Keith Jarrett, une histoire d'amour

A l'occasion de la sortie de Last Dance enregistré en duo avec Charlie Haden

Par Jean-Michel Proust | L'édito de Jean-Michel Proust | 19 mai 2014
Réagir
Qobuz

Entre Keith Jarrett et nous, c’est une éternelle histoire d’amour, avec ses hauts et ses bas. Mais il faut bien le dire, même si certains épisodes de notre vie commune peut provoquer de l’agacement, nous avons plutôt connu des hauts avec ce pianiste d’exception. Et cette « dernière danse » n’est pas pour nous déplaire. Il est bien question d’amour dans ce nouveau disque, mais cette fois-ci, de l’amour de Keith Jarrett pour lui même !!!
Remontons quelques années en arrière, il y a trois ans, le pianiste nous présentait son album Jasmine enregistré juste en duo avec son ami de trente ans, Charlie Haden (avec lequel il n’avait plus enregistré depuis trente ans) et s’était dit éperdument amoureux de cet album. « L'enregistrement a eu lieu en 2007, mais il m'a fallu trois ans et des centaines d'heures d'écoute pour accoucher de ce disque... » et le pianiste d’ajouter dans les notes de pochette de l’album « Invitez votre femme ou votre mari ou votre amant tard dans la nuit, asseyez-vous et écoutez. Ce sont de splendides chansons d'amour, jouées par des musiciens qui essaient de communiquer leur pur message. J'espère que vous pourrez l'entendre comme nous l'avons entendu. ». Oui, on l’avait bien compris, Keith Jarrett avait adoré son album enregistré sur son vieux Steinway avec son ami contrebassiste Charlie Haden dans le minuscule studio de sa maison perdue dans les bois du New Jersey, aux Etats-Unis. « Nous avons passé trois jours et trois nuits à improviser sur des classiques. Les mélodies s'imposaient à nous. J'étais ébloui. Je voyais la musique. J'avais l'impression d'évoluer comme un pinceau sur une toile blanche. Il s'est également passé une chose étrange : dès que l'on jouait, une fragrance emplissait la pièce... Un parfum de jasmin (jasmine, en anglais). Finalement, nous avons enregistré plus de dix heures de musique. J'ai adoré jouer en duo : auparavant, il y avait toujours un batteur entre Charlie et moi ; nous n'en avons plus besoin. Le rythme est en nous. C'est ce qui a permis à Charlie de converser avec moi dans les mélodies. Nous étions sur un tapis volant. ». Ce Last Dance qui sort aujourd’hui n’est autre que l’exploitation d’autres prises enregistrées lors de ces trois jours de musique intime, romantique et élégiaque. Il aurait été dommage de ne pas en faire profiter tout le monde. Un album qui vient ensoleiller ce printemps 2014.

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters