Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Michel Dalberto - Beethoven : Pathétique, Clair de Lune, Appassionata, Op.111

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Beethoven : Pathétique, Clair de Lune, Appassionata, Op.111

Michel Dalberto

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Michel Dalberto a suivi un chemin singulier. Spécialiste du répertoire français, dont la tétralogie parue chez Aparté rend compte (Debussy, Fauré, Franck et enfin Ravel), il n’en a pas moins enregistré les délaissées premières sonates de Beethoven dans une somme parue chez Erato dans les années 80. Mais c’est à Schubert qu’il s’est davantage consacré par la suite, réservant pour plus tard les Appassionata, Clair de lune et autre Opus 111. Ce disque, dépositaire de ce temps enfin venu, anniversaire oblige, témoigne de cette démarche originale, à rebours, et présente ses grandes sonates dans l’ordre chronologique. De la Pathétique à la Sonate no 32, op. 111, Michel Dalberto s’attache à faire sonner Beethoven comme un classique et non un préromantique (comme le veut une compréhension téléologique de l’histoire de la musique). La logique thématique, motivique même, de cette musique est mise en lumière. Ainsi, le tempo délibérément lent de l’Allegretto de la Sonate no 14, op. 27 semble décortiquer la partition sans toutefois la vider de sa substance. Le Presto Agitato qui lui succède n’en semble que plus habité, course folle diablement articulée et divinement limpide malgré l’inquiétude, tant dans le grave que dans l’aigu. Les redoutables changements de registre beethovéniens s’imbriquent grâce au génie narrateur de l’interprète (Schubert n’est pas loin). À cet égard, le premier mouvement de l’Opus 111 est remarquable. Le Steinway est robuste – on s’y attendait – voire tranchant. Le pianiste en tire aussi bien du perlé translucide, comme d’un piano en apesanteur, que des sonorités d’orchestre, piochant dans cette gamme sonore comme on tire des jeux d’orgue. Une réussite aussi terrifiante que sensible. © Elsa Siffert/Qobuz

Plus d'informations

Beethoven : Pathétique, Clair de Lune, Appassionata, Op.111

Michel Dalberto

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

DISQUE 1

Piano Sonata No. 8 in C Minor, Op. 13 "Pathétique" (Ludwig van Beethoven)

1
I. Grave. Allegro di molto e con brio 00:09:19

Michel Dalberto, Piano - Ludwig van Beethoven, Composer

© 2019 La Dolce Volta - ℗ 2019 La Prima Volta

2
II. Adagio cantabile 00:04:37

Michel Dalberto, Piano - Ludwig van Beethoven, Composer

© 2019 La Dolce Volta - ℗ 2019 La Prima Volta

3
III. Rondo. Allegro 00:05:12

Michel Dalberto, Piano - Ludwig van Beethoven, Composer

© 2019 La Dolce Volta - ℗ 2019 La Prima Volta

Piano Sonata No. 12 in A-Flat Major, Op. 26 "Funeral March" (Ludwig van Beethoven)

4
I. Andante con variazioni 00:07:25

Michel Dalberto, Piano - Ludwig van Beethoven, Composer

© 2019 La Dolce Volta - ℗ 2019 La Prima Volta

5
II. Scherzo, allegro molto 00:03:11

Michel Dalberto, Piano - Ludwig van Beethoven, Composer

© 2019 La Dolce Volta - ℗ 2019 La Prima Volta

6
III. Maestoso andante 00:05:40

Michel Dalberto, Piano - Ludwig van Beethoven, Composer

© 2019 La Dolce Volta - ℗ 2019 La Prima Volta

7
IV. Allegro 00:03:05

Michel Dalberto, Piano - Ludwig van Beethoven, Composer

© 2019 La Dolce Volta - ℗ 2019 La Prima Volta

Piano Sonata No. 14 in C-Sharp Minor, Op. 27 No. 2 "Moonlight" (Ludwig van Beethoven)

8
I. Adagio sostenuto 00:04:58

Michel Dalberto, Piano - Ludwig van Beethoven, Composer

© 2019 La Dolce Volta - ℗ 2019 La Prima Volta

9
II. Allegretto 00:02:48

Michel Dalberto, Piano - Ludwig van Beethoven, Composer

© 2019 La Dolce Volta - ℗ 2019 La Prima Volta

10
III. Presto agitato 00:08:11

Michel Dalberto, Piano - Ludwig van Beethoven, Composer

© 2019 La Dolce Volta - ℗ 2019 La Prima Volta

DISQUE 2

Piano Sonata No. 23 in F Minor, Op. 57 "Appassionata" (Ludwig van Beethoven)

1
I. Allegro assai 00:10:21

Michel Dalberto, Piano - Ludwig van Beethoven, Composer

© 2019 La Dolce Volta - ℗ 2019 La Prima Volta

2
II. Andante con moto 00:06:20

Michel Dalberto, Piano - Ludwig van Beethoven, Composer

© 2019 La Dolce Volta - ℗ 2019 La Prima Volta

3
III. Allegro ma non troppo - Presto 00:09:01

Michel Dalberto, Piano - Ludwig van Beethoven, Composer

© 2019 La Dolce Volta - ℗ 2019 La Prima Volta

Piano Sonata No. 32 in C Minor, Op. 111 (Ludwig van Beethoven)

4
I. Maestoso - Allegro con brio ed appassionato 00:09:11

Michel Dalberto, Piano - Ludwig van Beethoven, Composer

© 2019 La Dolce Volta - ℗ 2019 La Prima Volta

5
II. Arietta - Adagio molto semplice e cantabile 00:16:36

Michel Dalberto, Piano - Ludwig van Beethoven, Composer

© 2019 La Dolce Volta - ℗ 2019 La Prima Volta

Descriptif de l'album

Michel Dalberto a suivi un chemin singulier. Spécialiste du répertoire français, dont la tétralogie parue chez Aparté rend compte (Debussy, Fauré, Franck et enfin Ravel), il n’en a pas moins enregistré les délaissées premières sonates de Beethoven dans une somme parue chez Erato dans les années 80. Mais c’est à Schubert qu’il s’est davantage consacré par la suite, réservant pour plus tard les Appassionata, Clair de lune et autre Opus 111. Ce disque, dépositaire de ce temps enfin venu, anniversaire oblige, témoigne de cette démarche originale, à rebours, et présente ses grandes sonates dans l’ordre chronologique. De la Pathétique à la Sonate no 32, op. 111, Michel Dalberto s’attache à faire sonner Beethoven comme un classique et non un préromantique (comme le veut une compréhension téléologique de l’histoire de la musique). La logique thématique, motivique même, de cette musique est mise en lumière. Ainsi, le tempo délibérément lent de l’Allegretto de la Sonate no 14, op. 27 semble décortiquer la partition sans toutefois la vider de sa substance. Le Presto Agitato qui lui succède n’en semble que plus habité, course folle diablement articulée et divinement limpide malgré l’inquiétude, tant dans le grave que dans l’aigu. Les redoutables changements de registre beethovéniens s’imbriquent grâce au génie narrateur de l’interprète (Schubert n’est pas loin). À cet égard, le premier mouvement de l’Opus 111 est remarquable. Le Steinway est robuste – on s’y attendait – voire tranchant. Le pianiste en tire aussi bien du perlé translucide, comme d’un piano en apesanteur, que des sonorités d’orchestre, piochant dans cette gamme sonore comme on tire des jeux d’orgue. Une réussite aussi terrifiante que sensible. © Elsa Siffert/Qobuz

Détails de l'enregistrement original : Recorded 2019, Salle Molière, Lyon (France) : February 6 (Opus 26, 111) & June 5 (Opis 13, 27, 57)

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
The Lion King Various Artists
Beethoven: 9 Symphonies Berliner Philharmoniker
À découvrir également
Par Michel Dalberto
Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Wilhelm Kempff, le plus humain des pianistes

Artiste d’un autre temps, Wilhelm Kempff (1895-1991) croyait à l’inspiration : il était entré en musique comme on entre en religion, avec une ferveur respectueuse pour les vieux maîtres qu’il servait. Avec son toucher de velours, son sens du phrasé et sa diction de conteur, l’art de Wilhelm Kempff était celui d’un rêveur éveillé, mi-poète, mi-devin, dans une époque où l’expression du sentiment primait sur tout. Il a souvent enregistré à plusieurs reprises ses compositeurs préférés, en particulier son dieu Beethoven, avec lequel on l’a si souvent identifié, laissant trois intégrales des sonates au fur et à mesure de sa propre maturation et de l’évolution des techniques d’enregistrement.

Jorge Bolet, la quintessence de Franz Liszt

Sous ses doigts, la musique de Franz Liszt est apparue sous un jour nouveau, grâce à une vision à la fois poétique et lyrique, bien loin de la virtuosité gratuite et tapageuse trop souvent entendue. Avec le recul, son art élégant, noble et racé force l’admiration, car il représente le raffinement et la culture d’un monde à jamais perdu. C’est à l’automne de sa vie, au début des années 1980, qu’il enregistre pour Decca une anthologie en neuf volumes du compositeur hongrois qui fera date, à laquelle il convient d’ajouter d’autres gravures réalisées pour le label espagnol Ensayo, pour RCA dans les années 1970, pour Everest en 1960, ainsi que des enregistrements de studio et de radio dans les années 50, alors qu’il possédait encore tous ses extraordinaires moyens techniques.

Alicia de Larrocha joue Iberia d’Albéniz

Correspondances intimes, ou l’évocation d’une relation si étroite entre une œuvre et un interprète que ce dernier l’a réenregistré plusieurs fois. Ici, la pianiste Alicia de Larrocha et Iberia d’Albéniz. Retour sur ses trois enregistrements.

Dans l'actualité...