Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Tetzlaff Quartett - Beethoven: String Quartets, Opp. 132, 130 & 133

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Beethoven: String Quartets, Opp. 132, 130 & 133

Tetzlaff Quartett

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Violoniste atypique, Christian Tetzlaff parvient à cumuler une carrière de soliste international de haut niveau et la pratique régulière du quatuor à cordes, deux activités à part entière qui sont habituellement nettement dissociées. Son amour de la musique de chambre l’a incité à fonder un nouveau quatuor en 1994 devenu l’un des plus appréciés sur la scène internationale.
Enregistré à Brême en automne 2019, leur dernier album est consacré à deux des plus longs et des plus novateurs Quatuors de Beethoven. Composé en 1825, le 13e Quatuor en si bémol majeur, Op. 130 prend encore un peu plus ses distances avec la forme traditionnelle que Beethoven avait déjà mise à mal dans ses œuvres précédentes. On sait qu’il se concluait dans sa première version par la Grande fugue Op. 133, retirée ensuite par le compositeur au profit d’un finale plus court et d’accès moins difficile. La tendance actuelle est de redonner sa forme primitive à ce quatuor qui dès lors atteint facilement la durée monumentale de quarante-cinq minutes. C’est l’option choisie ici par le Quatuor Tetzlaff. Elle est parfaitement convaincante grâce à leur interprétation lumineuse. L’architecture de l’œuvre en devient ainsi plus lisible avec un premier et un dernier mouvement d’une durée presque identique encadrant une succession de quatre pièces de plus modeste dimension.
À peine plus court que l’Opus 130-133, le 15e Quatuor en la mineur, Op. 132 est une œuvre de crise composée alors que Beethoven se battait contre une grave maladie. On en trouve l’écho dans le merveilleux Molto adagio, sous-titré par lui « Chant de reconnaissance à la divinité », qui est une sorte d’offrande et de gratitude d’un convalescent frôlé par les ailes lugubres de la mort. L’interprétation parfaitement sereine et décantée que nous en offre le Quatuor Tetzlaff est proprement saisissante. © François Hudry/Qobuz

Plus d'informations

Beethoven: String Quartets, Opp. 132, 130 & 133

Tetzlaff Quartett

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

String Quartet No. 15 in A minor, Op. 132 (Ludwig van Beethoven)

1
I. Assai sostenuto - Allegro
00:09:18

Ludwig van Beethoven, Composer - Tetzlaff Quartett, Ensemble, MainArtist

(C) 2020 Ondine (P) 2020 Ondine

2
II. Allegro ma non tanto
00:08:42

Ludwig van Beethoven, Composer - Tetzlaff Quartett, Ensemble, MainArtist

(C) 2020 Ondine (P) 2020 Ondine

3
III. Molto adagio
00:15:55

Ludwig van Beethoven, Composer - Tetzlaff Quartett, Ensemble, MainArtist

(C) 2020 Ondine (P) 2020 Ondine

4
IV. Alla marcia, assai vivace
00:02:09

Ludwig van Beethoven, Composer - Tetzlaff Quartett, Ensemble, MainArtist

(C) 2020 Ondine (P) 2020 Ondine

5
V. Allegro appassionato
00:06:32

Ludwig van Beethoven, Composer - Tetzlaff Quartett, Ensemble, MainArtist

(C) 2020 Ondine (P) 2020 Ondine

DISQUE 2

String Quartet No. 13 in B-Flat Major, Op. 130 (1825 Version) (Ludwig van Beethoven)

1
I. Adagio ma non troppo
00:12:45

Ludwig van Beethoven, Composer - Tetzlaff Quartett, Ensemble, MainArtist

(C) 2020 Ondine (P) 2020 Ondine

2
II. Presto
00:02:03

Ludwig van Beethoven, Composer - Tetzlaff Quartett, Ensemble, MainArtist

(C) 2020 Ondine (P) 2020 Ondine

3
III. Andante con moto ma non troppo
00:06:25

Ludwig van Beethoven, Composer - Tetzlaff Quartett, Ensemble, MainArtist

(C) 2020 Ondine (P) 2020 Ondine

4
IV. Alla danza tedesca. Allegro assai
00:02:54

Ludwig van Beethoven, Composer - Tetzlaff Quartett, Ensemble, MainArtist

(C) 2020 Ondine (P) 2020 Ondine

5
V. Cavatina. Adagio molto espressivo
00:05:31

Ludwig van Beethoven, Composer - Tetzlaff Quartett, Ensemble, MainArtist

(C) 2020 Ondine (P) 2020 Ondine

Grosse Fuge in B-flat major, Op. 133 (Ludwig van Beethoven)

6
Große Fuge in B-Flat Major, Op. 133
00:14:33

Ludwig van Beethoven, Composer - Tetzlaff Quartett, Ensemble, MainArtist

(C) 2020 Ondine (P) 2020 Ondine

Descriptif de l'album

Violoniste atypique, Christian Tetzlaff parvient à cumuler une carrière de soliste international de haut niveau et la pratique régulière du quatuor à cordes, deux activités à part entière qui sont habituellement nettement dissociées. Son amour de la musique de chambre l’a incité à fonder un nouveau quatuor en 1994 devenu l’un des plus appréciés sur la scène internationale.
Enregistré à Brême en automne 2019, leur dernier album est consacré à deux des plus longs et des plus novateurs Quatuors de Beethoven. Composé en 1825, le 13e Quatuor en si bémol majeur, Op. 130 prend encore un peu plus ses distances avec la forme traditionnelle que Beethoven avait déjà mise à mal dans ses œuvres précédentes. On sait qu’il se concluait dans sa première version par la Grande fugue Op. 133, retirée ensuite par le compositeur au profit d’un finale plus court et d’accès moins difficile. La tendance actuelle est de redonner sa forme primitive à ce quatuor qui dès lors atteint facilement la durée monumentale de quarante-cinq minutes. C’est l’option choisie ici par le Quatuor Tetzlaff. Elle est parfaitement convaincante grâce à leur interprétation lumineuse. L’architecture de l’œuvre en devient ainsi plus lisible avec un premier et un dernier mouvement d’une durée presque identique encadrant une succession de quatre pièces de plus modeste dimension.
À peine plus court que l’Opus 130-133, le 15e Quatuor en la mineur, Op. 132 est une œuvre de crise composée alors que Beethoven se battait contre une grave maladie. On en trouve l’écho dans le merveilleux Molto adagio, sous-titré par lui « Chant de reconnaissance à la divinité », qui est une sorte d’offrande et de gratitude d’un convalescent frôlé par les ailes lugubres de la mort. L’interprétation parfaitement sereine et décantée que nous en offre le Quatuor Tetzlaff est proprement saisissante. © François Hudry/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
Munich 2016 Keith Jarrett
Songs In The Key Of Life Stevie Wonder
Innervisions Stevie Wonder
Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Kœchlin, l’Alchimiste

Ancrée dans la tradition mais aussi très novatrice, l’œuvre immense de Koechlin, d’un langage extrêmement personnel, a dérouté ses contemporains en raison de ses multiples facettes, de sa liberté et de sa dimension philosophique. Le disque permet enfin de prendre la mesure de cet alchimiste des sons, prophète génial sans doute trop tôt venu. Et dont nous célébrons ce 27 novembre le 150ème anniversaire de la naissance…

Le violon en 10 interprètes, épisode 2

Si le timbre et l’ambitus du violoncelle le rapprochent de la voix humaine, les aigus stratosphériques du violon flirtent avec les dieux. L’instrument a inspiré des œuvres nombreuses à la discographie pléthorique : des trésors qui sont autant de versions de référence. Voici la seconde partie de cette sélection subjective de 10 violonistes qui met en lumière deux générations éloignées : la première est née pendant le premier tiers du XXe siècle ; la seconde pendant le dernier tiers.

Le violon en 10 interprètes, épisode 1

Si le timbre et l’ambitus du violoncelle le rapprochent de la voix humaine, les aigus stratosphériques du violon flirtent avec les dieux. L’instrument a inspiré des œuvres nombreuses à la discographie pléthorique : des trésors qui sont autant de versions de référence. Cette sélection subjective de 10 violonistes choisit de mettre en lumière deux générations éloignées : la première est née pendant le premier tiers du XXe siècle ; la seconde pendant le dernier tiers, à retrouver jeudi.

Dans l'actualité...