Catégories :

Christoph Eschenbach, ce n’est qu’un au revoir Paris…

Les 16 et 17 juin, Christoph Eschenbach dirigera Mozart et Beethoven à Pleyel lors de concerts marquant la fin de son mandat de directeur musical de l’Orchestre de Paris.

Par Marc Zisman | Sur Scène | 1 juin 2010
Réagir

Mercredi 16 et jeudi 17 juin, l’émotion sera de mise sur la scène de la Salle Pleyel pour deux concerts de l’Orchestre de Paris. Ces deux soirées exceptionnelles marqueront en effet la fin du mandat de directeur musical de Christoph Eschenbach, qui sera de nouveau invité à diriger l'Orchestre de Paris dès la saison 2010-11.

Au programme de ces deux concerts, la Symphonie concertante pour instruments à vent de Wolfgang Amadeus Mozart et la Symphonie n°9 de Ludwig van Beethoven. En septembre 2004, Eschenbach ouvrait justement sa saison parisienne avec cette Neuvième de Beethoven.

Pas de couleurs dramatiques au programme de ces derniers concerts de Christoph Eschenbach comme directeur musical. Il ne s’agit pas d’adieux, car le chef reviendra diriger l’Orchestre de Paris. Les deux œuvres choisies sont plutôt une manière de saluer ses musiciens après dix années à travailler ensemble très régulièrement (une vingtaine de concerts chaque année, sans parler des tournées). La Symphonie Concertante de Mozart, avec son dernier mouvement en variations aux accents de Flûte Enchantée, amène sur le devant de la scène cinq des solistes de l’orchestre. Musique à l’équilibre parfait, transparente, toute de simplicité ... apparente ! Et puis cette Symphonie n°9 de Beethoven. Eschenbach aurait pu choisir la n°8, qu’il n’a jamais dirigée à Paris... mais celle-ci offre au chef allemand l’occasion d’inviter le Chœur, avec lequel il a réalisé de nombreux projets importants : l’intégrale Mahler (2e, 3e et 8e symphonies), les grands oratorios de Berlioz, le Requiem de Brahms, la création de l’ultime œuvre de Luciano Berio Stanze... Alors que cette symphonie au couronnement choral donne à l’au revoir de Christoph Eschenbach un air de fête musicale.

Le site de Christoph Eschenbach

Le site de l’Orchestre de Paris

Le site de la Salle Pleyel

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters