Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Sturgill Simpson - A Sailor's Guide to Earth

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

A Sailor's Guide to Earth

Sturgill Simpson

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

2014 fut une année folle pour Sturgill Simpson. Son deuxième album, Metamodern Sounds In Country Music, rafla tous les suffrages et ce songwriter de Jackson, jusqu’ici assez éloigné des sunlights, devint en un claquement de doigt le sauveur de la country music. Une voix comme clonée de celle de Waylon Jennings, une plume totalement originale et des goûts on ne peut plus éclectiques allant de la soul d’antan au rock des Stones et des Clash. Du New York Times à Vogue en passant par le Village Voice, Rolling Stone et le L.A. Times, toutes les gazettes d’outre-Atlantique s’affolaient à juste titre de tant de talent… Ce troisième album, A Sailor’s Guide To Earth, est la vraie conséquence de ce succès soudain qui éloigna Simpson, en tournée aux quatre coins du monde, de son fils qui venait de naître. Un disque en forme de lettre d’amour en quelque sorte. A ce fils qu’il culpabilise de laisser à la maison. Mais aussi à la musique qui l’a forgé. « Je voulais explorer les différents styles que j’aime. Comme un périple en musique. J’écoute beaucoup de Marvin Gaye et de Bill Withers. J’aime la façon dont George Harrison chantait et j’ai essayé d’incorporer ça également. Certaines personnes diront sans doute que j’essaie de fuir la country mais je ne peux pas faire autre chose qu’un disque de country. Dès que j’ouvre la bouche, ça donne une chanson country. » Et son fils donc : « Je n’arrêtais pas de m’interroger si je voulais vraiment rester sur la route durant tous ces mois, dans un bus de tournée, et passer à côté d’un tas de choses. Ce fut le point de départ de cet album, la culpabilité et le mal du pays. Il fallait que je traduise tout ça en musique et j’ai donc décidé d’écrire la totalité de l’album du point de vue d’un marin partant en mer sans savoir s’il reviendrait un jour chez lui… » Une vraie psychanalyse pour Sturgill Simpson qui fait aussi un parallèle entre les lettres envoyées à sa grand-mère par son grand-père alors sur le front dans le sud du Pacifique durant la Seconde Guerre Mondiale. « J’ai lu notamment cette lettre d’adieu qu’il lui a adressée à elle et à son bébé qui venait de naître, persuadé qu’il ne les reverrait jamais. Finalement, cinq ans plus tard il est rentré au pays… Je savais que je voulais faire un album concept dans la forme, comme mes disques préférés de Marvin Gaye où le résultat est un flot continue. Je voulais également que ce soit quelque chose que mon fils puisse écouter plus tard quand il sera grand et que je serai parti pour comprendre qui j’étais. Je voulais lui parler le plus directement possible. » A l’arrivée, A Sailor’s Guide To Earth est un album aussi fascinant que sa feuille de route le laissait présager. N’en faire qu’un opus de country est évidemment la blague à éviter, tant Simpson vise et tire dans tous les angles, à tous les niveaux. Epaulé par la section de cuivres des Dap-Kings sur la majorité des chansons, il lorgne aussi bien vers le Elvis de 1969 (période Chips Moman) que la country soul d’un Tony Joe White, réveille les fantômes de la soul de Muscle Shoals, lâche des punchlines dignes de John Prine et, histoire de brouiller encore plus les pistes, immisce en plein milieu du disque une géniale reprise de In Bloom de Nirvana avec pedal steel et cuivres ! Du grand art. © MZ/Qobuz

Plus d'informations

A Sailor's Guide to Earth

Sturgill Simpson

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Welcome to Earth (Pollywog)
00:04:53

Dan Dugmore, Pedal Steel Guitar - Gavin Lurssen, MasteringEngineer - David Guy, Flugelhorn, Trumpet - Neal Sugarman, Tenor Saxophone - Ian Hendrickson-Smith, Alto Saxophone, Baritone Saxophone - Garo Yellin, Cello - Jonathan Dinklage, Violin - Sean Sullivan, RecordingEngineer - Clark Gayton, Trombone - The Dap-Kings, Arrangement Horn - David Ferguson, MixingEngineer, RecordingEngineer - Whitney Lagrange, Violin - Arthur Cook, Cello - Sturgill Simpson, Producer, Acoustic Guitar, Vocals, Writer, 12 String Guitar, Arrangement Horn, Synthesizer, Moog, MainArtist - Robert Emmett, Organ, Synthesizer, Moog, Wurlitzer - Dave Roe, Bass Guitar - Miles Miller, Drums - Jefferson Crow, Piano - Jefferson Steinberg, String Arranger - Laur Joamets, Electric Guitar, Slide Guitar

© 2016 Atlantic Recording Corporation for the United States and WEA International Inc. for the world outside of the United States. A Warner Music Group Company ℗ 2016 Atlantic Recording Corporation

2
Breakers Roar
00:03:33

Dan Dugmore, Pedal Steel Guitar - Gavin Lurssen, MasteringEngineer - Garo Yellin, Cello - Jonathan Dinklage, Violin - Sean Sullivan, RecordingEngineer - David Ferguson, MixingEngineer, RecordingEngineer - Whitney Lagrange, Violin - Arthur Cook, Cello - Sturgill Simpson, Producer, Acoustic Guitar, Vocals, Writer, MainArtist - Robert Emmett, Organ - Dave Roe, Bass Guitar - Miles Miller, Drums - Jefferson Steinberg, String Arranger

© 2016 Atlantic Recording Corporation for the United States and WEA International Inc. for the world outside of the United States. A Warner Music Group Company ℗ 2016 Atlantic Recording Corporation

3
Keep It Between the Lines
00:04:01

Dan Dugmore, Pedal Steel Guitar - Gavin Lurssen, MasteringEngineer - David Guy, Flugelhorn, Trumpet - Neal Sugarman, Tenor Saxophone - Ian Hendrickson-Smith, Alto Saxophone, Tenor Saxophone - Sean Sullivan, RecordingEngineer - Clark Gayton, Trombone - The Dap-Kings, Horn - David Ferguson, MixingEngineer, RecordingEngineer - Sturgill Simpson, Producer, Lead Vocals, Writer, MainArtist - Robert Emmett, Organ, Background Vocals, Wurlitzer - Dave Roe, Drums - Miles Miller, Background Vocals - Jefferson Crow, Piano - Jefferson Steinberg, Arrangement Horn - Laur Joamets, Electric Guitar

© 2016 Atlantic Recording Corporation for the United States and WEA International Inc. for the world outside of the United States. A Warner Music Group Company ℗ 2016 Atlantic Recording Corporation

4
Sea Stories
00:03:17

Dan Dugmore, Pedal Steel Guitar - Gavin Lurssen, MasteringEngineer - Sean Sullivan, RecordingEngineer - David Ferguson, MixingEngineer, RecordingEngineer - Sturgill Simpson, Producer, Acoustic Guitar, Lead Vocals, Writer, Background Vocals, MainArtist - Robert Emmett, Organ - Dave Roe, Bass Guitar - Miles Miller, Drums, Background Vocals - Jefferson Crow, Piano - Laur Joamets, Electric Guitar

© 2016 Atlantic Recording Corporation for the United States and WEA International Inc. for the world outside of the United States. A Warner Music Group Company ℗ 2016 Atlantic Recording Corporation

5
In Bloom
00:04:01

Dan Dugmore, Pedal Steel Guitar - Gavin Lurssen, MasteringEngineer - Kurt Cobain, Writer - David Guy, Flugelhorn, Trumpet - Neal Sugarman, Tenor Saxophone - Ian Hendrickson-Smith, Alto Saxophone, Baritone Saxophone - Garo Yellin, Cello - Jonathan Dinklage, Violin - Sean Sullivan, RecordingEngineer - Clark Gayton, Trombone - The Dap-Kings, Horn - David Ferguson, MixingEngineer, RecordingEngineer - Whitney Lagrange, Violin - Arthur Cook, Cello - Sturgill Simpson, Producer, Acoustic Guitar, Vocals, 12 String Guitar, MainArtist - Robert Emmett, Keyboards, Organ - Dave Roe, Bass Guitar - Miles Miller, Drums - Jefferson Crow, Piano - Jefferson Steinberg, String Arranger, Arrangement Horn

© 2016 Atlantic Recording Corporation for the United States and WEA International Inc. for the world outside of the United States. A Warner Music Group Company ℗ 2016 Atlantic Recording Corporation

6
Brace for Impact (Live a Little)
00:05:49

Dan Dugmore, Pedal Steel Guitar - Gavin Lurssen, MasteringEngineer - Sean Sullivan, RecordingEngineer - David Ferguson, MixingEngineer, RecordingEngineer - Sturgill Simpson, Producer, Acoustic Guitar, Lead Vocals, Writer, Background Vocals, Synthesizer, Moog, MainArtist - Robert Emmett, Organ, Background Vocals - Dave Roe, Bass Guitar - Miles Miller, Drums, Background Vocals - Jefferson Crow, Wurlitzer - Laur Joamets, Electric Guitar

© 2016 Atlantic Recording Corporation for the United States and WEA International Inc. for the world outside of the United States. A Warner Music Group Company ℗ 2016 Atlantic Recording Corporation

7
All Around You
00:03:36

Gavin Lurssen, MasteringEngineer - David Guy, Trumpet - Neal Sugarman, Tenor Saxophone - Ian Hendrickson-Smith, Alto Saxophone, Baritone Saxophone - Garo Yellin, Cello - Jonathan Dinklage, Violin - Sean Sullivan, RecordingEngineer - Clark Gayton, Trombone - The Dap-Kings, Horn - David Ferguson, MixingEngineer, RecordingEngineer - Whitney Lagrange, Violin - Arthur Cook, Cello - Sturgill Simpson, Producer, Acoustic Guitar, Vocals, Writer, MainArtist - Robert Emmett, Organ - Dave Roe, Bass Guitar - Miles Miller, Drums - Jefferson Crow, Piano - Jefferson Steinberg, String Arranger, Arrangement Horn - Laur Joamets, Electric Guitar

© 2016 Atlantic Recording Corporation for the United States and WEA International Inc. for the world outside of the United States. A Warner Music Group Company ℗ 2016 Atlantic Recording Corporation

8
Oh Sarah
00:04:15

Dan Dugmore, Pedal Steel Guitar - Gavin Lurssen, MasteringEngineer - Garo Yellin, Cello - Jonathan Dinklage, Violin - Sean Sullivan, RecordingEngineer - David Ferguson, MixingEngineer, RecordingEngineer - Whitney Lagrange, Violin - Arthur Cook, Cello - Sturgill Simpson, Producer, Acoustic Guitar, Vocals, Writer, MainArtist - Robert Emmett, Organ, Synthesizer, Moog - Dave Roe, Bass Guitar - Miles Miller, Drums - Jefferson Crow, Piano - Jefferson Steinberg, String Arranger

© 2016 Atlantic Recording Corporation for the United States and WEA International Inc. for the world outside of the United States. A Warner Music Group Company ℗ 2016 Atlantic Recording Corporation

9
Call to Arms
00:05:30

Dan Dugmore, Pedal Steel Guitar - Gavin Lurssen, MasteringEngineer - David Guy, Flugelhorn, Trumpet - Neal Sugarman, Tenor Saxophone - Ian Hendrickson-Smith, Alto Saxophone, Baritone Saxophone - Sean Sullivan, RecordingEngineer - Clark Gayton, Trombone - The Dap-Kings, Horn, Arrangement Horn - David Ferguson, MixingEngineer, RecordingEngineer - Kevin Black, Bass Guitar - Sturgill Simpson, Producer, Acoustic Guitar, Vocals, Writer, Arrangement Horn, MainArtist - Robert Emmett, Organ - Miles Miller, Drums - Jefferson Crow, Piano - Laur Joamets, Electric Guitar - Dougie Wilkinson, Bagpipes

© 2016 Atlantic Recording Corporation for the United States and WEA International Inc. for the world outside of the United States. A Warner Music Group Company ℗ 2016 Atlantic Recording Corporation

Descriptif de l'album

2014 fut une année folle pour Sturgill Simpson. Son deuxième album, Metamodern Sounds In Country Music, rafla tous les suffrages et ce songwriter de Jackson, jusqu’ici assez éloigné des sunlights, devint en un claquement de doigt le sauveur de la country music. Une voix comme clonée de celle de Waylon Jennings, une plume totalement originale et des goûts on ne peut plus éclectiques allant de la soul d’antan au rock des Stones et des Clash. Du New York Times à Vogue en passant par le Village Voice, Rolling Stone et le L.A. Times, toutes les gazettes d’outre-Atlantique s’affolaient à juste titre de tant de talent… Ce troisième album, A Sailor’s Guide To Earth, est la vraie conséquence de ce succès soudain qui éloigna Simpson, en tournée aux quatre coins du monde, de son fils qui venait de naître. Un disque en forme de lettre d’amour en quelque sorte. A ce fils qu’il culpabilise de laisser à la maison. Mais aussi à la musique qui l’a forgé. « Je voulais explorer les différents styles que j’aime. Comme un périple en musique. J’écoute beaucoup de Marvin Gaye et de Bill Withers. J’aime la façon dont George Harrison chantait et j’ai essayé d’incorporer ça également. Certaines personnes diront sans doute que j’essaie de fuir la country mais je ne peux pas faire autre chose qu’un disque de country. Dès que j’ouvre la bouche, ça donne une chanson country. » Et son fils donc : « Je n’arrêtais pas de m’interroger si je voulais vraiment rester sur la route durant tous ces mois, dans un bus de tournée, et passer à côté d’un tas de choses. Ce fut le point de départ de cet album, la culpabilité et le mal du pays. Il fallait que je traduise tout ça en musique et j’ai donc décidé d’écrire la totalité de l’album du point de vue d’un marin partant en mer sans savoir s’il reviendrait un jour chez lui… » Une vraie psychanalyse pour Sturgill Simpson qui fait aussi un parallèle entre les lettres envoyées à sa grand-mère par son grand-père alors sur le front dans le sud du Pacifique durant la Seconde Guerre Mondiale. « J’ai lu notamment cette lettre d’adieu qu’il lui a adressée à elle et à son bébé qui venait de naître, persuadé qu’il ne les reverrait jamais. Finalement, cinq ans plus tard il est rentré au pays… Je savais que je voulais faire un album concept dans la forme, comme mes disques préférés de Marvin Gaye où le résultat est un flot continue. Je voulais également que ce soit quelque chose que mon fils puisse écouter plus tard quand il sera grand et que je serai parti pour comprendre qui j’étais. Je voulais lui parler le plus directement possible. » A l’arrivée, A Sailor’s Guide To Earth est un album aussi fascinant que sa feuille de route le laissait présager. N’en faire qu’un opus de country est évidemment la blague à éviter, tant Simpson vise et tire dans tous les angles, à tous les niveaux. Epaulé par la section de cuivres des Dap-Kings sur la majorité des chansons, il lorgne aussi bien vers le Elvis de 1969 (période Chips Moman) que la country soul d’un Tony Joe White, réveille les fantômes de la soul de Muscle Shoals, lâche des punchlines dignes de John Prine et, histoire de brouiller encore plus les pistes, immisce en plein milieu du disque une géniale reprise de In Bloom de Nirvana avec pedal steel et cuivres ! Du grand art. © MZ/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

Aqualung

Jethro Tull

Aqualung Jethro Tull

Crime Of The Century [2014 - HD Remaster]

Supertramp

Thick as a Brick

Jethro Tull

Thick as a Brick Jethro Tull

Misplaced Childhood

Marillion

À découvrir également
Par Sturgill Simpson

The Ballad of Dood & Juanita

Sturgill Simpson

The Ballad of Dood & Juanita Sturgill Simpson

Cuttin' Grass - Vol. 1 (Butcher Shoppe Sessions)

Sturgill Simpson

Cuttin' Grass - Vol. 2 (Cowboy Arms Sessions)

Sturgill Simpson

Sound & Fury

Sturgill Simpson

Sound & Fury Sturgill Simpson

Paradise

Sturgill Simpson

Paradise Sturgill Simpson

Playlists

Dans la même thématique...

Boots

Nancy Sinatra

Boots Nancy Sinatra

BD Music Presents Johnny Cash

Johnny Cash

Start Walkin' 1965-1976

Nancy Sinatra

Start Walkin' 1965-1976 Nancy Sinatra

Starting Over

Chris Stapleton

Starting Over Chris Stapleton

That's Life

Willie Nelson

That's Life Willie Nelson
Les Grands Angles...
Outlaw country : révolte à Nashville

Au début des années 70, un gang de renégats envoie valdinguer la country de Nashville, ses codes, son diktat, ses productions lisses et ses clichés. Emmenée par Waylon Jennings, Willie Nelson et quelques autres sauvages aux cheveux longs, cette révolte outlaw insuffle un esprit rock’n’roll dans un genre devenu conservateur.

Ray Charles, styliste sous influence

Père fondateur de la soul dont la carrière a duré un demi-siècle, Ray Charles ne saurait se résumer à la poignée de tubes que tout le monde connaît. C’est surtout le maître du crossover musical, la variété haut de gamme qui fait du mélange des genres un art, en approche un pour mieux embrasser l’autre. Ray Charles a sécularisé le gospel, enrichi le blues, joué du jazz, chanté de la country et frôlé le rock’n’roll. Retour sur son style unique fondé sur les cinq qui précèdent.

Americana, l’Amérique par les racines

L’étiquette a beau sentir le coup marketing fumeux, l’americana synthétise pourtant bien depuis une vingtaine d’années cette fusion du rock, de la country, du blues et du rhythm’n’blues. Et comme dans toutes les grandes familles, on y croise à peu près tout le monde : la fille rebelle, l’oncle cultivé, le père agité, la cousine habitée…

Dans l'actualité...