Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Eels - Beautiful Freak

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Beautiful Freak

Eels

Disponible en
16-Bit CD Quality 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Pour un premier album, quelle entrée en fanfare dans le monde impitoyable des charts ! Eels peut se vanter en effet d’être le premier groupe signataire du célèbre label de Spielberg DreamWorks. Une incursion du studio hors Hollywood réussie, puisque l’album compte parmi les disques majeurs de l’année 1996. A l’écoute, on comprend bien vite que cette pop californienne-là est trop arrangée, trop iconoclaste, bref trop inclassable pour se rattacher à quelque chose de connu à ce jour. L’auteur et chanteur Mark Olivier Everett (plus connu sous le nom de E) est le fils d’un brillant scientifique, auteur de la théorie des univers parallèles infinis. A l’instar de son père avec la science quantique, le fils ne fait rien comme tout le monde de sa musique.



Dés l’intro de « Novocaïne for the soul », une atmosphère douce d’oppression étrange se déroule paresseusement. Car E et son groupe (Butch à la  batterie, et le bassiste Tommy Walters) cultivent leur différence monstrueuse et belle, comme l'annonce le titre du disque. Leurs chansons évoquent ainsi les délires d’un fumeur de crack (« Susan’s house »), la tentation de racheter le monde pour le sauver morceau par morceau (« Rags to rags ») ou l’amour pour une petite fille difforme (« Beautiful freak », « My beloved monster »). Musicalement, on note une maîtrise du cut, du blanc et du silence hors norme : Le vide devient sens. Volontiers mélancolique, l’album évoque le Radiohead des débuts : guitare électrique et percussions accompagnés d’une voix marquée. L’excellent « Guest list » aux accents blues côtoie le poignant « Spunky », qui narre l’histoire d’un aveugle. La plongée aux enfers continue avec « Your lucky day in hell », qui évoque le râle d’un mourant, pour se finir sur une rupture (« Manchild ») qui rappelle REM. Dès ce premier album, qui cultive le merveilleux et le déprimant avec bonheur, se profile un groupe quasi-culte. La suite ne fera que renforcer cette impression.
© ©Copyright Music Story Damien Waltisperger 2016

Plus d'informations

Beautiful Freak

Eels

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Novocaine For The Soul (Album Version (Explicit))
00:03:08

Mark Goldenberg, Producer, Engineer, Guitar, Keyboards, Co-Producer, AssociatedPerformer, StudioPersonnel, ComposerLyricist - Michael Simpson, Producer, Mixer, Co-Producer, StudioPersonnel - AMIR DERAKH, Engineer, StudioPersonnel - Matt Thorne, Engineer, StudioPersonnel - Eels, MainArtist - E, Producer, Engineer, Guitar, Piano, Vocals, AssociatedPerformer, StudioPersonnel - JON BRION, Engineer, StudioPersonnel - Rob Seifert, Mix Engineer, StudioPersonnel - Mark Oliver Everett, ComposerLyricist - Bill Kinsley, Assistant Mixer, StudioPersonnel - Jim Jacobsen, Engineer, StudioPersonnel - Tommy Walter, Bass Guitar, Vocals, AssociatedPerformer

℗ 1996 Wau! Mr Modo Records Ltd.

2
Susan's House (Album Version)
00:03:43

Mark Goldenberg, Engineer, StudioPersonnel - James D. Weatherly, ComposerLyricist - Michael Simpson, Mixer, StudioPersonnel - AMIR DERAKH, Engineer, StudioPersonnel - Matt Thorne, Engineer, StudioPersonnel - Eels, MainArtist - E, Producer, Engineer, Guitar, Piano, Vocals, AssociatedPerformer, StudioPersonnel - JON BRION, Engineer, StudioPersonnel - Rob Seifert, Mix Engineer, StudioPersonnel - Mark Oliver Everett, ComposerLyricist - Bill Kinsley, Assistant Mixer, StudioPersonnel - Jim Jacobsen, Engineer, Keyboards, Unknown, Other, AssociatedPerformer, StudioPersonnel, ComposerLyricist - Tommy Walter, Bass Guitar, Vocals, AssociatedPerformer

℗ 1996 Wau! Mr Modo Records Ltd.

3
Rags To Rags
00:03:53

Eels, MainArtist - E, Producer - Mark Everett, ComposerLyricist - Michael S. Simpson, Producer, Mixer, StudioPersonnel

℗ 1991 Wau! Mr Modo Records Ltd.

4
Beautiful Freak
00:03:34

Eels, MainArtist - E, Producer - Mark Everett, ComposerLyricist - Michael S. Simpson, Producer, Mixer, StudioPersonnel

℗ 1996 Wau! Mr Modo Records Ltd.

5
Not Ready Yet
00:04:46

Eels, MainArtist - E, Producer - JON BRION, ComposerLyricist - Mark Everett, ComposerLyricist - Michael S. Simpson, Producer, Mixer, StudioPersonnel

℗ 1996 Wau! Mr Modo Records Ltd.

6
My Beloved Monster (Album Version)
00:02:12

Mark Goldenberg, Engineer, Guitar, Keyboards, AssociatedPerformer, StudioPersonnel - Michael Simpson, Mixer, StudioPersonnel - AMIR DERAKH, Engineer, StudioPersonnel - Matt Thorne, Engineer, StudioPersonnel - Eels, MainArtist - E, Producer, Engineer, Guitar, Piano, Vocals, AssociatedPerformer, StudioPersonnel - JON BRION, Producer, Engineer, StudioPersonnel - Rob Seifert, Mix Engineer, StudioPersonnel - Mark Everett, ComposerLyricist - Bill Kinsley, Assistant Mixer, StudioPersonnel - Jim Jacobsen, Engineer, StudioPersonnel - Tommy Walter, Bass Guitar, Vocals, AssociatedPerformer

℗ 1996 Wau! Mr Modo Records Ltd.

7
Flower
00:03:36

Eels, MainArtist - E, Producer - Mark Everett, ComposerLyricist - Michael S. Simpson, Producer, Mixer, StudioPersonnel - Jim Jacobsen, ComposerLyricist

℗ 1996 Wau! Mr Modo Records Ltd.

8
Guest List
00:03:13

Eels, MainArtist - E, Producer - Mark Everett, ComposerLyricist - Michael S. Simpson, Producer, Mixer, StudioPersonnel

℗ 1996 Wau! Mr Modo Records Ltd.

9
Mental
00:04:00

Eels, MainArtist - E, Producer - Mark Everett, ComposerLyricist - Michael S. Simpson, Producer, Mixer, StudioPersonnel

℗ 1996 Wau! Mr Modo Records Ltd.

10
Spunky
00:03:11

Eels, MainArtist - E, Producer - Mark Everett, ComposerLyricist - Michael S. Simpson, Producer, Mixer, StudioPersonnel

℗ 1996 Wau! Mr Modo Records Ltd.

11
Your Lucky Day In Hell (Album Version)
00:04:26

Mark Goldenberg, Producer, Engineer, Guitar, Keyboards, AssociatedPerformer, StudioPersonnel, ComposerLyricist - Michael Simpson, Mixer, StudioPersonnel - AMIR DERAKH, Engineer, StudioPersonnel - Matt Thorne, Engineer, StudioPersonnel - Eels, MainArtist - E, Producer, Engineer, Guitar, Piano, Vocals, AssociatedPerformer, StudioPersonnel - JON BRION, Engineer, StudioPersonnel - Rob Seifert, Mix Engineer, StudioPersonnel - Mark Everett, ComposerLyricist - Bill Kinsley, Assistant Mixer, StudioPersonnel - Jim Jacobsen, Engineer, StudioPersonnel - Tommy Walter, Bass Guitar, Vocals, AssociatedPerformer

℗ 1996 Wau! Mr Modo Records Ltd.

12
Manchild
00:04:05

Jill Sobule, ComposerLyricist - Eels, MainArtist - E, Producer, ComposerLyricist - Michael S. Simpson, Producer, Mixer, StudioPersonnel

℗ 1996 Wau! Mr Modo Records Ltd.

Descriptif de l'album

Pour un premier album, quelle entrée en fanfare dans le monde impitoyable des charts ! Eels peut se vanter en effet d’être le premier groupe signataire du célèbre label de Spielberg DreamWorks. Une incursion du studio hors Hollywood réussie, puisque l’album compte parmi les disques majeurs de l’année 1996. A l’écoute, on comprend bien vite que cette pop californienne-là est trop arrangée, trop iconoclaste, bref trop inclassable pour se rattacher à quelque chose de connu à ce jour. L’auteur et chanteur Mark Olivier Everett (plus connu sous le nom de E) est le fils d’un brillant scientifique, auteur de la théorie des univers parallèles infinis. A l’instar de son père avec la science quantique, le fils ne fait rien comme tout le monde de sa musique.



Dés l’intro de « Novocaïne for the soul », une atmosphère douce d’oppression étrange se déroule paresseusement. Car E et son groupe (Butch à la  batterie, et le bassiste Tommy Walters) cultivent leur différence monstrueuse et belle, comme l'annonce le titre du disque. Leurs chansons évoquent ainsi les délires d’un fumeur de crack (« Susan’s house »), la tentation de racheter le monde pour le sauver morceau par morceau (« Rags to rags ») ou l’amour pour une petite fille difforme (« Beautiful freak », « My beloved monster »). Musicalement, on note une maîtrise du cut, du blanc et du silence hors norme : Le vide devient sens. Volontiers mélancolique, l’album évoque le Radiohead des débuts : guitare électrique et percussions accompagnés d’une voix marquée. L’excellent « Guest list » aux accents blues côtoie le poignant « Spunky », qui narre l’histoire d’un aveugle. La plongée aux enfers continue avec « Your lucky day in hell », qui évoque le râle d’un mourant, pour se finir sur une rupture (« Manchild ») qui rappelle REM. Dès ce premier album, qui cultive le merveilleux et le déprimant avec bonheur, se profile un groupe quasi-culte. La suite ne fera que renforcer cette impression.
© ©Copyright Music Story Damien Waltisperger 2016

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

Aqualung

Jethro Tull

Aqualung Jethro Tull

Thick as a Brick

Jethro Tull

Thick as a Brick Jethro Tull

Tubular Bells

Mike Oldfield

Tubular Bells Mike Oldfield

Crime Of The Century [2014 - HD Remaster]

Supertramp

À découvrir également
Par Eels

Extreme Witchcraft

Eels

Earth to Dora

Eels

The Deconstruction

Eels

Daisies Of The Galaxy

Eels

Good Night On Earth

Eels

Playlists

Dans la même thématique...

Springtime in New York: The Bootleg Series, Vol. 16 / 1980-1985 (Deluxe Edition)

Bob Dylan

Letter To You

Bruce Springsteen

Letter To You Bruce Springsteen

Power Up

AC/DC

Power Up AC/DC

Rumours

Fleetwood Mac

Rumours Fleetwood Mac

Abbey Road (Super Deluxe Edition)

The Beatles

Les Grands Angles...
Objectif Lune : The Dark Side of the Moon

Album phare dans la discographie de Pink Floyd, “The Dark Side of the Moon” est le fruit d’une élaboration relativement lente qui remonte pratiquement à 1968. “A Saucerful of Secrets” (le morceau phare de l’album éponyme) en est, pour Nick Mason, le point de départ. Derrière, “Ummagumma” laissait s’exprimer des personnalités qu’il allait falloir amalgamer pour décrocher la timbale. Pink Floyd poursuivit sa quête du disque idéal avec “Meddle”, sur lequel le groupe accentuait sa maîtrise du travail du studio, et “Atom Heart Mother”, avant d’atteindre le nirvana avec “The Dark Side of the Moon”, dont la perfection ne s’est jamais érodée.

Frank Zappa, pour le meilleur et pour le rire

Plus les années passent depuis la disparition de Frank Zappa le 4 décembre 1993, plus son absence se fait cruellement sentir dans le panorama musical actuel. Non pas qu'on l'ait oublié, mais on cherchera en vain ceux qui peuvent prétendre l’égaler. Le génie aussi cosmique que comique de Frank Zappa n'a aucun équivalent aujourd'hui, car personne, depuis près de trois décennies, n’a été capable comme lui de conjuguer la plus grande exigence musicale avec un humour totalement décomplexé.

Daft Punk, plus rien à ajouter ?

Huit ans après “Random Access Memories”, qui transcendait le concept artistique lancé avec “Homework” en 1995, les Daft Punk ont dit stop. Comme s’il n’y avait plus de réinvention possible après ce dernier album, point d’orgue d’une carrière en forme de tribute à la pop culture des années 1970 et 1980.

Dans l'actualité...