Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Vilde Frang - Bartók : Violin Concerto No. 1 - Enescu : Octet

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Bartók : Violin Concerto No. 1 - Enescu : Octet

Vilde Frang, Philharm. de Radio France, Mikko Franck

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

En réalité, le « Premier » concerto de Bartók devrait comporter le numéro « zéro », puisque le compositeur ne l’acheva pas, ne le fit pas publier, et en offrit le manuscrit à celle qui avait été l’inspiratrice, la violoniste Stefi Geyer de laquelle il était amoureux – à sens unique, hélas pour lui. Geyer ne donna jamais l’ouvrage, et le légua après sa mort à Paul Sacher, qui le créa en 1958 seulement. Le troisième mouvement semble n’avoir jamais été écrit. La violoniste Vilde Frang, guère plus âgée que ne le fut Stefi Geyer à l’époque où Bartók lui faisait la cour, nous offre une lecture juvénile et enflammée de ces deux uniques mouvements. Plus rare, la seconde partie de l’album propose l’Octuor à cordes d’Enesco, que le compositeur a écrit plus ou moins au même âge que Mendelssohn n’écrivit le sien. La grande trouvaille d’Enesco, dans cet Octuor, est de construire pratiquement toute l’œuvre – d’une durée de quelque quarante minutes ! – à partir du thème initial, long et passionné. Le résultat est original, même si Enesco a pu se tourner vers des modèles du passé s’agissant d’une structure en un « bloc » : vers la Wanderer-Fantaisie de Schubert, la Sonate en si mineur de Liszt ou encore les poèmes symphoniques de Richard Strauss. Quelques mois seulement avant qu’Enesco n’écrivît son Octuor, Schönberg offrait sa Nuit transfigurée, encore un exemple de forme complexe en un mouvement. Enesco aurait-il eu l’occasion d’entendre cette Nuit avant de donner jour à son Octuor ? Fort imaginable. © SM/Qobuz

Plus d'info

Bartók : Violin Concerto No. 1 - Enescu : Octet

Vilde Frang

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Violin Concerto No. 1, Sz 36, BB 48a (Béla Bartók)

1
I. Andante sostenuto 00:09:09

Vilde Frang, Violin - Orchestre Philharmonique de Radio France - Mikko Franck, Conductor - Béla Bartók, Composer

2018 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company 2018 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company

2
II. Allegro giocoso 00:11:54

Vilde Frang, Violin - Orchestre Philharmonique de Radio France - Mikko Franck, Conductor - Béla Bartók, Composer

2018 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company 2018 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company

String Octet in C Major, Op. 7 (George Enescu)

3
I. Très modéré 00:11:56

Vilde Frang, Violin - Erik Schumann, Violin - Nicolas Altstaedt, Cello - Lawrence Power, Viola - Lily Francis, Viola - Gabriel Le Magadure, Violin - Jan-Erik Gustavsson, Cello - Roseanne Philippens, Violin - George Enescu, Composer

2018 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company 2018 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company

4
II. Très fougueux 00:07:46

Vilde Frang, Violin - Erik Schumann, Violin - Nicolas Altstaedt, Cello - Lawrence Power, Viola - Lily Francis, Viola - Gabriel Le Magadure, Violin - Jan-Erik Gustavsson, Cello - Roseanne Philippens, Violin - George Enescu, Composer

2018 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company 2018 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company

5
III. Lentement 00:09:10

Vilde Frang, Violin - Erik Schumann, Violin - Nicolas Altstaedt, Cello - Lawrence Power, Viola - Lily Francis, Viola - Gabriel Le Magadure, Violin - Jan-Erik Gustavsson, Cello - Roseanne Philippens, Violin - George Enescu, Composer

2018 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company 2018 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company

6
IV. Mouvement de valse bien rythmée 00:08:07

Vilde Frang, Violin - Erik Schumann, Violin - Nicolas Altstaedt, Cello - Lawrence Power, Viola - Lily Francis, Viola - Gabriel Le Magadure, Violin - Jan-Erik Gustavsson, Cello - Roseanne Philippens, Violin - George Enescu, Composer

2018 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company 2018 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company

Descriptif de l'album

En réalité, le « Premier » concerto de Bartók devrait comporter le numéro « zéro », puisque le compositeur ne l’acheva pas, ne le fit pas publier, et en offrit le manuscrit à celle qui avait été l’inspiratrice, la violoniste Stefi Geyer de laquelle il était amoureux – à sens unique, hélas pour lui. Geyer ne donna jamais l’ouvrage, et le légua après sa mort à Paul Sacher, qui le créa en 1958 seulement. Le troisième mouvement semble n’avoir jamais été écrit. La violoniste Vilde Frang, guère plus âgée que ne le fut Stefi Geyer à l’époque où Bartók lui faisait la cour, nous offre une lecture juvénile et enflammée de ces deux uniques mouvements. Plus rare, la seconde partie de l’album propose l’Octuor à cordes d’Enesco, que le compositeur a écrit plus ou moins au même âge que Mendelssohn n’écrivit le sien. La grande trouvaille d’Enesco, dans cet Octuor, est de construire pratiquement toute l’œuvre – d’une durée de quelque quarante minutes ! – à partir du thème initial, long et passionné. Le résultat est original, même si Enesco a pu se tourner vers des modèles du passé s’agissant d’une structure en un « bloc » : vers la Wanderer-Fantaisie de Schubert, la Sonate en si mineur de Liszt ou encore les poèmes symphoniques de Richard Strauss. Quelques mois seulement avant qu’Enesco n’écrivît son Octuor, Schönberg offrait sa Nuit transfigurée, encore un exemple de forme complexe en un mouvement. Enesco aurait-il eu l’occasion d’entendre cette Nuit avant de donner jour à son Octuor ? Fort imaginable. © SM/Qobuz

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Vilde Frang
Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Histoire de labels : 5 questions à Klaus Heymann, fondateur de Naxos

A l'occasion du 30ème anniversaire de son label, Klaus Heymann a créé pour nous "sa" playlist de 30 plages, qui regroupe des enregistrements qui furent marquants dans l'histoire de Naxos, et d'autres plus récents, qui montrent la créativité et l'ambition actuelle de la marque.

Dans l'actualité...