Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Armida Quartett - Beethoven . Shostakovich

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Beethoven . Shostakovich

Armida Quartett

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 48.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Lorsque les trois quatuors « Rasumovsky » de Beethoven commencèrent à circuler auprès des grands amateurs en 1806, ils suscitèrent une certaine incompréhension, pour rester correct. Un discours complexe, déviant radicalement de tout ce qui s’était fait alors, sans parler de l’écriture de cordes qui devait sembler bien difficile aux instrumentistes y compris les plus chevronnés. De nos jours, ces ouvrages font bien sûr partie du grand répertoire, et leur opacité semble s’être levée depuis un bon bout de temps. Par contraste, le Quatuor No. 10 de Chostakovitch, écrit en 1964, s’éloigne sérieusement du ton tragique et violent de bien des ouvrages antérieurs – hormis le scherzo, assez anguleux quand même. Le compositeur y semble apaisé, presque enjoué par moments, un véritable enjouement et non pas les grimaces d’un clown soumis à la torture… Le Quatuor Armida, vainqueur du prestigieux Concours de l’ARD cuvée 2012 (ainsi accessoirement que du Prix du public et de six autres distinctions lors du même concours) et Premier prix du concours de Genève de l’année précédente, a souhaité se perfectionner auprès de Reinhard Goebel qui lui a apporté une vision assez nouvelle de la tenue d’archet, des attaques, de la conception des phrases, qui fait de ses interprétations – que ce soit pour Beethoven ou Chostakovitch – de grands moments de vivacité et de coloris instrumentaux. © SM/Qobuz

Plus d'informations

Beethoven . Shostakovich

Armida Quartett

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

String Quartet No. 7 in F major, Op. 59, No. 1, 'Rasumovsky' (Ludwig van Beethoven)

1
I. Allegro
00:09:40

Armida Quartett, Primary - Ludwig van Beethoven, Composer

Bayerischer Rundfunk / CAvi-Service for music 2016

2
II. Allegretto vivace e sempre scherzando
00:08:36

Armida Quartett, Primary - Ludwig van Beethoven, Composer

Bayerischer Rundfunk / CAvi-Service for music 2016

3
III. Adagio molto e mesto
00:12:43

Armida Quartett, Primary - Ludwig van Beethoven, Composer

Bayerischer Rundfunk / CAvi-Service for music 2016

4
IV. Allegro
00:07:50

Armida Quartett, Primary - Ludwig van Beethoven, Composer

Bayerischer Rundfunk / CAvi-Service for music 2016

String Quartet No. 10 in A-Flat Major, Op. 118 (Dimitri Chostakovitch)

5
I. Andante
00:04:22

Armida Quartett, Primary - Dmitri Shostakovich, Composer

Bayerischer Rundfunk / CAvi-Service for music 2016

6
II. Allegretto furioso
00:03:42

Armida Quartett, Primary - Dmitri Shostakovich, Composer

Bayerischer Rundfunk / CAvi-Service for music 2016

7
III. Adagio
00:04:21

Armida Quartett, Primary - Dmitri Shostakovich, Composer

Bayerischer Rundfunk / CAvi-Service for music 2016

8
IV. Allegretto
00:09:15

Armida Quartett, Primary - Dmitri Shostakovich, Composer

Bayerischer Rundfunk / CAvi-Service for music 2016

Descriptif de l'album

Lorsque les trois quatuors « Rasumovsky » de Beethoven commencèrent à circuler auprès des grands amateurs en 1806, ils suscitèrent une certaine incompréhension, pour rester correct. Un discours complexe, déviant radicalement de tout ce qui s’était fait alors, sans parler de l’écriture de cordes qui devait sembler bien difficile aux instrumentistes y compris les plus chevronnés. De nos jours, ces ouvrages font bien sûr partie du grand répertoire, et leur opacité semble s’être levée depuis un bon bout de temps. Par contraste, le Quatuor No. 10 de Chostakovitch, écrit en 1964, s’éloigne sérieusement du ton tragique et violent de bien des ouvrages antérieurs – hormis le scherzo, assez anguleux quand même. Le compositeur y semble apaisé, presque enjoué par moments, un véritable enjouement et non pas les grimaces d’un clown soumis à la torture… Le Quatuor Armida, vainqueur du prestigieux Concours de l’ARD cuvée 2012 (ainsi accessoirement que du Prix du public et de six autres distinctions lors du même concours) et Premier prix du concours de Genève de l’année précédente, a souhaité se perfectionner auprès de Reinhard Goebel qui lui a apporté une vision assez nouvelle de la tenue d’archet, des attaques, de la conception des phrases, qui fait de ses interprétations – que ce soit pour Beethoven ou Chostakovitch – de grands moments de vivacité et de coloris instrumentaux. © SM/Qobuz

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Armida Quartett

Playlists

Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Le paradoxe du studio d’Esa-Pekka Salonen

Le Finlandais Esa-Pekka Salonen est un chef d’orchestre acclamé et un compositeur prolifique. Avec plus de 60 disques au compteur, il a fait évoluer l’histoire de l’interprétation. Dialogue avec un musicien exceptionnel qui évoque pour Qobuz son travail en studio et son rapport à l’enregistrement.

Le violon en 10 interprètes, épisode 1

Si le timbre et l’ambitus du violoncelle le rapprochent de la voix humaine, les aigus stratosphériques du violon flirtent avec les dieux. L’instrument a inspiré des œuvres nombreuses à la discographie pléthorique : des trésors qui sont autant de versions de référence. Cette sélection subjective de 10 violonistes choisit de mettre en lumière deux générations éloignées : la première est née pendant le premier tiers du XXe siècle ; la seconde pendant le dernier tiers, à retrouver jeudi.

Danny Elfman en dix albums

Entre féerie et humour déjanté, grandiose et douceur bienveillante, Danny Elfman a bâti en près de quarante ans un style très personnel et bigarré, qu’il distille dans des productions hollywoodiennes éclectiques, signées notamment Tim Burton ou Gus Van Sant. À l’occasion d’un week-end qui lui est consacré à la Philharmonie de Paris, retour sur dix albums essentiels de sa discographie.

Dans l'actualité...