« Avec ce disque, j’ai économisé des séances de psy ! » : une rencontre-podcast avec China Moses

Animatrice sur la chaîne MTV, le jour. Chanteuse plurielle, la nuit. Avec This One’s For Dinah, China Moses quitte le monde de la soul et du hip-hop pour celui du jazz et du blues. Sur les traces de sa mère, Dee Dee Bridgewater ?

Par Marc Zisman | Vidéos | 2 mars 2009
Réagir
Qobuz

Un bon CV d’hyperactive que celui de China Moses… Etre la fille de Dee Dee Bridgewater n’étant pas un métier en soi, la Parisienne-Californienne s’est lancée depuis plus d’une décennie dans une carrière de chanteuse, slalomant entre soul, hip hop et chanson, tout en jouant les animatrices pétillantes sur l’antenne de la chaîne MTV.

Avec la sortie de son quatrième album, This One’s For Dinah, qu’elle cosigne avec le pianiste Raphaël Lemonnier pour le prestigieux label Blue Note, la chanteuse plonge corps et âme dans le monde du jazz et du blues. Hommage à l’oubliée Dinah Washington, cet opus qui fait office de « divan freudien » est l’occasion de rencontrer, le temps d’un podcast, une artiste sans ornières.

ÉCOUTEZ L’INTERVIEW DE CHINA MOSES :

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters