LCD Soundsystem débranche le son

James Murphy a annoncé qu’il mettrait fin à son groupe LCD Soundsystem le 2 avril prochain à l’issue d’un concert-enterrement donné au Madison Square Garden de New York.

Par Marc Zisman | Actualité | 7 février 2011
Réagir
Qobuz

Et James Murphy débrancha LCD Soundsystem… Quelques jours après l’annonce officielle de la fin des White Stripes, c’est donc un autre poids lourds des années 2000 qui déclare cesser son activité.

Le site officiel du groupe electro-rock emmené par Murphy est sans équivoque, déclarant que son concert au Madison Square Garden de New York le 2 avril prochain serait le dernier. « Ce sera notre dernier concert pour toujours. On se retire de la partie. On se casse. On va voir ailleurs. Mais pour une soirée unique, on jouera avec nos amis et notre famille durant près de trois heures des choses qu’on n’a jamais fait jusqu’ici. Et nous voulons que vous soyez là. »

Le communiqué posté en homepage du site de LCD Soundsystem demande à ses fans de venir à ce concert vêtus en blanc ou en noir ou en noir et blanc. Le texte se termine ainsi : « Si c’est un enterrement, faisons le plus bel enterrement qui soit ! » la première partie de cet événement sera assurée par Liquid Liquid, groupe phare new-yorkais de la scène punk funk/no wave des années 1980, vénéré par Murphy

Cette annonce intervient quelques mois après la sortie de l’excellent This Is Happening qui n’indiquait pas une baisse de régime du groupe mais durant la promotion duquel James Murphy avait clairement évoqué cette mort annoncée. Bidouilleur producteur débordant d’idées et patron du label DFA, il avait notamment raconté, dans la presse américaine, avoir du décliner des offres de productions et/ou de collaborations avec des artistes aussi excitants qu’Arcade Fire, Spoon, John Cale ou Devo, à cause de l’emploi du temps surchargé de son groupe…

Même si l’appellation de groupe est régulièrement accolée au nom de LCD Soundsystem, cette géniale machine à groove new-yorkaise est l’œuvre d’un seul homme : James Murphy. A la tête du label DFR Records qu’il fonde en 2001 avec Tim Goldsworthy et Jonathan Galkin, mêlant dance music, punk rock et post punk expérimental, Murphy publie un premier single Losing My Edge en 2002. L’affaire est suivie par d’autres titres furibards accouplant avec un certain génie une énergie purement rock’n’roll, un beat aux frontières du funk et du disco et diverses sonorités ovni, qu’elles viennent de la sémantique world, techno ou rock. En 2005, un double-album offre la compilation de tous ces premiers singles ainsi qu’un véritable premier album un peu en deçà.

En mars 2007, Sound Of Silver, deuxième opus de LCD Soundsystem, est porté au pinacle par la critique internationale comme par le public. Dans le prolongement des premiers singles, Murphy étoffe son écriture lorgnant aussi bien vers l’art de Bowie que celui des Talking Heads de David Byrne. Etonnant producteur, le leader de LCD prouve qu’il est aussi un grand songwriter. En mai 2010, le troisième et dernier album du « groupe », This Is Happening, confirmera cette sensation.

Entre temps, le cerveau de LCD Soundsystem travaillera sur divers projets annexes, de la bande originale du film de Noah Baumbach Greenberg au mix 45:33 pour la marque Nike. Né le 4 février 1970 dans le New Jersey, James Murphy eut tout de même une vie avant DFA et son groupe qu’il enterrera le 2 avril prochain… Membre des oubliés Falling Man entre 1988 et 1989, de Pony entre 1992 et 1994 et de Speedking de 1995 à 1997, il joue les DJ à partir de 1993. Derrière ses platines, il prend alors le surnom de Death From Above (DFA). Aucune piste n’a été lancée quant à son planning post-LCD…

Le site de LCD Soundsystem

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters