Catégories :

Calexico, soleil d'Arizona sur l'hexagone

Cinq escales françaises pour Calexico et leur country rock alternative cet automne, à l'occasion de la sortie de leur nouvel album, Algiers.

Par Max Dembo | Concerts, festivals et tournées | 3 septembre 2012
Réagir
Qobuz

Leur nouvel album Algiers sous le bras, Calexico se produit à cinq reprises aux quatre coins de France : à Paris (Trianon le 16 septembre), Montpellier (12 novembre), Rennes (22 novembre), Massy (23 novembre) et Strasbourg (24 novembre). L’americana à part concoctée par Joey Burns (chant et guitariste) et John Convertino (batterie et percus) n’en finit pas d’envoûter, telle de la country chambriste jouée comme du jazz, parsemée ça et là d’effluves mariachi…

A l’origine, Burns et Convertino se rencontrent dans Giant Sand, groupe de Tucson emmené par Howe Gelb, combo pionnier en matière de country alternative, et dont ils assurent la rythmique basse/batterie. Pour s’amuser, les deux hommes enregistrent quelques piécettes qui paraissent en 1997 sous le titre Spoke. L’aventure Calexico prend alors son envol…

Le mélange entre country, blues, jazz, rock et musiques latinos trouve une saveur originale chez eux, notamment dans l’instrumentarium choisi par le tandem. Vibraphone, marimba, accordéon, violoncelle ou bien encore mandoline traversent cette vraie-fausse bande originale de vrai-faux western en apesanteur… L’esprit est tantôt mélancolique, souvent cinématographique. Avec Calexico, rarement les grands espaces américains n’avaient trouvé plus pertinente illustration musicale…

Au fil des ans et des albums (The Black Light (1998), Hot Rail (2000), Feast Of Wire (2003), Garden Ruin (2006), Carried To Dust (2008) et la cuvée 2012, Algiers), le monde de Calexico accueille de plus en plus d’aficionados. Et Burns et Convertino se permettent même quelques ballades en territoire plus rock ou plus soul. A l’image d’Algiers, enregistré à New Orleans. Ville musicale à souhait où rythmiques et cuivres sont au cœur des débats, les deux musiciens n’ont pourtant pas opté pour un changement radical à 360°. C’est davantage l’esprit unique de cette ville encore sous le choc de l’ouragan Katrina d’août 2005 qui suinte des nouvelles compositions.

Le site de Calexico

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters