Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Blue Öyster Cult - 45th Anniversary - Live in London

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

45th Anniversary - Live in London

Blue Oyster Cult

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

En 2017, Blue Öyster Cult soufflaient leurs 45 bougies lors d’une tournée marathon. Clou de cette célébration, un concert londonien le 17 juin lors duquel le gang désormais septuagénaire rejoua l’intégralité de son premier album. Si ce disque éponyme paru en janvier 1972 se situait au carrefour du blues, de la pop et du psychédélique, c’est comme pionnier du hard rock que l’on s’en souvient le plus. Cette prestation le rappelle et prouve surtout que les Américains en ont encore dans le ventre. L’énergie déployée par la bande d’Eric Bloom et de Donald "Buck Dharma" Roeser (les deux survivants du premier line-up du BÖC) s'avère efficace : les riffs sont tranchants (Stairway to the Stars) et les solos de guitare bien plus longs et frénétiques qu’en 1969 (Then Came the Last Days of May). Une performance XXL qui fait plus écho à l’âge d’or du metal qu'au summer of love. © IF/Qobuz

Plus d'informations

45th Anniversary - Live in London

Blue Öyster Cult

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 60 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 60 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Transmaniacon MC Live
00:03:34

Blue Oyster Cult, MainArtist

(C) 2020 Frontiers Records (P) 2020 Frontiers Records

2
I'm on the Lamb but I Ain't No Sheep Live
00:03:16

Blue Oyster Cult, MainArtist

(C) 2020 Frontiers Records (P) 2020 Frontiers Records

3
Then Came the Last Days of May Live
00:10:35

Blue Oyster Cult, MainArtist

(C) 2020 Frontiers Records (P) 2020 Frontiers Records

4
Stairway to the Stars Live
00:03:55

Blue Oyster Cult, MainArtist

(C) 2020 Frontiers Records (P) 2020 Frontiers Records

5
Before the Kiss a Redcap Live
00:05:30

Blue Oyster Cult, MainArtist

(C) 2020 Frontiers Records (P) 2020 Frontiers Records

6
Screams Live
00:03:06

Blue Oyster Cult, MainArtist

(C) 2020 Frontiers Records (P) 2020 Frontiers Records

7
She's Beautiful as a Foot Live
00:02:59

Blue Oyster Cult, MainArtist

(C) 2020 Frontiers Records (P) 2020 Frontiers Records

8
Cities on Flame with Rock and Roll Live
00:06:21

Blue Oyster Cult, MainArtist

(C) 2020 Frontiers Records (P) 2020 Frontiers Records

9
Workshop of the Telescopes Live
00:03:48

Blue Oyster Cult, MainArtist

(C) 2020 Frontiers Records (P) 2020 Frontiers Records

10
Redeemed Live
00:03:48

Blue Oyster Cult, MainArtist

(C) 2020 Frontiers Records (P) 2020 Frontiers Records

11
Buck's Boogie Live
00:07:34

Blue Oyster Cult, MainArtist

(C) 2020 Frontiers Records (P) 2020 Frontiers Records

12
Godzilla Live
00:04:29

Blue Oyster Cult, MainArtist

(C) 2020 Frontiers Records (P) 2020 Frontiers Records

13
(Don't Fear) The Reaper Live
00:07:02

Blue Oyster Cult, MainArtist

(C) 2020 Frontiers Records (P) 2020 Frontiers Records

14
Tattoo Vampire Live
00:02:47

Blue Oyster Cult, MainArtist

(C) 2020 Frontiers Records (P) 2020 Frontiers Records

15
Hot Rails to Hell Live
00:04:59

Blue Oyster Cult, MainArtist

(C) 2020 Frontiers Records (P) 2020 Frontiers Records

Descriptif de l'album

En 2017, Blue Öyster Cult soufflaient leurs 45 bougies lors d’une tournée marathon. Clou de cette célébration, un concert londonien le 17 juin lors duquel le gang désormais septuagénaire rejoua l’intégralité de son premier album. Si ce disque éponyme paru en janvier 1972 se situait au carrefour du blues, de la pop et du psychédélique, c’est comme pionnier du hard rock que l’on s’en souvient le plus. Cette prestation le rappelle et prouve surtout que les Américains en ont encore dans le ventre. L’énergie déployée par la bande d’Eric Bloom et de Donald "Buck Dharma" Roeser (les deux survivants du premier line-up du BÖC) s'avère efficace : les riffs sont tranchants (Stairway to the Stars) et les solos de guitare bien plus longs et frénétiques qu’en 1969 (Then Came the Last Days of May). Une performance XXL qui fait plus écho à l’âge d’or du metal qu'au summer of love. © IF/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
Blue Train John Coltrane
Chopin : Piano Concertos Benjamin Grosvenor
Live In Europe Melody Gardot
À découvrir également
Par Blue Öyster Cult
The Symbol Remains Blue Öyster Cult
Cult Classic (Remastered) Blue Öyster Cult
Hard Rock Live Cleveland 2014 Blue Öyster Cult
Agents Of Fortune Blue Öyster Cult
Fire of Unknown Origin Blue Öyster Cult
Dans la même thématique...
Whoosh! Deep Purple
Made In Japan Deep Purple
1984 Van Halen
Midnight Empire One Desire
Les Grands Angles...
La naissance du death metal suédois

Berceau d’une quantité incalculable de groupes de metal, la Suède s’est illustrée au niveau international au début des années 90 avec l’apparition soudaine d’une scène death metal féconde et dynamique. Petit retour en arrière pour comprendre comment s’est développée cette chapelle musicale et ce qui fait son originalité.

Diabolus in musica – 50 ans de Black Sabbath

A l’automne 1969, quatre jeunes de Birmingham s’entassent dans un studio de Londres pour ce qui ressemble à leur dernière chance de faire carrière dans la musique. Ils ont 24 heures pour enregistrer et faire basculer leur destin. Ils en ressortiront avec “Black Sabbath”, premier album du combo du même nom mené par Ozzy Osbourne et le guitariste Tony Iommi, qui convertira toute une génération au heavy metal. Retour sur une révolution sonique.

Alice Cooper n’évite pas le danger

Le parcours d’Alice Cooper est avant un cas exceptionnel de dédoublement de personnalité. Comme dans “L’Étrange Cas du docteur Jekyll et de Mister Hyde”, le chanteur Vincent Furnier s’est abandonné à la domination du showman Alice Cooper. Mais de son propre aveu, celui qui parle toujours d’Alice à la troisième personne dans les interviews reste un homme tout à fait simple et normal en privé, loin de cette scène où il a multiplié excès et provocations. Tout au long de ses cinquante-quatre ans de carrière, on pourra en outre déceler une certaine schizophrénie dans ses nombreux changements de style. Si on lui attribue l’invention du shock rock, il a touché à tout, ou presque, avec plus ou moins de réussite, de la pop aux prémices du hard-rock en passant par le heavy metal, la new wave ou l’indus…

Dans l'actualité...