Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Rudolf Buchbinder|Beethoven: Piano Concerto No. 4 in G Major, Op. 58

Beethoven: Piano Concerto No. 4 in G Major, Op. 58

Rudolf Buchbinder

Disponible en
16-Bit CD Quality 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Beethoven: Piano Concerto No. 4 in G Major, Op. 58

Rudolf Buchbinder

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 80 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cette playlist et plus de 80 millions de titres avec votre abonnement illimité.

À partir de 12,50€/mois

Piano Concerto No. 4 in G major, Op. 58 (Ludwig van Beethoven)

1
I. Allegro moderato
00:17:48

Rudolf Buchbinder, Piano, MainArtist, AssociatedPerformer - Ludwig van Beethoven, Composer - Staatskapelle Dresden, Orchestra, MainArtist - Christian Thielemann, Conductor, MainArtist

℗ 2021 Rudolf Buchbinder

2
II. Andante con moto
00:04:03

Rudolf Buchbinder, Piano, MainArtist, AssociatedPerformer - Ludwig van Beethoven, Composer - Staatskapelle Dresden, Orchestra, MainArtist - Christian Thielemann, Conductor, MainArtist

℗ 2021 Rudolf Buchbinder

3
III. Rondo. Vivace
00:09:54

Rudolf Buchbinder, Piano, MainArtist, AssociatedPerformer - Ludwig van Beethoven, Composer - Staatskapelle Dresden, Orchestra, MainArtist - Christian Thielemann, Conductor, MainArtist

℗ 2021 Rudolf Buchbinder

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

Recomposed By Max Richter: Vivaldi, The Four Seasons

Max Richter

Beethoven : 9 Symphonies (1963)

Herbert von Karajan

Beethoven : 9 Symphonies (1963) Herbert von Karajan

Beethoven : Symphonies n°5 & n°7

Carlos Kleiber

Songs From The Big Chair

Tears For Fears

Songs From The Big Chair Tears For Fears
À découvrir également
Par Rudolf Buchbinder

Rudolf Buchbinder Plays Beethoven

Rudolf Buchbinder

Beethoven: Piano Concerto No. 5, Op. 73 "Emperor"

Rudolf Buchbinder

Beethoven: Piano Concerto No. 4 in G Major, Op. 58

Rudolf Buchbinder

Beethoven: Piano Sonatas Nos. 7 – 12

Rudolf Buchbinder

Beethoven: Piano Sonatas Nos. 1 – 6

Rudolf Buchbinder

Playlists

Dans la même thématique...

J.S. Bach: Harpsichord Concertos, Vol. 3

Francesco Corti

Exiles

Max Richter

Exiles Max Richter

Sibelius: Complete Symphonies

Klaus Mäkelä

Old Friends New Friends

Nils Frahm

Nightscapes

Magdalena Hoffmann

Nightscapes Magdalena Hoffmann
Les Grands Angles...
Nelson Freire, un virtuose très discret

Enfant prodige dans son pays natal, le pianiste brésilien, disparu en novembre 2021, est resté loin des bruyantes trompettes de la renommée. Ses mains de géant, sa technique aisée et virtuose étaient toujours au service d’une sonorité puissante, pleine et moelleuse. Qobuz revient sur le parcours de celui qui fut longtemps le « secret le mieux gardé du piano ».

Marian Anderson, cantatrice de combats

La magnifique carrière de la cantatrice contralto afro-américaine Marian Anderson se confond avec sa lutte incessante contre le racisme. Elle a 94 ans lorsqu’elle reçoit enfin, en 1991, le Grammy Lifetime Achievement Award en reconnaissance de toute une vie de musique. Mais combien le chemin menant à cette tardive reconnaissance fut long et semé d’épines…

Berlioz, la Fantastique en 10 versions

Véritable manifeste de l’émergence du romantisme français, la “Symphonie fantastique” de Berlioz aura marqué le XIXe siècle comme le “Sacre du printemps” de Stravinsky marquera le suivant. Créés à Paris, autrefois creuset mondial de l’effervescence artistique, ces deux chefs-d’œuvre ont fait basculer durablement le langage musical dans une autre dimension. Le 5 décembre 1830, l’œuvre révolutionnaire d’un Hector Berlioz de 27 ans émeut les musiciens présents dans la petite salle de l’ancien conservatoire, parmi lesquels Meyerbeer et Liszt, vivement impressionnés par l’extraordinaire audace de cet ouvrage présenté trois ans seulement après la mort de Beethoven.

Dans l'actualité...