First Aid Kit, il était une fois en Amérique

Les sœurs suédoises concoctent un album sur la côte ouest des Etats-Unis...

Par Max Dembo | Vidéo du jour | 19 janvier 2018
Réagir
Qobuz

Lorsqu’elles publient The Big Black And The Blue en 2010, Johanna et Klara Söderberg n’ont respectivement que 20 et 23 ans. Rapidement, le nom des deux sœurs suédoises va s’installer tout en haut de l’affiche grâce à leurs relectures boisées de chansons signées Fleet Foxes, Lorde, Jack White ou bien encore Black Sabbath... Mais, dans la foulée, First Aid Kit impose surtout son style. Une sorte de folk rêveur aussi frais qu’envoûtant et au cœur duquel scintillent des harmonies vocales resplendissantes…

Pour leur quatrième album qui paraît aujourd'hui, les Söderberg se sont envolées sur la côte Ouest des Etats-Unis. Ecrit en Californie (Los Angeles) et enregistré dans l’Oregon (Portland), Ruins est sans doute leur plus bel accomplissement. Le plus solide fil tiré entre leur Suède natale et l’Amérique de leurs rêves. Produit par l’excellent Tucker Martine, expert en country classe et racée, voilà surtout un disque qui puise son inspiration dans le vaste patrimoine de l’Americana (de l’époque Gram Parsons/Emmylou Harris aux plus récents Fleet Foxes) pour ressembler avant toute chose à ses auteurs. Arrangements chatoyants, rythmiques moelleuses, harmonies vocales intenses et invités de renom (Peter Buck de R.E.M., Glenn Kotche de Wilco et McKenzie Smith de Midlake), tout est là pour rendre leur folk rock encore plus luxueux que sur The Lion's Roar (2012) et Stay Gold (2014). Difficile de ne pas déballer la formule très « clichée » : l’album de la maturité.





Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters