Marianne Faithfull : «Je n'idolâtre pas les sixties !»

A son domicile parisien, elle reçoit pour évoquer son nouvel album, son écriture, les sixties et cette planète de plus en plus réactionnaire.

Par Marc Zisman | Vidéos | 28 novembre 2018
Réagir
Qobuz

Au siècle dernier déjà, le chant de Marianne Faithfull était une faille. Une fêlure vocale, sublime et unique, reconnaissable en deux syllabes. Le temps a juste amplifié ce gouffre de vie et de mort toujours fascinant. Celle que les paresseux réduisent à son statut d’ancienne muse des Rolling Stones donne de ses nouvelles avec un 21e album renversant.

La reine Marianne de Negative Capability signe un tourbillon assez folk, brassant aussi bien son passé que notre présent. Ce disque mélancolique est surtout un puzzle qui lui ressemble. Elle revisite ce As Tears Go By que Mick Jagger, Keith Richards et Andrew Loog Oldham lui avaient offert en 1964. Elle chante aussi en duo avec Nick Cave et attrape même la mort par le colbac sur They Come at Night, blues sombre coécrit avec Mark Lanegan sur les attentats du Bataclan.

A 71 ans et malgré une santé défaillante, Marianne Faithfull reste une chanteuse singulière et essentielle. Une voix qui reçoit Qobuz chez elle, à son domicile parisien, pour évoquer ce nouveau disque et lâcher quelques pensées sur son passé ; et son présent.



ECOUTEZ NEGATIVE CAPABILITY DE MARIANNE FAITHFULL SUR QOBUZ


Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters