Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Arabella Steinbacher - Aber der Richtige...

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Aber der Richtige...

Lawrence Foster, WDR Sinfonieorchester Köln, Arabella Steinbacher

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 48.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Richard Strauss n’a que très peu écrit d’œuvres concertantes : le présent concerto pour violon de 1882, la Burleske pour piano et orchestre de 1890, deux concertos pour cor (1883 et 1943, mesurez le temps passé…) et l’ultime fameux concert pour hautbois de 1945. Sans doute le format pré-établi du concerto – ainsi que ceux de la symphonie classique, qu’il n’aborda qu’une seule fois au tout début de son parcours – était-il trop contraignant pour cet esprit libre, voire frondeur. Quelque violoniste désireux de graver un album d’œuvres concertantes pour violon de Strauss n’a donc d’autre choix que de se ruer sur le Concerto Op. 8, ouvrage d’un jeune et fringuant jeune homme de dix-sept ans qui baigne encore dans le langage de Brahms et encore celui des deux concertos de Bruch alors composés – cela dit, des gestes harmoniques et mélodiques déjà straussiens ne manquent pas, en particulier un certain héroïsme. Et pour compléter le programme, l’autre choix ne peut que, naturellement, se porter sur des Lieder réadaptés pour le violon ; Lieder qui sont, comme on le sait, l’un des plus considérables pans de l’œuvre du compositeur. Arabella Steinbacher (dont le prénom lui a été donné en honneur de Strauss !) termine avec la célèbre scène Aber des richtige tirée… d’Arabella, bien sûr. Pour mémoire, Steinbacher poursuit une éblouissante carrière de soliste, en particulier auprès d’orchestres tels que le New York Philharmonic, les symphoniques de Boston, de Cleveland et de Chicago, ainsi que Gewandhaus de Leipzig, l’Orchestre National de France ou encore la Radio bavaroise. © SM/Qobuz

Plus d'informations

Aber der Richtige...

Arabella Steinbacher

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Violin Concerto in D Minor, Op. 8, TrV 110 (Richard Strauss)

1
I. Allegro 00:15:10

Richard Strauss, Composer - Lawrence Foster, Conductor - Arabella Steinbacher, Artist - WDR Symphony Orchestra

(C) 2018 PENTATONE (P) 2018 PENTATONE

2
II. Lento ma non troppo 00:06:09

Richard Strauss, Composer - Lawrence Foster, Conductor - Arabella Steinbacher, Artist - WDR Symphony Orchestra

(C) 2018 PENTATONE (P) 2018 PENTATONE

3
III.. Rondo: Prestissimo 00:08:36

Richard Strauss, Composer - Lawrence Foster, Conductor - Arabella Steinbacher, Artist - WDR Symphony Orchestra

(C) 2018 PENTATONE (P) 2018 PENTATONE

Romanze in F Major, TrV 118 (arr. for violin and orchestra) (Anonyme)

4
Romanze in F Major, TrV 118 (arr. for violin and orchestra) 00:09:40

Richard Strauss, Composer - Lawrence Foster, Conductor - Arabella Steinbacher, Artist - WDR Symphony Orchestra

(C) 2018 PENTATONE (P) 2018 PENTATONE

5 Klavierstücke, Op. 3, TrV 105 (Richard Strauss)

5
5 Piano Pieces, Op. 3, TrV 105: No. 4 in A-Flat Major: Allegro molto (arr. P. von Wienhardt for violin and orchestra) 00:04:12

Richard Strauss, Composer - Lawrence Foster, Conductor - Arabella Steinbacher, Artist - WDR Symphony Orchestra

(C) 2018 PENTATONE (P) 2018 PENTATONE

8 Gedichte aus "Letzte Blätter", Op. 10, TrV 141 (Anonyme)

6
8 Gedichte aus Letzte Blätter, Op. 10, TrV 141: No. 1. Zueignung (arr. for violin and orchestra) 00:01:36

Richard Strauss, Composer - Lawrence Foster, Conductor - Arabella Steinbacher, Artist - WDR Symphony Orchestra

(C) 2018 PENTATONE (P) 2018 PENTATONE

3 Lieder, Op. 29, TrV 172 (Anonyme)

7
No. 1. Traum durch die Dämmerung (arr. for violin and orchestra) 00:02:48

Richard Strauss, Composer - Lawrence Foster, Conductor - Arabella Steinbacher, Artist - WDR Symphony Orchestra

(C) 2018 PENTATONE (P) 2018 PENTATONE

4 Lieder, Op. 27, TrV 170 (Anonyme)

8
No. 2. Cäcilie (arr. for violin and orchestra) 00:02:30

Richard Strauss, Composer - Lawrence Foster, Conductor - Arabella Steinbacher, Artist - WDR Symphony Orchestra

(C) 2018 PENTATONE (P) 2018 PENTATONE

5 Lieder, Op. 41, TrV 195 (Anonyme)

9
No. 1. Wiegenlied (arr. for violin and orchestra) 00:04:31

Richard Strauss, Composer - Lawrence Foster, Conductor - Arabella Steinbacher, Artist - WDR Symphony Orchestra

(C) 2018 PENTATONE (P) 2018 PENTATONE

Arabella, Op. 79, TrV 263 (Richard Strauss)

10
Act I: Aber der Richtige, wenn's einen gibt (arr. P. von Wienhardt for violin and orchestra) 00:05:10

Richard Strauss, Composer - Lawrence Foster, Conductor - Arabella Steinbacher, Artist - WDR Symphony Orchestra

(C) 2018 PENTATONE (P) 2018 PENTATONE

Descriptif de l'album

Richard Strauss n’a que très peu écrit d’œuvres concertantes : le présent concerto pour violon de 1882, la Burleske pour piano et orchestre de 1890, deux concertos pour cor (1883 et 1943, mesurez le temps passé…) et l’ultime fameux concert pour hautbois de 1945. Sans doute le format pré-établi du concerto – ainsi que ceux de la symphonie classique, qu’il n’aborda qu’une seule fois au tout début de son parcours – était-il trop contraignant pour cet esprit libre, voire frondeur. Quelque violoniste désireux de graver un album d’œuvres concertantes pour violon de Strauss n’a donc d’autre choix que de se ruer sur le Concerto Op. 8, ouvrage d’un jeune et fringuant jeune homme de dix-sept ans qui baigne encore dans le langage de Brahms et encore celui des deux concertos de Bruch alors composés – cela dit, des gestes harmoniques et mélodiques déjà straussiens ne manquent pas, en particulier un certain héroïsme. Et pour compléter le programme, l’autre choix ne peut que, naturellement, se porter sur des Lieder réadaptés pour le violon ; Lieder qui sont, comme on le sait, l’un des plus considérables pans de l’œuvre du compositeur. Arabella Steinbacher (dont le prénom lui a été donné en honneur de Strauss !) termine avec la célèbre scène Aber des richtige tirée… d’Arabella, bien sûr. Pour mémoire, Steinbacher poursuit une éblouissante carrière de soliste, en particulier auprès d’orchestres tels que le New York Philharmonic, les symphoniques de Boston, de Cleveland et de Chicago, ainsi que Gewandhaus de Leipzig, l’Orchestre National de France ou encore la Radio bavaroise. © SM/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Arabella Steinbacher

Playlists

Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Danny Elfman en dix albums

Entre féerie et humour déjanté, grandiose et douceur bienveillante, Danny Elfman a bâti en près de quarante ans un style très personnel et bigarré, qu’il distille dans des productions hollywoodiennes éclectiques, signées notamment Tim Burton ou Gus Van Sant. À l’occasion d’un week-end qui lui est consacré à la Philharmonie de Paris, retour sur dix albums essentiels de sa discographie.

Martha Argerich, l'indomptable pianiste

Voilà plus de soixante ans que la pianiste argentine (naturalisée suisse) Martha Argerich enchante le public par son jeu sauvage et impulsif et par une prise de risques de chaque instant. Défiant les difficultés techniques, cet artiste flamboyante a fait de chacune de ses interprétations une aventure dont nous sommes les témoins admiratifs.

Herbert von Karajan et les grands maîtres du classique

Trente ans après sa mort, l’Autrichien Herbert von Karajan (Salzbourg 1908 - Anif 1989) incarne toujours la figure du chef d’orchestre. À la tête de l’orchestre philharmonique de Berlin, qu’il a élevé au rang de marque mondiale pendant presque trente-cinq ans (1955-1989), il a méthodiquement réenregistré le cœur de son répertoire : Beethoven, Brahms, Bruckner, Verdi, Wagner, Strauss…

Dans l'actualité...