Disparition de Louie Bellson

Le batteur de jazz américain, virtuose fou furieux, pédagogue hors pair et musicien respecté, s’est éteint à l’âge de 84 ans.

Par Marc Zisman | Chers disparus | 17 février 2009
Réagir
Qobuz

Louis Bellson est décédée le 14 février. Né Luigi Paulino Alfredo Francesco Antonio Balassoni à Rock Falls dans l'Illinois le 6 juillet 1924, ce batteur virtuose officia au sein des plus grands big bands, notamment celui de Duke Ellington.

Dès l’âge de 3 ans, Bellson attaque la batterie ! A 15 ans, il innove avec une batterie incluant une double grosse caisse. Deux ans plus tard, il remporte le concours Slingerland National Gene Krupa devant 40.000 participants !

A partir de 1942, Louie Bellson commence l’écriture de son impressionnant CV en épaulant tout le gratin du jazz de l’époque : Benny Goodman, Peggy Lee, Louis Armstrong, Tommy Dorsey, Lionel Hampton, Benny Carter, Kenny Dorham, etc. De 1943 à 1952, il joue aux côtés de Benny Goodman, Tommy Dorsey, Harry James et Duke Ellington pour qui il écrit Skin Deep et The Hawk Talks.

En 1952, il quitte Ellington pour devenir le directeur musical de l’actrice Pearl Bailey qu’il épouse cette année-là. Au cours des années 50 et 60, Louie Bellson se produira avec le Jazz At The Philharmonic, Tommy et Jimmy Dorsey, Count Basie, Duke Ellington et Harry James à nouveau ainsi que sir plusieurs albums studios de la grande Ella Fitzgerald.

Malgré son âge avancé, Louie Bellson était encore actif ces dernières années, enregistrant même en 2007 un album de ses propres compositions avec Clark Terry, Kenny Washington et Sylvia Cuenca. Tout au long de sa vie, il signa de nombreux ouvrages consacrés à son instrument de prédilection. Il travailla également aux côtés de nombreuses sociétés pour faire évoluer les modèles de batterie.

Le site officiel de Louie Bellson

Louie Bellson en action en 1957 :

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters