faust) 00:03:32
3
La Damnation de Faust, Op. 24, H. 111, Pt. 1: "Mais d'un éclat guerrier" (Faust) 00:00:57
4
La Damnation de Faust, Op. 24, H. 111, Pt. 1: Marche hongroise 00:04:53
5
La Damnation de Faust, Op. 24, H. 111, Pt. 2: "Sans regrets j'ai quitté les riantes campagnes" (Faust) 00:04:58
6
La Damnation de Faust, Op. 24, H. 111, Pt. 1: "Christ vient de ressusciter !" (Chorus, Faust) 00:05:46
7
La Damnation de Faust, Op. 24, H. 111, Pt. 1: "Hélas ! doux chants du ciel" (Faust) 00:01:31
8
La Damnation de Faust, Op. 24, H. 111, Pt. 1: "Ô pure émotion !" (Méphistophélès, Faust) 00:02:25
9
La Damnation de Faust, Op. 24, H. 111, Pt. 1: "À boire encor ! ... Oh ! qu'il fait bon" (Chorus, Méphistophélès, Brander) 00:02:55
10
La Damnation de Faust, Op. 24, H. 111, Pt. 1: "Certain rat, dans une cuisine" (Brander, Chorus, Méphistophélès) 00:02:20
11
La Damnation de Faust, Op. 24, H. 111, Pt. 1: "Amen" (Brander, Chorus) 00:01:27
12
La Damnation de Faust, Op. 24, H. 111, Pt. 1: "Vrai Dieu, messieurs" (Méphistophélès, Chorus) 00:01:16
13
La Damnation de Faust, Op. 24, H. 111, Pt. 1: "Une puce gentille" (Méphistophélès, Chorus) 00:01:37
14
La Damnation de Faust, Op. 24, H. 111, Pt. 1: "Assez ! fuyons ces lieux" (Faust, Méphistophélès) 00:02:16
15
La Damnation de Faust, Op. 24, H. 111, Pt. 1: "Voici des roses" (Méphistophélès) 00:02:28
16
La Damnation de Faust, Op. 24, H. 111, Pt. 2: "Dors, dors, heureux Faust" (Chorus, Méphistophélès, Faust) 00:06:10
17
La Damnation de Faust, Op. 24, H. 111, Pt. 2: Ballet des sylphes 00:02:10
18
La Damnation de Faust, Op. 24, H. 111, Pt. 2: "Margarita !" (Faust, Méphistophélès) 00:01:17
19
La Damnation de Faust, Op. 24, H. 111, Pt. 2: "Villes entourées" (Chorus) 00:01:27
20
La Damnation de Faust, Op. 24, H. 111, Pt. 2: "Jam nox stellata velamina pandit" (Chorus) 00:01:06
21
La Damnation de Faust, Op. 24, H. 111, Pt. 2: "Villes entourées ... Jam nox stellata" (Chorus, Faust, Méphistophélès) 00:02:23
22
La Damnation de Faust, Op. 24, H. 111, Pt. 3: Tambours et trompettes sonnant la retraite 00:01:07
23
La Damnation de Faust, Op. 24, H. 111, Pt. 3: "Merci, doux crépuscule !" (Faust) 00:05:25
24
La Damnation de Faust, Op. 24, H. 111, Pt. 3: "Je l'entends !" (Méphistophélès, Faust) 00:01:02
25
La Damnation de Faust, Op. 24, H. 111, Pt. 3: "Que l'air est étouffant !" (Marguerite) 00:02:55
26
La Damnation de Faust, Op. 24, H. 111, Pt. 3: "Autrefois un roi de Thulé" (Marguerite) 00:04:57
27
La Damnation de Faust, Op. 24, H. 111, Pt. 3: "Esprits des flammes inconstantes" (Méphistophélès) 00:02:03
28
La Damnation de Faust, Op. 24, H. 111, Pt. 3: Menuet des follets 00:05:58
29
La Damnation de Faust, Op. 24, H. 111, Pt. 3: "Maintenant, chantons à cette belle" (Méphistophélès) 00:00:25
30
La Damnation de Faust, Op. 24, H. 111, Pt. 3: "Devant la maison" (Méphistophélès, Chorus) 00:02:09
31
La Damnation de Faust, Op. 24, H. 111, Pt. 3: "Grand Dieu !" (Marguerite) 00:00:45
32
La Damnation de Faust, Op. 24, H. 111, Pt. 3: "Ange adoré" (Faust, Marguerite) 00:05:09
33
La Damnation de Faust, Op. 24, H. 111, Pt. 3: "Allons, il est trop tard !" (Méphistophélès, Marguerite, Faust, Chorus) 00:02:48
34
La Damnation de Faust, Op. 24, H. 111, Pt. 3: "Je connais donc enfin" (Faust, Méphistophélès, Marguerite, Chorus) 00:02:16
35
La Damnation de Faust, Op. 24, H. 111, Pt. 4: "D'amour l'ardente flamme" (Marguerite) 00:08:01
36
La Damnation de Faust, Op. 24, H. 111, Pt. 4: "Au son des trompettes" (Chorus, Marguerite) 00:02:08
37
La Damnation de Faust, Op. 24, H. 111, Pt. 4: "Nature immense" (Faust) 00:03:57
38
La Damnation de Faust, Op. 24, H. 111, Pt. 4: "À la voûte azurée" (Méphistophélès, Faust) 00:03:27
39
La Damnation de Faust, Op. 24, H. 111, Pt. 4: "Dans mon cœur retentit sa voix désespérée" (Faust, Chorus, Méphistophélès) 00:03:47
40
La Damnation de Faust, Op. 24, H. 111, Pt. 4: "Ha ! Irimiru Karabrao !" (Chorus, Méphistophélès) 00:01:55
41
La Damnation de Faust, Op. 24, H. 111, Pt. 4: "Tradioun Marexil fir trudinxé burrudixé !" (Chorus) 00:02:14
42
La Damnation de Faust, Op. 24, H. 111, Epilogue: "Alors l'enfer se tut" (Chorus) 00:01:19
43
La Damnation de Faust, Op. 24, H. 111, Epilogue: "Laus ! Laus ! Hosanna ! Hosanna !" (Chorus, Une voix) 00:01:09
44
La Damnation de Faust, Op. 24, H. 111, Epilogue: "Remonte au ciel, âme naïve" (Chorus) 00:01:03
45
La Damnation de Faust, Op. 24, H. 111, Epilogue: "Viens, les vierges divines" (Chorus, Une voix) 00:02:22

Descriptif de l'album

Après son splendide enregistrement de l’opus magnum de Berlioz, son opéra Les Troyens, couvert de récompenses internationales, l’immense berliozien John Nelson signe une nouvelle version de La Damnation de Faust qui semble promise elle aussi à un beau succès.
Pour cet enregistrement capté en concert par Daniel Zalay et ses ingénieurs du son à la Salle Erasme du Palais de la musique et des congrès de Strasbourg les 25 et 26 avril 2019, John Nelson retrouve l’Orchestre philharmonique de Strasbourg, dont il aime la couleur typiquement française et la discipline toute germanique. L’effectif pléthorique aurait plu à Berlioz avec ses huit contrebasses et ses six harpes, entre autres.

John Nelson connaît cette musique comme personne, il sait lui insuffler une énergie particulière en soignant les couleurs instrumentales si bien définies par le compositeur. Autour de lui est réunie une distribution de rêve avec le Faust magistralement incarné par le ténor Michael Spyres qui chante le français à la perfection et sait aussi incarner le personnage en jouant de la qualité de son timbre. Joyce DiDonato est une opulente Marguerite pleine de flamme et d’un engagement total. Nicolas Courcel campe un Méphisto hyperexpressif ; son timbre sombre contribue à la noirceur du personnage à l’ironie amère.
Les Petits Chanteurs de Strasbourg et le puissant Chœur Gulbenkian complètent avec bonheur une distribution idéale. Nouveau jalon de l’enregistrement des principales œuvres de Berlioz sous la direction de John Nelson pour le label Erato, cet enregistrement très réussi précède Roméo et Juliette que les mêmes artistes enregistreront courant 2020. © François Hudry/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Coro Gulbenkian
Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
La Revue du beau chant - XIII

Ce que Qobuz a peut-être oublié dans les sorties récentes... Pour le meilleur (souvent), pour le pire (parfois) !

La Revue du beau chant - XII

Ce que Qobuz a peut-être oublié dans les sorties récentes... Pour le meilleur (souvent), pour le pire (parfois) !

Maria Callas "dal vivo"

D’une portée vertigineuse, le legs discographique de Maria Callas est d’autant plus stupéfiant que ses gravures d’opéras en studio se firent en à peine une décennie : pas moins de vingt-quatre intégrales enregistrées entre 1952 et 1960 (mais la plupart dans les années 1953–1957), complétées à Paris, où elle venait de s’installer, de Carmen (1964) et d’une seconde Tosca (1965) — aux intégrales répondant de célèbres disques récitals. L’ensemble a fait l’objet en 2014, au terme d’une remasterisation exemplaire d’après les bandes mères, d’un nouveau et somptueux coffret Warner Classics. Nous reproduisons ici, avec l'aimable autorisation de Warner Music le texte introductif de Michel Roubinet qui figure dans le livret du coffret Maria Callas Live.

Dans l'actualité...