Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture!

Happy Patti !

La grande pythie punk Patti Smith souffle aujourd'hui ses 71 bougies…

Par Max Dembo | Vidéo du jour | 30 décembre 2017
Réagir
Qobuz

Et Patti Smith vit donc le jour il y a 71 ans, le 30 décembre 1946, à Chicago dans l'Illinois… Avec ses récentes apparitions, la pythie punk (dont l’androgynie revendiquée et la poésie choc pétrifièrent la Grosse Pomme de l’ère punk) a confirmé son envie de ne jamais raccrocher. Et sur scène, les années n’ont guère prise sur la vigueur de Patti Smith. Une vigueur toujours aussi joliment drapée dans le verbe. Car l’amour de la chanteuse pour l’écrit n’est pas une marotte d’adolescente attardée… Rimbaud, Dylan, Genet, Camus, Burroughs et Ginsberg ont ainsi accompagné l’ancienne compagne du photographe Robert Mapplethorpe tout au long de sa vie.

Dans une interview de 1996 intitulée Because The Light, Patti Smith revenait sur ses essais poétiques et ses lectures : « Mes premières aspirations, c’était de pouvoir écrire le genre de choses qu’écrivaient Robert Louis Stevenson et Rudyard Kipling. Et, en tant qu’adolescente, je m’imaginais aussi faire de la poésie jazz. J’écoutais simplement Coltrane et j’écrivais de la poésie. Lorsque j’ai découvert la poésie de Rimbaud, j’ai en fait arrêté d’écrire pour un temps. Je me souviens d’avoir vu un exemplaire des Illuminations en vente sur une table de livres d’occasion. Quand je l’ai ouvert, je ne comprenais pas vraiment. Pourtant, de quelque manière, je savais que c’était le langage parfait. Il avait l’air de scintiller. Je savais qu’un jour je le déchiffrerais. »

Non seulement elle l’a déchiffré, mais elle n’a cessé de s’inspirer de lui et de bien d’autres dans ses propres textes qu’elle lit en public depuis les années 1970. Le but étant tout de même de faire du rock’n’roll et non de la littérature, Patti Smith a fait du rock’n’roll ! Et plutôt bien. Comme sur son incontournable Horses. Son aura est déjà grande lorsqu’en 1975 parait ce premier album. La grand prêtresse du rock new-yorkais ose alors le carambolage entre ses icônes de l’écrit (Rimbaud, Genet, donc) et celles du rock’n’roll (Van Morrison, les Who…).

Alliage typiquement new-yorkais produit par l’ex-Velvet Underground, John Cale, Horses était porté par la furie électrique de la guitare de Lenny Kaye et de celle de deux figures majeures du rock enragé : Tom Verlaine, leader culte des tout aussi cultes Television, et Allen Lanier de Blue Öyster Cult. Un déluge furibard offrant alors à la poétesse l’écrin parfait pour tirer ses tentures de mots rageurs ou charnels. Tentures toujours aussi nécessaires plus de 40 ans plus tard…



Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Charts Qobuz

Inscrivez-vous à nos newsletters