Gergiev et le LSO visitent Paris

Le 13 et 14 octobre à Pleyel, première pierre du cycle que le LSO et son directeur musical russe consacrent à Prokofiev.

Par Marc Zisman | Sur Scène | 17 septembre 2008
Réagir
Qobuz

« Un mauvais garçon provocateur », dit Valery Gergiev, du compositeur de Pierre et le Loup. C’est ainsi que l’intégrale des symphonies de Prokofiev jouée par le London Symphony Orchestra (LSO), sous la direction de son directeur musical, promet son lot de surprises.

Rien que pour le rendez-vous du mois d’octobre, les Parisiens auront rendez-vous à Pleyel avec les symphonies « extrêmes », entremêlées par deux pièces concertantes parmi les plus célèbres de la musique classique : le féerique Premier concerto pour violon sera joué par l’étonnant Leonidas Kavakos, et le turbulent Deuxième concerto pour piano sera, quant à lui, interprété par Vladimir Felstman, une des grandes intelligences du piano d’aujourd’hui.

Lundi 13 octobre, la soirée comprendra donc la Symphonie n°1, le Concerto pour piano n°2 et la Symphonie n°6. Le lendemain, mardi 14, Gergiev dirigera donc la Symphonie n°2, le Concerto pour violon n°1 et la Symphonie n°7.

Valery Gergiev

Après des études au conservatoire Rimsky Korsakov de Leningrad dans la classe du professeur Musin, Valery Gergiev remporte à 23 ans le concours Herbert von Karajan à Berlin. A l’âge de 35 ans, Gergiev est nommé directeur artistique du Kirov, et est depuis 1996 le directeur général du Théâtre Mariinky. Tout au long des années dévouées à ce théâtre, Valery Gergiev n’a eu de cesse d’en faire la meilleure compagnie au monde.

En 15 ans, le répertoire s’est considérablement élargi. A noter, le retour à Saint-Pétersbourg des opéras de Wagner, tels Lohengrin, Parsifal, Der Fliegende Hollander, pour ne rien dire de la représentation de la Tétralogie du Ring en allemand qui fut un événement sans précédent en Russie.

Valery Gergiev est le fondateur et le directeur artistique de nombreux festivals musicaux, notamment le Mikkeli Festival en Finlande, le Festival de la Mer Rouge, le Festival Gergiev à Rotterdam et le festival de Pâques à Moscou. Il est également la source d’inspiration des Nuits Blanches de Saint-Pétersbourg.

Chef principal invité du Met Opera de New York depuis 1997 à 2002 et du Rotterdam Philharmonique depuis 1995, Gergiev est le chef principal du London Symphony Orchestra.

Vladimir Feltsman

Né à Moscou en 1952, Vladimir Feltsman entre au Conservatoire Tchaïkovski et étudie le piano avec le professeur Jacob Flier. En 1971, il remporte le Grand Prix du Concours International Marguerite Long à Paris, ce qui sera suivi d’un grand nombre de tournées en Union soviétique, en Europe et au Japon.

En 1979, à cause de son mécontentement vis-à-vis de l’idéologie soviétique et du contrôle rigide du gouvernement sur les arts, Feltsman essaie de quitter l’Union Soviétique et demande un visa d’exil. Il est alors immédiatement interdit de toutes sortes de concerts publics. Après huit ans de lutte et d’exil artistique, on lui accorde le droit de quitter l’Union soviétique.

Dès son arrivée aux Etats-Unis en 1987, Vladimir Feltsman est accueilli à la Maison Blanche où il donne son premier concert. La même année, il fait ses débuts à Carnegie Hall et est reconnu comme l’un des plus grands pianistes de la scène américaine. Le vaste répertoire de Feltsman s’étend du baroque au XXème siècle. Son projet le plus récent, Masterpieces of the Russian Underground comprend un panorama sans précédent pour piano et musique de chambre de quatorze compositeurs russes allant de Chostakovitch aux compositeurs de nos jours.

Vladimir Feltsman a enregistré pour Sony Classical, Music Masters et Melodiya notamment six albums d’œuvres de Bach pour clavier, les cinq dernières sonates de Beethoven, des œuvres pour piano seul de Schubert, Chopin, Liszt, Brahms et Messiaen ainsi que des concertos de Bach, Chopin, Tchaïkovski, Rachmaninov et Prokofiev.

Leonidas Kavakos

Leonidas Kavakos s’affirme comme un violoniste et un artiste d’une rare intégrité. La reconnaissance internationale survient lorsqu’il gagne le Concours Sibelius en 1985 puis Paganini en 1988. Depuis, Kavakos a joué dans toutes les salles de concert avec les plus grands orchestres et les plus grands chefs, tels que -la saison passée -, Herbert Blomstedt, Pierre Boulez, Riccardo Chailly, Christoph von Dohnanyi, Valery Gergiev, Ivan Fischer, Daniel Harding, Zubin Mehta, Christian Thielemann et Osmo Vanska.

En octobre 2007, Kavakos a pris la direction artistique de la Camerata Salzburg, succédant ainsi à Sir Roger Norrington. Il dirige également son propre festival au Megaron d’Athènes.

Jouant d’un « Falmouth » Stradivarius de 1692, Leonidas Kavakos est un également un musicien de chambre reconnu et collabore avec de nombreux partenaires distingués tels que Heinrich Schiff, Natalia Gutman, Emanuel Ax, Lars Vogt ou Elisabeth Leonskaya. Outre ses récents concertos de Mozart avec la Camerata Salzburg, Kavakos possède une riche discographie.

La critique du mensuel britannique Gramophone en mai 2005 parlait d’un enregistrement d’œuvres de Bach et Stravinsky sur ECM en ces termes : « L’exquise tendresse de l’interprétation donne à la musique une beauté poignante, comme intemporelle… l’exécution est ici exceptionnelle par son équilibre et sa science des détails. »

Le site officiel de Valery Gergiev

Le site officiel de Vladimir Feltsman

Le site officiel du London Symphony Orchestra

Le site officiel de la salle Pleyel

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters