Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Andrei Korobeinikov - Beethoven : Sonates n° 17, 24, 30 - Bagatelles op. 126

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Beethoven : Sonates n° 17, 24, 30 - Bagatelles op. 126

Andrei Korobeinikov, piano

Livret numérique

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Sonate n°30 en mi majeur op.109 - Six Bagatelles op. 126 - Sonate n°24 en fa dièse majeur op.78 - Sonate n°17 en ré mineur op.31 n°2 / Andrei Korobeinikov, piano

Plus d'informations

Beethoven : Sonates n° 17, 24, 30 - Bagatelles op. 126

Andrei Korobeinikov

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Sonate n° 30 en mi majeur op. 110 (Ludwig van Beethoven)

1
Vivace ma non troppo 00:03:46

Andrei Korobeinikov, piano

2
Prestissimo 00:02:27

Andrei Korobeinikov, piano

3
Andante 00:13:18

Andrei Korobeinikov, piano

Six Bagatelles op. 126 (Ludwig van Beethoven)

4
Andante con moto 00:03:38

Andrei Korobeinikov, piano

5
Allegro 00:03:14

Andrei Korobeinikov, piano

6
Andante, cantabile e grazioso 00:03:21

Andrei Korobeinikov, piano

7
Presto 00:04:19

Andrei Korobeinikov, piano

8
Quasi allegretto 00:02:31

Andrei Korobeinikov, piano

9
Presto, andante amabile e con moto 00:04:10

Andrei Korobeinikov, piano

Sonate n°24 en fa dièse majeur op. 78 (Ludwig van Beethoven)

10
Allegro ma non troppo 00:06:24

Andrei Korobeinikov, piano

11
Allegro Vivace 00:02:41

Andrei Korobeinikov, piano

Sonate n°17 en ré mineur op. 31 n°2 'La Tempête' (Ludwig van Beethoven)

12
Largo, Allegro 00:08:54

Andrei Korobeinikov, piano

13
Adagio 00:08:35

Andrei Korobeinikov, piano

14
Allegretto 00:06:07

Andrei Korobeinikov, piano

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Andrei Korobeinikov
Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Les atypiques symphonies électroniques de Mason Bates

Comment ça, vous ne connaissez pas (encore) Mason Bates ? C’est pourtant l’un des noms les plus présents sur la scène nord-américaine. Né en 1977, Bates est à la fois compositeur, surtout symphoniste et lyrique, et DJ de musique électronique (sous l'alias DJ Masonic) – deux pôles apparemment opposés mais qu’il se fait un malin plaisir à mêler. Ainsi, environ la moitié de son œuvre symphonique et lyrique comporte, d’une manière ou d’une autre, des sonorités électroniques, pour la plupart des sons « de tous les jours », préenregistrés et restitués en temps réel à mesure de la partition. A l’occasion de la sortie de son génial opéra The (R)evolution of Steve Jobs, Qobuz s’est entretenu avec ce personnage hors-norme.

Kœchlin, l’Alchimiste

Ancrée dans la tradition mais aussi très novatrice, l’œuvre immense de Koechlin, d’un langage extrêmement personnel, a dérouté ses contemporains en raison de ses multiples facettes, de sa liberté et de sa dimension philosophique. Le disque permet enfin de prendre la mesure de cet alchimiste des sons, prophète génial sans doute trop tôt venu. Et dont nous célébrons ce 27 novembre le 150ème anniversaire de la naissance…

Jordi Savall : la musique, la vie, l'enregistrement

Il pleuvait à seaux en cette nuit d’octobre dans le Bugey, où il pleut d’ailleurs très souvent à cette époque de l’année. Il était autour de minuit. Nous étions une cinquantaine de passionnés à attendre dans le silence, l’humidité et le froid au Festival d’Ambronay. Puis, sans aucun bruit, Jordi Savall est arrivé, sanglé dans un imperméable blanc et trempé, façon Humphrey Bogart dans Casablanca, serrant une caisse en forme de corps humain contre lui. Avec des gestes lents, il en a extrait, non pas une mitraillette, mais une viole de gambe qu’il a commencé à manier et à accorder avec d’infinies précautions. Puis le miracle est descendu sur l’auditoire.

Dans l'actualité...